Podcasts sur l'histoire

Ouellet DE-1077 - Histoire

Ouellet DE-1077 - Histoire

Ouellet
(DE1077: dp. 3.011,1. 438', n. 47' dr. 25', s. 27 k., em. 245 a. 1 5", ASROC, 2 Mk. 32 tt, LASH, SPARROW III
missiles; cl. Knoz)

Le premier Ouellet a été posé le 14 janvier 1969 par Avondale Shipyards Ine., Westwego, Louisiane; lancé le 17 janvier 1970, parrainé par Mme Chester J. Ouellet, et commandé le 12 décembre 1970, Comdr. Albert L. Henry aux commandes.


Ouellet DE-1077 - Histoire


Ouellet DE-1077 - Histoire

Cette chronologie a été compilée à l'aide des journaux de bord, du livre de croisière Ouellet de 1972, de l'histoire du navire USS Ouellet 1970-1973 et des dossiers de soutien des tirs navals des Archives nationales.

Cliquez ici pour consulter d'autres Livres Croisières Ouellet et divers documents

Remarque : lors de l'affichage de documents PDF, utilisez la flèche de retour de votre navigateur pour revenir à cette page

En cours de Pearl Harbor en transit vers Subic Bay

Ligne de date internationale franchie à 27 degrés nord

A rejoint l'USS CONSTELLATION (CVA64) sur Yankee Station. Assumé le devoir de garde d'avion

Opérant avec USS CONSTELLATION (CVA64) et USS MAHAN (DLG11) sur Yankee Station

Assumé le devoir en tant que garde d'avion principal dans la station 1200- 2500 yards à l'arrière de l'USS CONSTELLATION

L'USS CONSTELLATION a informé qu'il se préparait à l'atterrissage d'urgence d'un avion F-4 en rapprochement

L'avion s'écrase en approche à environ 2600 yards devant OUELLET

Le détachement de garde d'avion de OUELLET a réussi à secourir l'officier d'interception radar, mais le pilote a été perdu.

Un médecin du transporteur a été amené à OUELLET par helo

L'aviateur et le médecin récupérés ont été remis au transporteur par hélicoptère.

Réapprovisionnement en cours. Dans le poste de sauvetage à 1000 mètres à l'arrière du USS HALEAKAIA (AE25)

USS ALBERT DAVID (DE- 1050) est arrivé sur Yankee Station pour soulager l'USS OUELLET comme escorte

En route pour Yankee Station. USS E.F. LARSON (DD-830) en compagnie

USS HIGBEE (DD- 806) est arrivé sur Yankee Station pour soulager l'USS OUELLET

Remarque : le 19 avril, alors qu'il était en poste à South SAR, un Mig-17 a largué une bombe qui a touché Higbee. Bien que la bombe ait touché le support du canon arrière, seuls 4 membres d'équipage ont été blessés car la zone avait été évacuée en raison d'un projectile suspendu.

Arrivé à la station PIRAZ [je crois que nous avons opéré avec l'USS Sterett (DLG31)]

Relevé sur la station PIRAZ par l'USS CHICAGO (CG11)

En route vers la gare de Yankee

Arrivé à Yankee Station et assumé le devoir de garde d'avion pour l'USS CORAL SEA (CVA43)

A dirigé des exercices ASW avec l'USS SCULPIN (SSN-590) jusqu'au dimanche matin

(Pâques) Détaché de la station Yankee en route vers la station PIRAZ

Détaché de PIRAZ pour rejoindre l'USS JOHN R CRAIG (DD-885) pour aider à la recherche d'un homme à la mer signalé par CRAIG. SAR menée avec des résultats négatifs. OUELLET de retour chez PIRAZ

Détaché de PIRAZ - transit vers le sud de la RAS

Aide au sauvetage d'un pilote abattu

OUELLET relevé par l'USS MAHAN (DLG11), mais est resté en poste à South SAR pour contrôler un hélicoptère "Big Mother" pour une récupération de pilote abattu au large de l'île Hon Mat

Départ de South SAR - transit vers Gunline

Portée de la mission de tir (H&I) de 22 000 mètres [Harcèlement en interdiction]

Cessation de tir, 79 cartouches utilisées

Portée de la mission de tir (H&I) de 24 000 mètres

A cessé de tirer, 46 cartouches utilisées

Portée de la mission de tir (Tank) 24 000 mètres

A cessé de tirer, 41 cartouches utilisées

Sur la station de veille NGFS à DMZ

Portée de la mission de tir commencée (H&I) 18 000 mètres

Mission d'incendie terminée, 124 cartouches dépensées

Portée de la mission commencée (H&I) 23 000 mètres

Mission de tir terminée, 70 cartouches dépensées

Début de la mission de tir (H&I) 22 000 yards

Sécurisé de NGFS, 191 tours dépensés

En route pour le rendez-vous avec l'USS CAMDEN (AOE2)

Ravitaillement terminé. 14 923 gallons reçus

Transfert Highline terminé. 22 charges transférées

En route pour rejoindre l'USS HANCOCK (CVA19) pour des tâches d'escorte

Soulagement du USS FRANCIS HAMMOND (DE1067) comme escorte

Sur la station d'escorte 3000- 4000 yards à l'arrière du USS HANCOCK (CVA19)

Transfert hélico. 2 hommes reçus à bord.

