Podcasts sur l'histoire

Y avait-il des membres d'équipage d'autres navires de l'USN sur l'USS Missouri lorsque les Japonais se sont rendus ?

Y avait-il des membres d'équipage d'autres navires de l'USN sur l'USS Missouri lorsque les Japonais se sont rendus ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai essayé de trouver une liste des membres d'équipage de l'USS Missouri au moment de la signature de l'instrument de reddition japonais, ou au moins des informations générales sur qui était à bord du navire à ce moment-là, mais rien de ce que j'ai trouvé n'est très utile. Je me demande si, à part quelques dignitaires et officiers de haut niveau d'autres militarisations ou branches de l'armée américaine, si des membres d'équipage non originaires du Missouri étaient présents sur le navire ? Si certains ont dit qu'ils étaient présents à la signature de la JIS, y a-t-il un moyen de le vérifier ?


Presque certainement.

Par exemple, l'amiral Bruce Fraser, le signataire britannique de la document de remise, a accueilli des "chefs alliés notables" sur son vaisseau amiral, HMS Duke of York, dans les cérémonies accessoires et complémentaires à la reddition elle-même.

La flotte britannique du Pacifique a atteint son objectif et s'est assurée qu'un amiral britannique était présent pour signer le document de capitulation japonaise à bord du USS Missouri dans la baie de Tokyo le 2 septembre 1945. Il y était de droit avec son vaisseau amiral, HMS Duke of York, fermer en lui permettant d'accueillir des chefs alliés notables.

Le moyen de transport le plus probable de Le Duke de York à Missouri aurait été par appel d'offres personnel le matin du 2 septembre - dont les membres d'équipage auraient été divertis par le Missouri l'équipage jusqu'à ce que Fraser soit prêt à repartir.

La plupart, sinon la totalité, des officiers supérieurs de la marine ayant des commandements à terre ou sur des navires à proximité autres que USS Missouri aurait très probablement été transporté à Missouri de la même manière le matin du 2 septembre. Malgré la célébration, ils n'étaient pas en vacances - ils avaient des commandes à exécuter et d'autres tâches à exécuter. Tous ces officiers de marine accueillaient probablement des officiers en visite, d'un grade à peu près équivalent, d'autres services ou pays, qui seraient arrivés avec eux ce matin-là.


La classe Iowa de la marine américaine : les meilleurs cuirassés de tous les temps

Conçu pour intercepter les navires capitaux rapides mais toujours capable de servir dans une bataille traditionnelle aux côtés d'autres navires de guerre de la Marine américaine, le Iowa-classe cuirassé a réussi à combiner vitesse et puissance de feu.

Contrairement aux cuirassés plus lents, la classe a été construite pour voyager avec une force porteuse - et même construite pour pouvoir transiter par le canal de Panama, ce qui a permis aux navires de guerre de répondre aux menaces dans le monde entier.

classe Iowa Cuirassé : histoire d'origine

Les cuirassés les plus grands et les plus puissants construits pour la marine américaine, le Iowa-class étaient également les derniers cuirassés qui sont entrés en service.

Bien avant l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, la marine américaine a vu que les nuages ​​​​de la guerre étaient à l'horizon et qu'il y aurait un besoin d'un "cuirassé rapide" qui pourrait affronter la puissance croissante de la marine impériale japonaise.

Faisant partie d'une nouvelle génération de navires de guerre américains, six des navires capitaux rapides ont été commandés, tandis que quatre ont finalement été construits, dont le navire de tête de sa classe, l'USS Iowa (BB-61) avec les navires jumeaux USS New Jersey (BB-62), USS Missouri (BB-63) et USS Wisconsin (BB-64). Deux navires supplémentaires, prévus Illinois (BB-65) et Kentucky (BB66), ont été posés mais annulés avec les deux coques mises au rebut à la fin de la guerre.

Alors qu'il s'agissait de navires de guerre rapides, la vitesse à laquelle les quatre ont été achevés était également remarquable. Iowa a été posé le 6 juin 1940 et a concouru le 22 février 1943 - tandis que le New Jersey a en fait été lancé le 7 décembre 1942, juste un an après l'attaque sournoise de Pearl Harbor et achevé le 23 mai 1943. Même si la guerre a mis en évidence le potentiel des porte-avions par rapport aux énormes chariots de combat, les cuirassés ont joué un rôle crucial dans la campagne Pacific “îles”.

Une antenne vue latérale tribord du cuirassé de classe Iowa WISCONSIN (BB-64) remorqué au-delà de la base navale de Norfolk en route vers le chantier naval de Norfolk à Portsmouth pour un stockage de réserve prêt. Le navire a été déplacé de l'installation de maintenance intermédiaire des navires lors de sa fermeture le 30 septembre.

Un cuirassé robuste

Armé d'une batterie principale de canons de 16 pouces pouvant atteindre des cibles à près de 24 milles de distance avec une variété d'obus d'artillerie, le Iowa-class étaient parmi les navires militaires américains les plus lourdement armés jamais mis à la mer. La batterie principale des cuirassés se composait de neuf canons Mark 7 de calibre 16 et 8243/50 dans des tourelles à trois canons, qui pouvaient tirer des obus perforants de 2 700 livres (1 225 kg) sur environ 23 miles (42,6 km). Les batteries secondaires se composaient de vingt canons de calibre 5 & 8243/38 montés dans des tourelles à double usage (DP) pouvant atteindre des cibles jusqu'à 9 miles (16,7 km).

Initialement équipés de canons anti-aériens de 40 mm, ceux-ci ont été remplacés pendant la guerre froide par des missiles, des suites de guerre électronique et des systèmes de canons anti-missiles Gatling Phalanx.

Comment le classe Iowa Les cuirassés sont entrés dans l'histoire

C'était à bord de l'USS Missouri en septembre 1945 que les représentants de l'Empire du Japon se sont officiellement rendus et ont mis fin à la Seconde Guerre mondiale.

Cela aurait pu être la fin des navires de guerre, et au début de la guerre de Corée, seul l'USS Missouri est resté en service actif. Cependant, ses trois sœurs ont été réactivées et ont fourni un appui de tir naval pendant la guerre. Alors que la portée des canons de 16 pouces était limitée à seulement 20 milles, les navires de guerre opéraient sur les deux côtes, causant d'énormes dégâts aux positions nord-coréennes.

Après la guerre, les quatre navires ont été déclassés - bien que l'USS New Jersey a été brièvement rappelé pendant la guerre du Vietnam.

Puis, dans les années 1980, lorsque le président Ronald Reagan a appelé à une US Navy de 600 navires, les quatre navires ont été réactivés et mis à niveau avec de nouveaux systèmes de combat qui ont remplacé de nombreux navires de plus petits canons de cinq pouces par un lanceur pour Harpoon anti-. missiles de navire, 32 missiles de croisière Tomahawk et quatre systèmes d'armes rapprochées Phalanx (CIWS).

Une vue aérienne de la proue bâbord du cuirassé USS IOWA (BB 61) tirant sa tourelle n° 2 de 16 pouces 50-cal. canons à tribord.

Ce fut un bref répit pour le Iowa-cuirassés de classe, et à la fois le navire de guerre de tête et sa sœur New Jersey étaient en cours de déclassement lorsque Missouri et Wisconsin ont été déployés dans le golfe Persique et ont participé à l'opération Desert Storm. Les deux chariots de combat de la Seconde Guerre mondiale ont lancé des missiles Tomahawk sur des cibles irakiennes. Les missions de tir naval ont été menées pour convaincre l'armée irakienne que les forces de la coalition s'engageraient dans un assaut amphibie, immobilisant des milliers d'unités irakiennes au Koweït.

C'était le dernier hourra pour le Iowa-classe et a marqué la dernière fois qu'ils ont tiré avec leurs armes de colère. Moins de deux ans plus tard, en 1992, le soleil s'est finalement couché sur « l'âge du cuirassé », et les quatre plus grands navires de la Marine ont été convertis en navires-musées à Pearl Harbor, à Hawaï (USS Missouri) Los Angeles, Californie (USS Iowa) Norfolk, Virginie (USS Wisconsin) et Camden, New Jersey (USS New Jersey).

Bien que convertis en musées, mais pas autrement modifiés de manière à nuire à leurs capacités militaires respectives, c'était parce que, théoriquement, chacun pouvait être réactivé pour le service si le besoin s'en faisait sentir. Alors que cela fait près de 20 ans, il y a eu des appels pour que les vénérables navires de guerre retournent à la mer, mais pour l'instant, leur travail consiste simplement à aider à préserver les souvenirs des sacrifices consentis par ceux qui ont servi et à mettre en lumière l'histoire de la cuirassé américain.


Contenu

1961 à 1964 Modifier

Suite à un shakedown dans l'Atlantique Ouest, Kitty Faucon a quitté la base navale de Norfolk, Norfolk, Virginie le 11 août 1961. Après une brève escale à Rio de Janeiro, au Brésil, où elle a embarqué le secrétaire de la marine brésilienne pour une démonstration lors d'un exercice en mer avec cinq destroyers brésiliens, le porte-avions d'attaque a arrondi Cap Horn le 1er octobre. Elle a fumé dans Valparaíso, Chili le 13 octobre et a navigué ensuite deux jours plus tard pour le Pérou, arrivant à Callao le 20 octobre où elle a diverti le président du Pérou. A San Diego, l'amiral George W. Anderson, chef des opérations navales, a débarqué sur son pont le 18 novembre pour assister à des démonstrations anti-sous-marines par Henry B. Wilson et dos bleu, une démonstration de missile Terrier par Topeka et démonstrations aériennes par Kitty Faucon.

Kitty Faucon est entré au chantier naval de San Francisco le 23 novembre 1961 pour des modifications. Après des opérations au départ de San Diego, il quitte San Francisco le 13 septembre 1962. Kitty Faucon rejoint la septième flotte des États-Unis le 7 octobre 1962, soulageant À mi-chemin comme le vaisseau amiral.

Après avoir participé au spectacle aérien de la Philippine Republic Aviation Week, Kitty Faucon a fumé du Port de Manille le 30 novembre 1962 et a accueilli l'Amiral Harry D. Felt, Commandant en Chef, Flotte Pacifique des États-Unis, pour une démonstration d'armes navales modernes le 3 décembre. Le navire a visité Hong Kong début décembre et est retourné au Japon, arrivant à Yokosuka le 2 janvier 1963.

En collaboration avec le commandant de la division porte-avions sept, Kitty Faucon a effectué plusieurs exercices en janvier et février 1963. [6] Le 4 janvier 1963, l'opération Checkertail a vu Kitty Faucon et trois autres porte-avions d'attaque lancent des frappes aériennes d'entraînement contre le commandement de la défense aérienne d'Okinawa. Du 27 janvier au 2 février 1963, le « Picture Window III » a vu des « avions étrangers » interceptés et identifiés visuellement dans la région du nord du Japon. Bien que les papiers officiels du navire publiés en 2011 n'identifient pas la nationalité, il est probable que les «avions étrangers» en question provenaient du district militaire soviétique d'Extrême-Orient ou de l'aviation navale soviétique. Du 16 au 19 février 1963, l'exercice « Red Wheel » a été mené dans le sud du Japon également sous la direction du commandant de la division aéronavale sept. Il visait à améliorer la capacité de la septième flotte des États-Unis à mener une guerre conventionnelle et nucléaire tout en maintenant la défense contre les attaques aériennes et sous-marines. Il visait également à évaluer la capacité du « groupe HUK [Hunter-Killer] » à protéger deux groupes de travail CVA. Au cours de ces exercices, le navire a visité Kobe, Beppu et Iwakuni avant de retourner à San Diego le 2 avril 1963.