Détaché pour passer à la ligne de canon DMZ

Mission de tir (zone de ravitaillement) 13 500 mètres

Mission terminée, 15 tours dépensés

Mission de tir (concentration de troupes) 23 000 mètres

Mission terminée, 80 tours dépensés

Recevoir des tirs hostiles des environs de Cap Lay et de l'île Tiger

A commencé le feu de la contre-batterie

Les tirs d'hostilité et les tirs de contre-batterie ont cessé. A reçu 17 cartouches, tiré 26 cartouches

Mission de tir (concentration de troupes) 24 000 mètres

missions NGFS terminées, 87 tours dépensés

Début des missions NGFS telles qu'assignées

Mission de tir (concentration de troupes) 24 000 mètres

Mission terminée, 40 tours dépensés

Mission de tir (concentration de troupes) 14 000 mètres

Mission terminée, 30 tours dépensés

Mission de tir (concentration de troupes) 17 000 verges

Mission terminée, 30 tours dépensés

Mission de feu (Illumination) 12 000 mètres

333 tours dépensés pour la journée

Mission de tir (Tank) 24 000 mètres

Mission terminée, 26 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 24 000 verges

Mission terminée, 80 tours dépensés

Mission de tir (site d'artillerie) 25 000 mètres

Mission terminée, 94 tours

Mission de feu (H&I) 20 000 mètres

Mission terminée, 40 tours dépensés

Mission de tir (site d'artillerie) 24 000 mètres

Mission terminée, 44 tours dépensés

Mission de tir (concentration de troupes) 24 000 mètres

A reçu 5 tirs hostiles

Mission terminée, 150 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 18 000 verges

Mission terminée, 60 tours dépensés

Mission de feu (véhicule) 18 500 verges

Mission terminée, 70 tours dépensés, en route pour DaNang

Amarré bâbord à l'USS SAMUEL GOMPERS (AD37), ancré dans le port de DaNang

USS ROARK (DE1043) amarré à côté tribord OUELLET

a noté des dommages à la coque causés par le chameau entre GOMPERS et OUELLET en raison de la houle

En cours pour rejoindre l'USS CORAL SEA (CVA43) comme escorte.

Soulagement du USS FRANCIS HAMMOND (DE1067) comme escorte du USS CORAL SEA (CVA43).

Réparations des dommages à la coque terminées

Déchargé des fonctions d'escorte par l'USS FRANCIS HAMMOND (DE1067

En route pour un rendez-vous avec l'USS CAMDEN (AOE2) pour faire le plein et faire le plein.

Réapprovisionnement terminé. 26 830 gallons de carburant, 273 cartouches de 5/54 et 1 passager reçu. 3 passagers transférés à Camden [probablement des Hull Techs de GOMPERS qui avaient travaillé sur les dommages à la coque]

Transfert en bateau effectué avec l'USS WADDELL (DDG24)

Commencer les tâches NGFS selon les instructions

Mission de tir (site d'artillerie) 23 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 53 tours dépensés

Mission de tir (Tank) 23 000 mètres

Mission terminée, 40 tours dépensés

Mission de tir (Tank) 25 000 mètres

Mission terminée, 23 tours dépensés

Résumé d'avril du NGFS : 4 structures détruites, 1 structures endommagées, 2 explosions secondaires

Sur la station DMZ NGFS à l'appui des 2e et 3e divisions ARVN

Début de la mission de tir (zone de ravitaillement) 15 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 14 tours dépensés. 1 explosion secondaire observée

Mission NGFS terminée

En route vers NGFS Point Betsy à environ 40 miles au sud de la DMZ

En gare [si je me souviens bien nous avons été repositionnés pour servir de relais de communication]

A travaillé avec un observateur aérien. Il a tiré 5 coups d'éclairage sur une zone de ravitaillement à 24 000 mètres

Détaché des fonctions NGFS, en route vers la baie de Subic pour la maintenance et l'entretien

Résumé de mai NGFS : 1 explosion secondaire

Message reçu informant de l'exploitation minière du port de Haiphong

Soulagement du USS SARSFIELD (DD- 837) sur Yankee Station comme escorte du USS SARATOGA (CVA60)

Fonctions d'escorte SARATOGA assumées par l'USS RICHARD S EDWARDS (DD950)

Soulagé USS ALBERT DAVID (DE1050) sur le Gunline. NGFS commencé

Début du tir (H&I) 21 000 yards

A cessé de tirer, 25 cartouches utilisées

Helo ravitaillé (171 gal pompé)

Début du tir (poste de commandement) 19 000 yards appelé par un observateur aérien

Mission terminée, 24 tours dépensés

Mission de tir (position VC/NVA) 22 000 yards appelée par un observateur aérien

Arrêt du tir (18 coups) 3 structures détruites.

Mission de feu (H&I) 23 000 mètres

Mission terminée, 39 tours dépensés

Mission de tir (site de missiles) 17 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 21 tours dépensés

Mission d'incendie à 14 000 verges appelée par un observateur au sol

Mission terminée, 8 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 20 000 mètres

Mission terminée, 60 tours dépensés

Mission de tir (position VC/NVA) 15 300 yards

Mission terminée, 26 tours dépensés

Mission d'incendie (Mortier) 16 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 10 tours dépensés

Mission de tir (concentration de troupes) 24 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 17 tours dépensés

Mission d'incendie (Mortier) 24 000 verges appelée par un observateur au sol

Mission terminée, 10 tours dépensés

Mission de tir (stockage de munitions) 16 700 à 17 600 verges appelée par un observateur au sol

Mission terminée, 15 tours dépensés. 1 structure endommagée

Mission de feu (H&I) 23 500 mètres

Mission terminée, 40 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 14 000 verges

Mission terminée, 56 tours dépensés

Mission de tir (zone de rassemblement) 14 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 35 tours dépensés

Mission de tir (concentration de troupes) 18 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 42 tours dépensés

Mission d'incendie (H&I) 20 000 mètres

Mission terminée, 20 tours dépensés

Mission de tir (concentration de troupes) 17 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 25 tours dépensés

Mission de tir (position VC/NVA) 23 000 yards appelée par un observateur au sol

Mission terminée, 23 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 15 000 mètres

Mission terminée, 40 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 20 000 mètres

Mission terminée, 50 tours dépensés

Mission de tir (position VC/NVA) 23 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 20 tours dépensés

Mission d'incendie (site AA) 21 000 verges

Mission terminée, 30 tours dépensés

Mission de tir (concentration de troupes) 21 000 à 22 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 135 tours dépensés. 1 explosion secondaire et 3 structures endommagées

Mission de tir (concentration de troupes) 24 000 verges appelée par un observateur au sol

Mission terminée, 5 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 19 000 à 20 000 verges

Mission terminée, 72 tours dépensés

Mission de tir (position VC/NVA) 19 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 32 tours dépensés. 3 structures détruites

Mission de tir (position VC/NVA) 22 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 31 tours dépensés. 1 structure détruite

Mission de tir (position VC/NVA) 21 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 14 tours dépensés. 1 structure endommagée

Mission de tir (concentration de troupes) 21 000 mètres

Mission terminée, 12 tours dépensés

Mission d'incendie (H&I) 17 000 verges

Mission terminée, 49 tours dépensés

Mission d'incendie (H&I) 14 000 verges

Mission terminée, 33 tours dépensés

Résumé de juin de la NGFS : 10 structures détruites, 12 structures endommagées, 1 explosion secondaire

En cours – transit vers le golfe du Tonkin. Vitesse d'avance modifiée pour permettre au typhon Ora de passer devant

Détourné vers la baie de Subic pour escorter l'USS SARATOGA (CVA60)

En cours comme escorte avec l'USS SARATOGA en route Yankee Station

Arrivée à la station Yankee servant d'escorte et de garde d'avion pour l'USS SARATOGA

OUELLET a perdu toute puissance et maniabilité à cause du manque d'eau dans la seule chaudière vapeur

OUELLET a restauré la chaudière et a repris son état de fonctionnement normal

OUELLET relevé par USS WHIPPLE (DE1062) et détaché pour procéder aux fonctions NGFS

Mission de tir (position VC/NVA) 16 400 yards appelée par un observateur au sol

Mission terminée, 2 tours dépensés. 2 structures détruites

Mission de tir (H&I) 23 700 à 24 300 verges

0326 Mission terminée, 25 tours dépensés

0202 Mission d'incendie (H&I) 6 800 mètres

0235 Mission terminée, 37 tours dépensés

1354 Mission de tir (site d'artillerie) 25 400 verges

1620 Mission terminée, 15 tours dépensés

2157 Mission de tir (site d'artillerie) 19 400 verges

2201 Mission terminée, 20 tours dépensés

1604 Mission d'incendie (Péniches de débarquement échouées) 12.000 yards observés par navire

1612 Mission terminée, 24 tours dépensés

2025 Mission de tir (site d'artillerie) 24 000 verges appelée par un observateur aérien

2035 Mission terminée, 10 tours dépensés

Départ de Gunline pour escorter l'USS MIDWAY (CVA-41)

MIDWAY prend le commandement tactique de l'USS OUELLET. USS TOWERS (DDG9) détaché

USS OUELLET détaché. Soulagé par l'USS JOSEPH HEWES (DE1078)

Mission de feu (H&I) 21 000 mètres

Mission terminée, 35 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 24 000 verges

Mission terminée, 5 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 25 000 mètres

Mission terminée, 10 tours dépensés

Mission d'incendie (H&I) 24 000 verges

Mission terminée, 38 tours dépensés

Mission de tir (site d'artillerie) 23 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 55 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 21 000 mètres

Mission terminée, 45 tours dépensés

Mission de tir (position VC/NVA) 24 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 30 tours dépensés

Mission de tir (zone d'assemblage) 25 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 50 tours dépensés

Mission d'incendie (H&I) 23 000 yards appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 20 tours dépensés

Mission d'incendie (mortier) 22 000 mètres

Mission terminée, 30 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 24 000 verges