Le 6 juin 1963, le président John F. Kennedy, accompagné de hauts dirigeants civils et militaires, embarqua Kitty Faucon assister à une démonstration d'armes de la force opérationnelle aéronavale au large de la côte californienne. S'adressant aux hommes du groupe de travail de Kitty Faucon, le président Kennedy leur a dit que, comme par le passé, le contrôle des mers signifie toujours la sécurité, la paix et la victoire finale. Il a ensuite écrit au président et à Madame Chiang Kai-shek qui avaient assisté à une manifestation similaire à bord Constellation: "J'espère que vous avez été aussi impressionné que moi, lors de ma visite à Kitty Faucon, avec la grande force pour la paix ou la guerre, que ces puissants transporteurs et leurs escortes d'accompagnement fournissent, aidant à préserver la liberté des nations lointaines dans toutes les parties du monde. »

Le lieutenant-colonel Felix E. Templeton, du VF-114, aux commandes d'un F-4B Phantom II récemment émis, a réalisé le 16 000e piège du navire, dans l'avion n° 401, le 17 août 1963. [1]

Le réalisateur John Frankenheimer a filmé des plans pour le film Sept jours en mai à bord du navire en 1963.

Après une série d'exercices et de tactiques de frappe le long de la côte californienne et au large d'Hawaï, Kitty Faucon a de nouveau navigué pour l'Extrême-Orient. En approchant du Japon, elle a appris qu'un assassin avait tiré sur le président Kennedy. Les drapeaux étaient en berne lorsqu'il est entré dans le port de Sasebo le 25 novembre 1963, le jour des funérailles du président et, en tant que navire supérieur présent, il a eu le triste honneur de tirer des saluts commémoratifs. Après avoir navigué en mer de Chine méridionale et s'être rendu aux Philippines dans le cadre d'opérations de préparation avec la 7e flotte, il est retourné à San Diego le 20 juillet 1964.

1965 à 1972 Modifier

Kitty Faucon révisé au chantier naval de Puget Sound, puis entraîné le long de la côte ouest. Elle a navigué de San Diego le 19 octobre 1965, pour Hawaï de là à la Baie Subic, Philippines, où elle s'est préparée pour des opérations de combat de la côte du Vietnam.

Kitty Faucon est revenu à San Diego en juin 1966 pour la révision et la formation jusqu'au 4 novembre 1966, quand elle a été déployée de nouveau pour servir dans les eaux de l'Asie du Sud-Est. Scènes de la comédie Walt Disney de 1966 Le lieutenant Robin Crusoe, U.S.N. ont été filmés à bord du navire de guerre.

Kitty Faucon arrivé à Yokosuka, au Japon, le 19 novembre pour soulager Constellation comme navire amiral du contre-amiral David C. Richardson, commandant de la Task Force 77. Le 26 novembre, Kitty Faucon a quitté Yokosuka pour Yankee Station via Subic Bay, et le 5 décembre, des avions de Kitty Faucon ont commencé leurs missions 24 heures sur 24 au-dessus du Vietnam du Nord. A propos de cette fois Kitty Faucon – déjà habitué aux célébrités en tant qu'invités – a diverti un certain nombre de visiteurs de premier plan : William Randolph Hearst Jr. Bob Considine Dr Billy Graham Nancy Sinatra et John Steinbeck, entre autres. Il resta en Extrême-Orient pour soutenir les États-Unis en Asie du Sud-Est jusqu'à son départ de la baie de Subic le 28 mai 1968. Passant par le Japon, le porte-avions atteignit San Diego le 19 juin et une semaine plus tard, il entra dans le chantier naval de Long Beach pour maintenance. Kitty Faucon retourné à San Diego le 25 août et a commencé un programme de formation rigoureux pour la préparer à l'action future.

Kitty Faucon a reçu la Presidential Unit Citation pour service exceptionnellement méritoire et héroïque du 23 décembre 1967 au 1er juin 1968, qui comprenait l'offensive du Têt, tout en participant à des opérations de combat en Asie du Sud-Est, et la Navy Unit Meritorious Commendation pour service exceptionnellement méritoire du 15 janvier 1969 au 27 août 1969 alors qu'il participait à des opérations de combat en Asie du Sud-Est et à des opérations d'urgence en Asie du Nord-Est. Les deux prix soulignaient que les officiers et les hommes de la Kitty Faucon fait preuve d'un esprit intrépide, de courage, de professionnalisme et de dévouement pour maintenir leur navire en tant qu'unité de combat dans les conditions d'exploitation les plus difficiles afin de permettre à ses pilotes de détruire des cibles militaires vitales au Nord-Vietnam malgré une opposition intense et des conditions météorologiques extrêmement défavorables.

Croisière : 67 nov. – 68 juin : Kitty Faucon eu un incendie dans le port de Subic Bay et s'est rendu aux quartiers généraux pendant 51 heures. A eu un accident d'avion sur cette croisière également, janvier 1968 a perdu Bill Reedy AO3 de "G" div. et deux autres hommes dans cet accident. Croisière : nov 68 – juin 69 : après la croisière Kitty Faucon est revenu à San Diego pendant un mois, puis est allé au chantier naval de Puget Sound dans l'État de Washington en septembre 1969 pour une cale sèche.