Mission terminée, 30 tours dépensés

Mission de feu (H&I) 18 000 verges

Mission terminée, 36 tours dépensés

Mission d'incendie (Mortier) 21 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 36 tours dépensés. 1 site endommagé

Mission d'incendie (Mortier) 20 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 20 tours dépensés

Mission de tir (site d'artillerie) 14 000 mètres

Mission terminée, 40 tours dépensés

Mission de feu (camp de base) 24 000 mètres

Réalisation de NGFS sur la station "E" à Point Joey

Mission de tir terminée, 100 cartouches dépensées

Début du tir (H&I) 19 000 yards

A cessé de tirer, 63 cartouches utilisées

Soulagé par l'USS BADGER (DE1071). Eroute au rendez-vous avec l'USS SANTA BARBARA (AE28)

En gare à 200 mètres de tribord de SANTA BARBARA

Vertrep complète 354 tours 5/54 prises à bord

À la station "G" à Point Joey

Début du tir (concentration de troupes) 11 000 yards

Cessation de tir, 50 cartouches utilisées

Mission de tir (zone de rassemblement) 15 000 verges appelée par un observateur aérien

Mission terminée, 4 tours dépensés

Début du tir (Mortier) 10 000 yards appelé par un observateur aérien

A cessé de tirer en raison d'une blessure par arme à feu, 3 cartouches utilisées

Pistolet partiellement opérationnel

Sur la station "G" à Point Joey en train de réparer une fuite hydraulique sur le pistolet

en route pour le transfert en bateau avec le USS PROVIDENCE (CLG6)

Passagers, le capitaine Paul Dallman & LCDR Gerald Higbee, à bord

Transfert en route vers le bateau avec le USS RICHARD S EDWARDS (DD950)

4 hommes transférés à EDWARDS. rendez-vous avec l'USS PASSUMPSIC (AO107)

ravitaillement terminé, 15 796 gallons reçus

L'hélicoptère de l'USS SANTA BARBARA (AE28) a livré 25 sacs de courrier

Ancré au mouillage 15 dans le port de DaNang

Remorqueur portuaire avec courrier

Baleine de retour à bord du navire

En cours pour Point Angela

Bateau reçu de l'USS Trippe (DE1075) pour le transfert du courrier

À la station Rouge à Point Allison

En route vers la station Blue à Point Allison

Whale Boat livré courrier à USS SAMPLE (DE1048), USS ROARK (DE1053), USS RUPERTUS (DD851) & USS DAVIDSON (DE1045)

Bateau retourné avec BTFN Ronald Voegler

Bateau est parti avec courrier pour USS MULLINNIX (DD944) & USS HOLLISTER (DD788). A également livré Captain Dallman & LCDR Higbee à MULLINNIX.

Bateau parti avec courrier pour USS PARKS (DD884), USS GLENNON (DD840),

USS HAROLD E HOLT (DE1074) & USS RICHARD S EDWARDS (DD950)

En route pour transférer le courrier à USS NEWPORT NEWS (CA148)

Courrier transféré au bateau NEWPORT NEWS (l'hélice du baleinier de Ouellet a été encrassée par une ligne parasite)


Ouellet DE-1077 - Histoire

HH-3A Sikorsky Seaking helo Det 110 Big Mother #60 149903
USS Sterett (DLG-31) Jour de combat (2)
1,0 miles au large de la côte nord du Vietnam
Eau : 72⁰ Air : 80⁰ Vent : 5 nœuds État de la mer : Calme

Pilote – Lieutenant Frank D. Lockett
Co-pilote – LTJG Louis P. Liles
1er équipage – ADJ-2 Christ R. Nielsen
2e équipage – AE-3 Douglas G. Ankney

Alerte reçue – 1210 : appel de détresse Wingman
Véhicule parti – 1210 : 30 milles
Arrivé sur scène – 1228 : Vecteurs incorrects, trop de contrôleurs
Survivant localisé – 1229 : visuel repéré dans la zone de teinture, communication vectorielle sur scène.
Début de la récupération – 1231 : ramassage par palan à grande vitesse, collier de cheval, pas de nageur
Récupération terminée – 1234 : Collier de cheval avec l'aide d'un nageur
Survivant débarqué – 1316 : sous son propre pouvoir, l'USS Sterett (DLG-31)

A-7E Corsair 158006 (NH-415) VA-195, (Dambusters) USN
USS Kitty Hawk (CVA-63)

Un autre commandant d'un escadron Corsair a été abattu à la suite de l'évasion du Cdr Frenzi le 8 mars. Une section de Corsair volait près de Dong Hoi lors d'une mission de reconnaissance routière lorsqu'une salve de six SAM a été tirée sur l'avion. L'un des missiles a endommagé la queue de l'avion du Capf Gilfry, qui a pris feu. Il a réussi à diriger son avion en détresse au-dessus de la mer et s'est éjecté à environ 15 milles au nord de Dong Hoi lorsque le système hydraulique de l'avion a échoué. Il a été secouru par un hélicoptère SAR HH-3A de la Marine. (5)

Déclaration du pilote Lockett (6) (avec inserts)