Le 12 octobre 1972 pendant la guerre du Vietnam, Kitty Faucon était en route vers sa station dans le golfe du Tonkin lorsqu'une émeute raciale impliquant plus de 200 marins a éclaté. Près de 50 marins ont été blessés dans cet incident largement médiatisé. [7] Cet incident a donné lieu à une enquête du Congrès sur la discipline dans la Marine.

1973 à 1977 Modifier

De janvier à juillet 1973, Kitty Faucon changé de port d'attache de San Diego à San Francisco. Kitty Faucon déplacé en cale sèche le 14 janvier 1973, et les travaux ont commencé pour convertir le navire d'une attaque (CVA) à un transporteur multi-missions (CV). La désignation « CV » indiquait que Kitty Faucon n'était plus strictement un porte-avions d'attaque, dans la mesure où la guerre anti-sous-marine deviendrait également un rôle majeur. Kitty Faucon est devenu le premier transporteur de la flotte du Pacifique à porter la désignation polyvalente « CV ». La conversion a consisté à ajouter 10 nouvelles stations d'étalonnage d'hélicoptères, à installer un centre de lecture et d'analyse de sonar/bouée acoustique et l'équipement connexe, et à modifier une grande partie des procédures d'exploitation du navire. L'un des principaux changements apportés à l'équipement et à l'espace dans la conversion a été l'ajout du Centre de classification et d'analyse anti-sous-marine (ASCAC) dans la zone CIC. L'ASCAC a travaillé en étroite collaboration avec les avions de lutte anti-sous-marine affectés à bord du Carrier Air Wing 11. Pendant la période du chantier, le département d'ingénierie a subi un changement majeur dans son usine de propulsion. Le système de carburant Navy Standard Oil (huile noire) a été complètement converti en Navy Distillate Fuel. Le département de l'Air a apporté plusieurs changements majeurs au poste de pilotage, notamment l'agrandissement des déflecteurs de souffle à réaction (JBD) et l'installation de catapultes plus puissantes afin de gérer le nouveau Grumman F-14 Tomcat, qui Kitty Faucon était prêt à recevoir pour son prochain déploiement. L'agrandissement du JBD#1 signifiait que l'ascenseur d'avion n°1 devait être repensé, ce qui rendait Kitty Faucon le seul transporteur à l'époque à avoir un élévateur d'avion qui suivait du pont du hangar au pont d'envol avec un angle de 6°. Kitty Faucon a quitté la cale sèche le 28 avril 1973 et le lendemain, le jour de son 12e anniversaire, a été nommé porte-avions polyvalent (CV).

Après des mises à niveau et des modifications indispensables à Kitty Faucon , il a quitté les chantiers navals de Hunters Point à San Francisco pour commencer des exercices "d'essais en mer", puis a effectué une courte escale de trois jours à Pearl Harbor pour certains membres de l'équipage R&R. Elle est ensuite partie pour la mer de Chine méridionale. Cependant, alors qu'il était en route, lors de l'entretien de routine des systèmes de mazout du navire dans la salle des machines n° 1, le 11 décembre 1973, un joint de bride s'est rompu dans l'un des tubes de transfert de carburant du JP5 qui traverse la salle des machines n° 1. Le carburéacteur a été pulvérisé, atomisé et enflammé et le navire s'est rendu aux quartiers généraux pendant près de 38 heures. En raison des quantités massives de fumée noire épaisse, l'équipage a reçu l'ordre de se rendre sur le pont d'envol jusqu'à ce que l'incendie puisse être maîtrisé et la fumée dégagée. Parce que deux puis trois des quatre systèmes de propulsion du navire ont dû être arrêtés pendant l'incendie, Kitty Faucon a commencé à gîter à environ 7 degrés à bâbord et, par conséquent, de nombreux aéronefs ont été déplacés à tribord pour tenter d'équilibrer le navire jusqu'à ce que l'incendie soit finalement maîtrisé et que deux systèmes de propulsion soient restaurés. Kitty Faucon puis s'est dirigé vers les Philippines où il a fait escale dans la baie de Subic jusqu'à ce que les dommages du navire puissent être évalués et que des réparations puissent être effectuées, mais il y aurait trois jours d'attente avant d'atteindre le port. Six marins enrôlés sont morts dans l'incendie : FR Michael Deverich, FR Linn Schambers, FR Kevin Johnson, FA Alan Champine, Samuel Cardenas et FA Joseph Tulipana. Trente-quatre marins ont été soignés pour inhalation de fumée et plusieurs blessures mineures et un marin pour une fracture du poignet signalés.Les corps des hommes morts dans l'incendie ont été escortés chez eux par des membres de leurs divisions respectives pour être enterrés.

À la suite de la mort des six membres d'équipage, le 10 janvier 1974, une enquête a été ordonnée par le contre-amiral Donald C. Davis, commandant du groupe de porte-avions 1 et officier supérieur à bord. Kitty Faucon désigné comme son vaisseau amiral. Bien que les rapports initiaux blâment l'un des six hommes qui ont péri dans l'incendie tragique, à la conclusion de l'enquête menée par le ministère de la Marine, le commandant de la septième flotte, plusieurs opinions sur les causes ont été notées dans le cadre de l'enquête, qui comprenaient, mais sans s'y limiter, la quatrième mention sur le capitaine Kenneth L. Shugart, USN. Le rapport d'enquête du 10 janvier 1974, section 3, paragraphe 3 indiquait que « Le remplacement du joint défectueux du couvercle de la crépine par l'apprenti pompier Kevin W. Johnson (décédé) reflétait, selon les termes de l'officier enquêteur, un manque de jugement et pratiques d'entretien." En outre, « l'apprenti pompier Johnson a donc été négligent dans l'exercice de ses fonctions ». Cependant, en accord avec l'enquêteur, l'opinion est exprimée que dans les circonstances, les défauts d'entretien notés ici constituent une négligence simple plutôt que coupable. »

À la lumière des efforts déployés par les six membres du personnel de la marine, FA Cardenas, Champine et Tulipana, et FR Deverich, Schambers et Johnson affectés à la salle des machines le 11 décembre 1973, qui sont tous décédés pendant les efforts de suppression, « il a été déterminé administrativement chacun a reçu à titre posthume la Médaille de la Marine et du Corps des Marines pour leur dévouement héroïque au devoir dans la lutte contre l'incendie qui fait l'objet de ce rapport d'enquête. » [8]

Kitty Faucon est resté occupé au milieu des années 1970 avec de nombreux déploiements dans le Pacifique occidental et la participation à un grand nombre d'exercices, y compris RIMPAC en 1973 et 1975. Kitty Faucon a quitté San Diego le 8 mars 1976 et le 12 mars est entré en cale sèche au chantier naval de Puget Sound à Bremerton, Washington, pour commencer une révision complexe de 100 millions de dollars US, qui devrait durer un peu plus de 12 mois. Cette refonte configurée Kitty Faucon d'opérer avec les avions F-14 et S-3A "Viking" dans un mode de contrôle total de la mer CV. Cela comprenait l'ajout d'espaces pour le stockage, la manutention des munitions et les installations de maintenance pour les deux avions. Le lot de travaux comprenait également des zones de travail plus efficaces pour les cellules et une installation de réparation pour l'équipement de soutien au sol et l'ajout d'une capacité de soutien avionique pour le S-3. Le navire a également remplacé le système de missiles sol-air Terrier par le système Sea Sparrow de l'OTAN, et a ajouté des ascenseurs et des magasins d'armes modifiés pour offrir une capacité accrue de manipulation et de rangement des nouvelles armes à lanceur aérien plus grandes. Kitty Faucon a terminé la révision en mars 1977 et a quitté le chantier naval le 1er avril de la même année pour retourner à San Diego. Après un bilan de pré-déploiement de six mois, Kitty Faucon a quitté NAS North Island le 25 octobre 1977 [9] pour un autre déploiement dans l'océan Pacifique occidental et est revenu le 15 mai 1978.

1979 à 1998 Modifier

En mai 1979, le navire s'est associé au Carrier Air Wing 15 (CVW-15) [10] pour un autre déploiement dans le Pacifique occidental. Ses fonctions comprenaient des opérations de recherche et d'assistance pour aider les réfugiés dans de petits bateaux fuyant la République socialiste du Vietnam.

Au cours de ce déploiement, Kitty Faucon a également offert un soutien d'urgence au large des côtes de la Corée à la suite de l'assassinat du président de la République de Corée, Park Chung Hee. Le déploiement a ensuite été prolongé de deux mois et demi pour soutenir les opérations d'urgence dans le nord de la mer d'Arabie pendant la crise des otages en Iran. Pour leurs actions dans la région, Kitty Faucon et CVW-15 ont reçu la Médaille expéditionnaire de la Marine.

Kitty Faucon a fait une apparition dans le film de 1980 Le compte à rebours final, remplaçant pour Nimitz. Sur le chemin du retour de son déploiement dans le Pacifique occidental, Kitty Faucon a été filmé entrant dans Pearl Harbor avec l'équipage sur les rails alors que le navire passait l'USS Arizona Mémorial. (Au moment du tournage, Nimitz était encore une flotte de l'Atlantique, vice-flotte du Pacifique, porte-avions.) Kitty Faucon est retourné à San Diego à la fin de février 1980 et a également reçu la mention élogieuse de l'unité méritoire et le prix "E" de l'efficacité de la bataille du Pacifique de la Naval Air Force en tant que meilleur porte-avions de la flotte du Pacifique.

En avril 1981, Kitty Faucon a quitté San Diego pour son treizième déploiement dans le Pacifique occidental. Après la croisière, l'équipage a reçu la Médaille expéditionnaire de la Marine et la Médaille du service humanitaire pour le sauvetage des réfugiés vietnamiens dans la mer de Chine méridionale.

En janvier 1982, Kitty Faucon retourné à Bremerton pour une autre révision d'un an. Après la mise à niveau complète et une période de formation vigoureuse avec Carrier Air Wing 2, Kitty Faucon déployé en 1984 en tant que navire amiral du Battle Group Bravo. Kitty Faucon parcouru plus de 62 000 mi (100 000 km) sur ce déploiement et est resté à "Station Gonzo" dans le nord de la mer d'Arabie pendant plus de 60 jours consécutifs.

En mars 1984, Kitty Faucon participé aux exercices "Team Spirit" dans la mer du Japon. Le sous-marin d'attaque nucléaire soviétique de classe Victor K-314 suivi le groupe de travail. Le 21 mars 1984, à la fin de la partie mer du Japon de l'exercice, K-314 fait surface juste devant Kitty Faucon, il était 22h05, trop sombre et bien trop proche pour Kitty Faucon pour voir et éviter la collision qui en résulte, avec des dommages mineurs au porte-avions et des dommages importants au sous-marin soviétique. Au moment de l'accident, Kitty Faucon est estimé avoir transporté plusieurs dizaines d'armes nucléaires, et K-314 portait probablement deux torpilles nucléaires. Kitty Faucon a ensuite été considéré comme la première arme porteuse anti-sous-marine et un sous-marin rouge a été peint sur son île près du pont mais a été ordonné de retirer à son retour au port d'attache North Island San Diego, CA. [11] [12]

Kitty Faucon s'est rendu à la base navale américaine de Subic Bay aux Philippines pour des réparations. Un morceau de l'un des K-314 les hélices étaient intégrées dans Kitty Faucon la proue, tout comme certains morceaux du revêtement anéchoïque soviétique, en grattant le long du côté du sous-marin. Le résultat fut en quelque sorte un coup de renseignement « accidentel » pour la marine américaine.