L'USS Ouellet (De 1077) situé à la station SAR sud, à 12 h 04, sécurisé du pompage de carburant à Big Mother #60, l'hélicoptère est parti. (11) Il y avait beaucoup d'activités « SAM » en direct, parfois tellement que nous ne pouvions pas nous entendre sur ICS. (6b) Vers 12:10H, ​​nous venions de terminer le ravitaillement en vol (HIFR) du Ouellet (Grande Ouverture) (6a) , nous avons entendu un appel de détresse sur la fréquence de garde de l'ailier du pilote abattu, l'ailier a rapporté la position du pilote abattu est de 300 pour 100 milles de Pawtucket’s “tacan ». Le copilote de la marine LTJG LILES avait le contrôle de l'avion à ce moment-là, j'ai donc immédiatement mis mon tacan sur “Pawtucket” et j'ai maintenu notre position sur “Pawtucket’s” 300 à 75 milles. Par la suite, j'ai pris le contrôle de l'avion et j'ai dit à mon copilote de surveiller les radios.

Le Ouellet a été avisé que nous faisions route à 300. Nous lui avons demandé de mettre à jour notre bouvillon. À ce stade, une grande confusion a commencé et trois vecteurs incorrects ont été rejetés. En route, AE3 Ankeny a enfilé son maillot de bain et l'ADJ2 Nielsen a commencé à installer le mini-pistolet, mais le dispositif d'alimentation-delinker était bloqué. Il a ensuite mis un M-60 à sa place et un dans la porte du personnel ainsi que deux M-16 dans le cockpit. (6a)

À environ 20 milles de (DE 1077), un vecteur mis à jour a vérifié que notre route était bonne. Nous avons également été informés qu'un avion non identifié volant à basse altitude était à notre position de 10 heures, mon copilote a enregistré cette transmission. Nous avons continué notre route sur environ cinq milles supplémentaires et avons pu identifier l'avion en vol comme un avion A-7 ami. DE 1077 nous a fait passer de "helo common" à SAR primaire et l'A-7 en boucle nous a donné un nouveau cap de 250. Nous sommes passés à 250 environ deux minutes plus tard, j'ai repéré le survivant à 2 heures, un quart d'heure. un mille.

Les membres d'équipage avaient été prévenus d'être en attente. Le nageur était prêt à aller dans l'eau, mais j'ai choisi de tenir le nageur. Une approche a été faite au survivant. Il avait vu l'hélicoptère et sortait de son radeau. Il a fumé et j'ai réalisé que ma première approche était sous le vent même si l'état de la mer était complètement calme. (6) Nous avons essayé de faire le ramassage sans utiliser le nageur, mais le lavage du rotor a continué à emporter le survivant. Nous avons ensuite laissé tomber le nageur (30 pieds du survivant) (6c) et sommes partis pour une autre approche. J'ai fait un 180 rapide et je suis revenu en survolant le survivant. J'ai également réalisé lors de cette approche que l'hélicoptère était trop lourd pour établir un vol stationnaire de 40 pieds, j'ai donc abaissé mon altitude pour obtenir des performances maximales en effet de sol et j'ai laissé tomber le nageur.

J'ai interrompu le vol stationnaire et (à mi-parcours du virage) (6b) j'ai reçu un coup de pouce d'Ankney (nageur). Je demande à Liles de jeter 1000 livres. de carburant sur mon cercle de sous-séquence et approche. Nous étions lourds et tirions presque le couple maximum lors du vol stationnaire précédent, nous avons donc chuté à 1900 lb. de carburant avant de faire la deuxième approche. (6a) Une fois en vol stationnaire au-dessus du survivant et du nageur, le collier du cheval a été abandonné et Ankeny a utilisé les anneaux à pression rapide “D” pour se brancher à la fois lui-même et le survivant. Nielsen les a hissés dans l'hélicoptère et nous sommes partis pour Redcrown. Le survivant était en excellent état. (6a)

Le survivant et le nageur ont été hissés à bord. Le survivant semblait être en excellent état, il n'y avait aucun signe apparent de choc. Environ quarante minutes plus tard, nous avons atterri à bord de l'USS Sterett (DLG 31) Redcrown – ravitaillé (13:16) (3) et le survivant a débarqué de l'hélicoptère de sa propre puissance. (13:10 - Big Mother 60 sur le pont, CDR Gilfry est arrivé à bord - 13:19 BM-60 loin - 13:31 BM-62 sur le pont - 15:05 BM-62 loin, CDR Gilfry a quitté le navire - 15: 06 BM-64 sur le pont – 15:35 USS Sterett sécurise des quartiers de vol) (12) Note : BM-60 n'est pas revenu ce jour.