Le navire retourna à San Diego le 1er août 1984. Sept mois plus tard, Kitty Faucon a reçu un autre prix Battle Efficiency "E".

En juillet 1985, Kitty Faucon et CVW-9 déployé à nouveau comme navire amiral pour le groupement tactique Bravo. Kitty Faucon et CVW-9 se sont combinés pour établir une norme pour les opérations, complétant leur deuxième déploiement consécutif sans décès.

En août 1985, People Magazine a publié un article déclarant que les missiles et les pièces d'avion de Kitty Hawk ont ​​été illégalement introduits en Iran, à l'époque considéré comme une nation hostile, comme l'a révélé le maître de Kitty Hawk, Robert W Jackson. [13] Plus tard, le FBI a arrêté 7 suspects impliqués dans ce plan de contrebande, [14] un événement lié à ce qui a été connu plus tard comme le scandale Iran-Contra.

Les équipages du CVW-9 ont enregistré plus de 18 000 heures de vol et 7 300 atterrissages arrêtés tout en Kitty Faucon a maintenu ses catapultes et son équipement d'arrêt à 100 % de disponibilité.

En 1986, lors d'exercices de pré-croisière, un aviateur a été tué lors d'opérations aériennes lorsqu'il a été heurté par un avion alors qu'il vérifiait « elongs » lors d'un lancement.

Kitty Faucon a fait ses adieux à San Diego le 3 janvier 1987, alors que le navire quittait son port d'attache de 25 ans et partait pour une croisière mondiale de six mois. Lors de la circumnavigation, Kitty Faucon et CVW-9 ont de nouveau montré leur engagement envers la sécurité en effectuant un troisième déploiement sans décès . Kitty Faucon a passé 106 jours consécutifs en station dans l'océan Indien et a de nouveau reçu la médaille expéditionnaire de la marine et la mention élogieuse de l'unité méritoire pour son service. La croisière mondiale s'est terminée au chantier naval de Philadelphie le 3 juillet. Six mois plus tard, Kitty Faucon a commencé une refonte du programme de prolongation de la durée de vie (SLEP). Kitty Faucon a émergé des chantiers le 2 août 1990. On estime que la révision a ajouté 20 ans de service au navire. Le département de maintenance intermédiaire des aéronefs a également reçu l'Air Forces, le prix d'excellence départemental de la flotte américaine du Pacifique, le Black "E" pour ce déploiement.

Avec le retour du CVW-15 sur ses ponts, Kitty Faucon a commencé son deuxième déploiement autour de « la Corne » de l'Amérique du Sud jusqu'à son port d'attache d'origine de San Diego le 11 décembre 1991, effectuant le Gringo-Gaucho avec l'Aéronavale argentine pendant le transit.

Le 1er août 1992, Kitty Faucon a été nommé « porte-avions prêt » de la Naval Air Force Pacific. Le navire a embarqué Commander, Cruiser-Destroyer Group 5 Commander, Destroyer Squadron 17 et CVW-15 pour trois mois de préparation avant d'être déployé dans le Pacifique occidental le 3 novembre 1992. Pendant le déploiement, Kitty Faucon a passé neuf jours au large des côtes somaliennes pour soutenir les Marines américains et les forces de la coalition impliquées dans l'opération Restore Hope. En réponse à l'augmentation des violations irakiennes des sanctions des Nations Unies, le navire s'est précipité dans le golfe Persique le 27 décembre 1992. À peine 17 jours plus tard, Kitty Faucon a mené une offensive conjointe de la coalition contre des cibles désignées dans le sud de l'Irak.

Kitty Faucon appareiller sur son 17ème déploiement le 24 juin 1994, dans le but de fournir une influence stabilisatrice opérant dans le Pacifique occidental pendant une période de grande tension en Extrême-Orient, en particulier concernant la Corée du Nord. Ce serait la dernière croisière du VA-52 aux commandes de l'A-6E SWIP Intruder. Pendant la croisière, le transporteur a mené la première persécution ASW tant du sous-marin de classe de Han que de la classe d'Oscar II [15] (Très probablement l'Oscar II était K-442 [16] ). Au cours de la chasse ASW du sous-marin de classe Han de la PLA Navy, une impasse s'est produite entre les États-Unis et la RPC, ce qui a conduit plusieurs avions de chasse de la PLAAF à voler près de l'avion S-3 Viking ASW de Kitty Hawk à partir du VS-37. Finalement, les deux côtés ont reculé. [17]

En 1995, Kitty Faucon l'escadrille embarquée est passée au CVW-11, marquant le passage à un seul escadron de F-14 et à 3 escadrons de F/A-18. [18]

Kitty Faucon a commencé son 18ème déploiement, cette fois avec CVW-11, en octobre 1996. Pendant la période en cours de six mois, le navire a visité des ports dans le Golfe Persique et le Pacifique de L'Ouest. Le transporteur a effectué une visite rare à Hobart, en Tasmanie, et n'est que le deuxième transporteur à s'arrêter à Manama, à Bahreïn. [18] Kitty Faucon est retourné à San Diego le 11 avril 1997, en commençant immédiatement une révision de 15 mois, 110 millions de dollars, dont trois mois en cale sèche à Bremerton, de janvier à mars 1998.


Modèles de cuirassés de la marine américaine, modèles de navires de la marine américaine, livres, films, art et images.

Accueil Index des maquettes de bateaux anciens combattants Navires de la marine américaine Chars Militaires
Navires de la marine britannique Navires de la marine russe Exposition USS Kitty Hawk Navires de la marine allemande Navires de la marine japonaise
Bateaux radiocommandés Bateau à voile Expositions Divers Bateaux Sous-marins
USS Hornet CV-8 USS Essex CV-9

Plus de modèles de cuirassés de la marine américaine

Modèles de navires de la marine américaine

Navire de la marine américaine nommé en l'honneur de la bataille de Saipan pendant la Seconde Guerre mondiale : le navire d'assaut amphibie de classe Tarawa USS Saipan (LHA-2). Mesure 12 "de long et comprend une flotte d'avions finement détaillés sur son pont et un présentoir avec une plaque signalétique.

Maquettes de navires USS Bogue
Les kits de modèles du transporteur d'escorte CVE-9, l'USS Bogue, comportent des surfaces gravées une variété d'armements un ascenseur avant en option une flotte de seize avions, y compris des véhicules de pont d'envol Corsairs, Hellcats, Helldivers et Avengers et un choix de marquages ​​pour d'autres Transporteurs de classe Bogue. Assemblage de 8" de long requis.
Diorama de l'USS Bogue

Maquettes de péniches de débarquement Normandie LCVP - PA26-21
Plus de 20 000 bateaux Landing Craft, Vehicle, Personnel (LCVP) - conçus par Andrew Higgins - ont été construits pendant la Seconde Guerre mondiale.
l'un des bateaux "Higgins" affectés au navire de transport d'attaque USS Samuel Chase (APA-26) pendant l'invasion de la Normandie, ce modèle peint à la main, à l'échelle 1/30, en polystone et en métal King & Country présente des surfaces texturées, une direction détaillée et des positions de mitrailleuse , une rampe mobile, des marquages ​​authentiques et des intempéries réalistes, trois figurines d'équipage en métal de l'US Navy (un barreur et deux mitrailleurs de calibre .30), et plus encore. 14" de long arrive prêt à être affiché.
Figurines et modèles King & Country Normandie invasion.

Kits de modèles de lancement à vapeur de la marine américaine de la Seconde Guerre mondiale
Construits du début du siècle à la fin des années 1920 et utilisés jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, les vedettes à vapeur de la marine américaine telles que cet équipage transportent et ravitaillent entre le navire et le rivage et effectuaient des patrouilles. Ces petits bateaux fougueux étaient un spectacle familier de Shanghai au Panama Cana Finement détaillé et peint à la main, ce modèle en polystone King & Country à l'échelle 1/30 comprend une coque de ligne de flottaison, des surfaces texturées, une machine à vapeur et un entonnoir réalistes, de nombreux accessoires , des marques authentiques, des figurines en métal d'un barreur et d'un marin manœuvrant le canon Lewis à tir vers l'avant, et plus encore. Mesure environ 12" de long et arrive prêt à être affiché.

Kits de modèles réduits PT-109 1/72 et 1/32 motorisés
Le lance-torpilles à moteur commandé par le lieutenant John F. Kennedy pendant la Seconde Guerre mondiale, ce kit en plastique à l'échelle 1/32 comprend une coque monobloc, un pont complet avec tubes lance-torpilles, des bacs à canon avec supports de canon mobiles, un train d'engrenages complet avec des hélices et des gouvernails jumeaux universels, des tiges et des tubes en métal, un radeau de sauvetage avec des rames, des figurines d'équipage détaillées, des marquages ​​​​authentiques, un présentoir et plus encore. Comprend un moteur électrique (piles non incluses) et peut être converti en radiocommande. 29" long niveau de compétence 3.

Tous les historiens et américains ayant grandi dans les années 50, 60 et 70 peuvent associer le PT-109, un patrouilleur lance-torpilles de la Seconde Guerre mondiale, et John Fitzgerald Kennedy, le président des États-Unis. Le 23 avril 1943, le Lieutenant Junior Grade John Fitzgerald Kennedy reçut le commandement du PT-109. Ils ont participé à l'invasion américaine de l'île de Rendova/Nouvelle-Géorgie. Le PT-109 fut éperonné "Cut in half" et laissé en flammes par un destroyer ennemi l'Amagiri le 2 août 1943. Miraculeusement, seuls deux membres d'équipage furent tués et seulement deux autres grièvement blessés. Les marins ont atteint l'île Plum Pudding, à 3,5 milles. Survivant sur des noix de coco et avec l'aide des insulaires locaux, l'équipage restant et leur capitaine ont été secourus. En 2002, l'épave du PT-109 a été localisée.

Bateau lance-torpilles PT-109 Elco 80 pieds. USN. LA SECONDE GUERRE MONDIALE. John F. Kennedy. Caractéristiques : Moulé en vert foncé, décalcomanies Waterslide, quatre tubes lance-torpilles, deux canons à crinière jumeaux de calibre .50, un canon de 20 mm, un radeau de sauvetage, quatre figurines d'équipage et trois gouvernails, hélices et arbres. Contient des instructions de montage claires avec un synopsis détaillé du voyage passionnant et dangereux de Kennedy. Comprend un présentoir. Une planche de décalcomanies avec des marquages ​​pour un bateau : PT109, 109 et deux drapeaux américains.