Une fois le survivant repéré, toute la phase de récupération a duré environ cinq minutes. Le succès de cette mission doit être contribué à l'attitude bien formée et professionnelle de mon équipage. (6)

Il a fallu environ 5 minutes pour terminer le sauvetage après que le survivant a été repéré. Il y a eu une certaine confusion pendant le sauvetage, mais les membres d'équipage ont géré le travail comme les professionnels qu'ils sont. (6a)

1) Numérotation selon le journal de sauvetage HC-7 (numéro de sauvetage cumulatif)
2) Journal de sauvetage HC-7
3) Rapport de sauvetage HC-7 Dét 110
4) Carte – Goggle Earth
5) “Vietnam – Air Losses” Par : Chris Hobson (avec permission)
6) Déclaration du pilote – Lockett
6a) Déclaration du copilote Liles
6b) Déclaration du 1er membre d'équipage – Nielson
6c) Déclaration du 2e membre d'équipage – Ankney
7) Données de localisation des aéronefs perdus fournies par : W. Howard Plunkett (LtCol USAF, retraité)
10) Collection d'histoire HC-7 Ron Milam – Historien
11) USS Ouellet (De-1077) Logs de pont
12) USS Sterett (DLG-31) - Journaux de pont

(Compilé / écrit par: Ron Milam, HC-7 Historien – HC-7, 2-1969 à 7-1970, Det 108 & 113)


Histoire Ouellette, écusson familial et armoiries

De tous les noms français venus de Normandie, Ouellette est l'un des plus anciens. Le nom est le résultat de la famille d'origine ayant vécu à un endroit en Normandie, appelé Ouilly-le-Basset dans l'arrondissement et le canton de Falaise dans le Calvados. Le nom est adapté du mot français « œil », qui signifie « œil », qui a été utilisé métaphoriquement pour désigner la source d'une source ou d'une fontaine. [1]

Ensemble de 4 tasses à café et porte-clés

$69.95 $48.95

Les premières origines de la famille Ouellette

Le nom de famille Ouellette a d'abord été trouvé en Normandie (en français : Normandie), l'ancien duché de Normandie, où cette famille distinguée tenait un siège familial en l'honneur de la seigneurie d'Ouilly-le-Basset dans l'arrondissement et le canton de Falaise dans le Calvados.

De cette famille Robert D'Ouilli, fils de Foque D'Aulnay, descendant de D'Alnay, premier duc des Normands de la Loire 895-905, rejoignit le duc Guillaume de Normandie à la conquête de l'Angleterre en 1066 après JC Il est mentionné par Wace, le chroniqueur de la bataille d'Hastings, comme "cil d'Ouillie," et a reçu le château de Wallingford en 1067 et possédait soixante et un manoirs avec quarante-deux maisons habitables dans le comté d'Oxford dont il était le gendarme.

Wallingford était un ancien château romain et Robert D'Ouillie, sur ordre de Guillaume le Conquérant, reconstruisit le château dans le style normand, un édifice imprenable qui allait jouer un rôle des plus importants dans l'histoire. Il a donné une grande partie de ses biens à Roger D'Ivri, son frère d'armes assermenté. Ce Robert céda également à Roger sa baronnie de Saint-Valéry.

René Ouellet, né en 1642, fils de François et d'Élisabeth (n° 233e Barre), fut l'une des premières personnes trouvées au Canada avec le nom Ouellet. René a épousé Anne Rivet pour la première fois le 8 mars 1666 et il a ensuite épousé Théra Mignot le 6 février 1679. Au cours de ses deux mariages, René a eu six fils qui portaient le nom de famille Ouellet. René est inhumé le 15 janvier 1722 à Sainte-Anne-de-la-Pocatié, Québec. [2]


Quoi Ouellet les dossiers de famille trouverez-vous?

Il y a 84 000 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Ouellet. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les registres du recensement Ouellet peuvent vous dire où et comment vos ancêtres travaillaient, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, et plus encore.

Il y a 1 000 dossiers d'immigration disponibles pour le nom de famille Ouellet. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés au Canada et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

Il y a 2 000 dossiers militaires disponibles pour le nom de famille Ouellet. Pour les anciens combattants parmi vos ancêtres Ouellet, les collections militaires donnent un aperçu de l'endroit et du moment où ils ont servi, et même des descriptions physiques.

Il y a 84 000 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Ouellet. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les registres du recensement Ouellet peuvent vous dire où et comment travaillaient vos ancêtres, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, et plus encore.

Il y a 1 000 dossiers d'immigration disponibles pour le nom de famille Ouellet. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés au Canada et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

Il y a 2 000 dossiers militaires disponibles pour le nom de famille Ouellet. Pour les anciens combattants parmi vos ancêtres Ouellet, les collections militaires donnent un aperçu de l'endroit et du moment où ils ont servi, et même des descriptions physiques.


Vie et carrière

Né au Canada le 9 janvier 1945, Ouellet s'intéresse à la magie lorsqu'il est enfant après avoir reçu en cadeau un ensemble de jouets magiques. À l'adolescence, il a exécuté un acte magique qui a été l'ouverture des têtes d'affiche dans un cabaret de premier plan à Québec. L'une de ses spécialités à l'époque était le numéro d'oiseau. À l'âge adulte, il a d'abord poursuivi la magie à temps partiel tout en faisant carrière en tant qu'avocat et lobbyiste du gouvernement.

En 1978, il co-fonde l'Académie de magie Camirand, une maison d'édition canadienne, avec Guy Camirand.

Ouellet a été membre de la firme de lobbying d'Ottawa à succès et parfois controversée Government Consultants International, à ses débuts en 1984 avec Frank Moores, Francis Fox et Gerald Doucet.

Après avoir déménagé aux États-Unis pour poursuivre une carrière dans l'industrie du divertissement, il est devenu producteur et a participé à la fondation de plusieurs entreprises prospères, dont Area 52 Entertainment et sa propre entreprise Ouellet Entertainment Inc. Dans les années 1990, il a produit plus de 50 heures de télévision en réseau, y compris les cinq La plus grande magie du monde spectacles et les deux La magie la plus dangereuse du monde spéciaux.

Il s'est installé à Los Angeles mais a également passé un temps considérable à |Las Vegas en raison de son importance en tant que lieu de spectacles de magie. Il a écrit et dirigé un certain nombre de grands spectacles sur scène à Las Vegas, dont Melinda "Première Dame de la Magie" avec Melinda Saxe, et un spectacle avec le magicien Steve Wyrick. Il a également été responsable de l'émission télévisée spéciale de Saxe en 1997.

En plus de contribuer à la magie à travers son travail de production, il a écrit un certain nombre de livres et réalisé des vidéos pédagogiques et des DVD, dans lesquels il a enseigné des techniques de magie. Il a également été chroniqueur pour le magazine Genii du début au milieu des années 1990 (la série s'appelait Fulminations).

Il est mort d'une crise cardiaque au Portugal où il travaillait sur une production télévisée. Écrivant après la mort de Ouellet, le magicien Jonathan Pendragon a déclaré "Certains producteurs créent des problèmes en jouant avec un numéro d'interprète. Les grands producteurs savent comment cadrer et placer un interprète de manière à ce que leur travail soit vu sous le meilleur jour. Gary appartenait au deuxième groupe. Il aimait la magie, toute la magie, et se souciait profondément sur chaque artiste et le vaste éventail de styles qui ont défilé devant la caméra sur ce qui est devenu connu sous le nom de Gary Specials. C'est le surnom affectueux inventé par ceux qui ont eu la chance d'être réservés sur les spéciaux. Nous les avons appelés les Gary specials parce que Gary Ouellet a travaillé pour le légendaire producteur Gary Pudney. On peut honnêtement dire que ces deux hommes sont responsables de prouver au monde qu'il y avait d'autres grands magiciens en plus de David Copperfield.


Rejoindre la Marine

Jusqu'à ce que je reçoive un avis d'intronisation dans l'armée vers la mi-novembre 1966, rejoindre la marine américaine était la dernière chose à laquelle je pensais. Cependant, confronté à la possibilité d'entrer dans l'armée juste avant Noël ou de me porter volontaire pour la marine ou l'armée de l'air, j'ai choisi la marine car les chances étaient minces que je sois appelé à combattre au Vietnam.

J'étais étudiant à l'Université du Michigan lorsque j'ai reçu mon projet d'avis d'intronisation. Comme j'avais droit à un sursis militaire 1S jusqu'à la fin de l'année scolaire en mai 1967, j'ai eu le temps de m'enrôler dans la marine.

Pendant la pause entre les semestres juste avant Noël, je me suis engagé dans la Marine dans un poste de recrutement à Racine, dans le Wisconsin, à environ 25 miles de chez moi. Beaucoup de jeunes hommes s'enrôlaient dans la marine à ce moment-là pour éviter la conscription, j'ai donc dû m'inscrire sur une liste d'attente et entrer dans la marine avec un programme de retard de 120 jours. Le plus tôt j'ai pu être assermenté dans la marine était le 15 février 1967. Après avoir été en réserve inactive pendant 120 jours, je commençais le camp d'entraînement ou la formation de base le 15 juin.


Martine Ouellet crée un nouveau parti écologiste-souverainiste : 'Climat Québec'

QUÉBEC -- Martine Ouellet n'a pas dit son dernier mot en politique.

L'ex-ministre du Parti québécois (PQ) et ancienne chef du Bloc québécois est de retour à l'action et a annoncé la création d'un nouveau parti politique à la fois écologiste et souverainiste.

Comme son nom l'indique, la raison d'être du parti Climat Québec sera la lutte acharnée contre les changements climatiques, une tâche qui ne sera possible, selon son chef, que si le Québec devient une nation souveraine.

Son parti a été lancé vendredi et Ouellet vise à présenter une équipe de 125 candidats aux prochaines élections générales en octobre 2022.

« Je n'ai pas dit mon dernier mot », a-t-elle déclaré lors d'une entrevue téléphonique, affirmant qu'elle avait appris des revers politiques passés, à la fois à Québec avec le PQ et à Ottawa avec le Bloc.

Une chose est sûre, beaucoup de travail l'attend d'ici les élections, et elle devra travailler dur pour être sur la ligne de départ à temps.

Elle doit enregistrer le parti auprès du directeur général des élections, rédiger les statuts, organiser un congrès de fondation, mettre sur pied une organisation, trouver des financements, recruter des membres et des candidats, construire un programme et une plate-forme électorale.

Tout ça en un an et un peu.

UN LEADER « RALLYE »

Rien ne semble arrêter Martine Ouellet, une politicienne combative et sans réserve, qui a su rebondir échec après échec, défaite après défaite.

Elle est restée évasive lorsqu'on lui a demandé comment elle gagne sa vie, depuis son départ précipité et forcé de la direction du Bloc en juin 2018.

Dans les mois qui suivent, elle dit s'être rapprochée de sa famille, fonder un mouvement pour l'indépendance du Québec, puis un magazine avec le même objectif, et rédiger sa biographie.

En plus de son travail politique, elle écrit actuellement un livre sur l'histoire du Québec, vue du côté souverainiste du spectre.

Elle a dit vouloir être un leader rassembleur, ce qui n'était pas exactement sa marque de fabrique dans le passé et a déclaré qu'elle pouvait déjà compter sur de nombreux soutiens.

La cheffe de Climat Québec ne croit pas que le nouveau parti divisera davantage le vote souverainiste, puisque son initiative vise justement à combler un vide politique.

Cependant, son parti sera dorénavant en concurrence directe avec le PQ, dont il est issu, et Québec solidaire (QS), qui sont tous deux des partis politiques souverainistes et qui se sont tous deux montrés très préoccupés par les questions environnementales.

This means that there will be three parties sharing the voters who are sensitive to these two issues in the October 2022 election.

Despite this, according to Ouellet, "there is really a political vacuum", so "all the potential is accessible" to Climate Quebec because a large proportion of voters do not recognize themselves in the current political offer.

"Quebecers are not rooted in an electoral momentum through a political party," she said, adding that hers was the only party able to "get out of denial" and urgently address the climate crisis, the issue that must encompass all others and take precedence over all others.

"The time for dithering is long past," she wrote on her Facebook page as she launched the party.

"Let's face it, the survival of the world as we know it is in peril. Global warming is no longer a threat, but an inevitability, a crisis that must be addressed as a top priority. We must collectively get out of denial. We have no choice . the climate must become the prism through which all other issues are evaluated."

The engineer said politics is an extreme sport, where "personal and petty attacks are allowed, tolerated".

This is a reference to her brief and traumatic stint with the Bloc, which she led from 2017 to 2018, before being ousted in a vote of confidence by the membership, which followed the disavowal of most of her caucus.

She attributed the Bloc's unequivocal rejection of her leadership to "internal circumstances, legacy and power struggles" rather than to her leadership style, adding that she has since moved on having learned from the painful experience.

Previously, she suffered two major defeats when she ran for the leadership of the PQ, first in 2015 and then in 2016. In both cases, no PQ member supported her.

Her political career began in 2010, when she was elected under the PQ banner in Vachon. She was re-elected in 2012 and 2014. Pauline Marois appointed her Minister of Resources.

-- This report by The Canadian Press was first published in French on May 14, 2021.


Viciousness at Versailles

Gerhard Trumler/Imagno/Getty Images

From childhood, the clumsy, well-meaning Louis XVI of France was often overshadowed and outmaneuvered by his malicious younger brothers. Stagnant and bored at the court of Versailles, Comte de Provence and Comte d𠆚rtois spent much of their time stirring up gossip about their hapless older brother.

Left to their own devices, the brothers often engaged in petty arguments, occasionally in view of the whole court. Soon after Louis’s marriage to the young Marie Antoinette in 1770, the former Austrian archduchess𠅏rom a large family of brothers and sisters𠅏ound herself frequently breaking up embarrassing fracases between the brothers.

“With her experience of family life,” Antonia Fraser writes in Marie Antoinette: The Journey, “Marie Antoinette began to act as peace-maker between the sparring royal brothers, Louis Auguste and Provence. On one occasion when the clumsy Louis Auguste broke a piece of porcelain belonging to Provence and the younger brother flew at him, Marie Antoinette actually interrupted the fight. ”

Louis XVIII,਌omte de Provence

With their accession to the throne in 1774, Louis and Marie Antoinette’s inability to produce an heir became fodder for his brothers’ taunts. After his own marriage, Provence was also unable to consummate his union. “None of this,” writes Fraser, “stopped the wily Provence from dropping hints about his wife’s condition whenever he could most conveniently bait his brother and his Austrian wife with their own failure.”

The brothers also encouraged the rumor that the graceful, fun-loving Marie Antoinette was having an affair with the equally high-spirited Artois, a complete fabrication. This assault on their brother’s fertility reached a breaking point in 1778, with the birth of Princess Marie-Therese. According to Fraser, at the child&aposs baptism, the Comte de Provence argued that the "name and quality" of the parents had not been formally given. 

"Under the mask of concern about correct procedure, the Comte was making an impertinent allusion to the allegations about the baby’s paternity," Fraser writes. 

As tensions rose in France, his brothers’ increasingly conservative, reactionary politics caused constant problems for the moderate, placating Louis XVI. Both Provence and Artois escaped France with their families during the revolution. After their brother’s death, both men eventually got what they had perhaps always longed for—the chance to be king. After the fall of Napoleon, Provence reigned as Louis XVIII from 1814 to 1824. Artois followed as Charles X from 1824 to 1830, before he was deposed.

List of site sources >>>


Voir la vidéo: Patrick Boucheron: Vies posthumes dAmbroise de Milan (Janvier 2022).