Maquettes USS Chicago CG-11
Le croiseur lance-missiles USS Chicago (CG-11) - qui, lancé en tant que croiseur lourd de classe Baltimore en 1944, a subi une conversion de cinq ans avant d'effectuer cinq déploiements au Vietnam - dans sa configuration du milieu des années 1960, cette échelle 1/500 , le kit en plastique comprend une coque monobloc, des systèmes radar réalistes, des lanceurs de missiles qui pivotent à l'unisson avec les directeurs de missiles, des marquages ​​authentiques et un présentoir. 16" de long 82 pièces, niveau de compétence 2.

Maquettes de navires USS Fletcher
Le navire de tête de sa classe, l'USS Fletcher, ce kit en plastique à l'échelle 1/350 comprend une coque monobloc, des tourelles principales rotatives de 12,7 mm, un pont détaillé avec des antennes radar mobiles, des détails supplémentaires tels que des supports de grenade sous-marine et canots de sauvetage, un choix de marquages ​​pour quatre navires différents, un présentoir et plus encore. 13" de long 180 pièces, assemblage requis.

Maquettes de navires USS DeLong
l'USS DeLong (DE-684), un destroyer d'escorte de classe Rudderow qui a servi pendant la Seconde Guerre mondiale principalement comme navire-école pour les officiers et les hommes affectés à des tâches de lutte anti-sous-marine, ce kit en plastique à l'échelle 1/300 comprend une superstructure détaillée , un armement réaliste comprenant des tubes lance-torpilles et des supports de grenades sous-marines, des marquages ​​authentiques, et plus encore. 12" long niveau de compétence 2.

Modèles de navires motorisés USS Melvin Blue Devil Destroyer

L'USS Melvin (DD-680), un destroyer de classe Fletcher qui a reçu 10 étoiles de bataille pour ses actions sur le théâtre du Pacifique de la Seconde Guerre mondiale, ce kit en plastique à l'échelle 1/125 comprend des tourelles et des écrans radar qui se déplacent lorsque le navire est en action, des marquages ​​authentiques, et plus encore. Comprend un moteur électrique (nécessite six piles D) et peut être converti en radiocommande. 36" long niveau de compétence 3.

Kit USS Arizona BB-39 1/700 Édition Premium
Kit à l'échelle 1/200, cuirassé USS Arizona BB39 1941

L'USS Arizona (BB-39), le cuirassé de classe Pennsylvanie, a coulé lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor. Ce fier navire reste synonyme de l'entrée de l'Amérique dans la Seconde Guerre mondiale. Le 7 décembre 1941, 1 177 hommes ont coulé avec elle. Ce kit de ligne de flottaison en plastique à l'échelle 1/700 comprend une superstructure avant avec un pont extrêmement détaillé, une tourelle de commandement et des stations une grue avec des pièces en laiton photogravées en option des canons de canon principaux en laiton des balustrades de pont en laiton photogravées des canots de sauvetage une chaîne en cuivre des marquages ​​1941 authentiques présentoir et plus encore. L'échelle 1/700 mesure 10" de long et plus de 220 pièces, assemblage requis. L'échelle 1/200 mesure 100,3 x 42,4 x 14,7 cm d'environ 3 pieds de long. Également disponible en échelles 1/720 1/700 1/426 1/400 1/350.

USS Arizona
Impression artistique navale
James A. Déluge. Dépeint ce célèbre cuirassé dans des temps plus heureux en 1936 au départ de Pearl Harbor. Le chantier naval est à côté de sa proue et Ford Island, avec un cuirassé de classe New Mexico, est à l'arrière-plan de sa poupe. Impression 28"x 21".

Navire dont le nom est inscrit dans l'histoire, l'histoire de l'USS Arizona est bien connue dans le monde entier. Le 7 décembre 1941, les forces japonaises attaquent la flotte américaine du Pacifique ancrée à Pearl Harbor. Les 8 cuirassés ont subi des dommages ou ont été coulés ce jour-là. La perte la plus grave étant l'Arizona. Le navire a été touché par un obus modifié de 16". La bombe a percé ses ponts, a pénétré dans l'un des magasins avant et a déclenché plus d'un million de livres de poudre. L'Arizona a coulé au fond en emportant avec ses 1 177 âmes représentant près de la moitié le nombre total de victimes ce jour-là. L'Arizona a été laissé en place et sert de tombe permanente à ceux qui ont perdu la vie ce jour-là. Aujourd'hui, il y a un mémorial qui chevauche l'épave. Le drapeau américain flottera toujours sur le navire. Environ 9 litres de fuite d'huile du navire chaque jour.Le mémorial est l'attraction touristique la plus populaire d'Hawaï avec plus d'un million de visiteurs par an.

Marc Karvon
a grandi dans la région de Chicago. Dès son plus jeune âge, il s'intéresse au dessin. Au lycée, ses cours comprenaient des cours au choix en conception architecturale et en dessin mécanique. Après avoir obtenu son diplôme, il a fréquenté l'université et a étudié le génie aéronautique pendant une courte période.

Au début des années 90, Mark s'est lié d'amitié avec l'artiste marin de renommée mondiale Charles Vickery. Grâce à leur amitié et aux conseils de Charles, les compétences en dessin de Mark se sont améliorées et il a commencé à explorer d'autres médias, notamment la peinture à l'huile. Non seulement Charles a contribué à enseigner à Mark la composition et les subtilités de la création artistique, mais il a également offert beaucoup de sagesse concernant la vie en général. Ils sont restés bons amis jusqu'au décès de Charles en 1998.

Certaines des premières œuvres commandées par Mark comprennent de petites illustrations pour des publicités dans un journal local et des portraits pour des amis et des associés. De 1996 à 1997, il a travaillé sur commande pour le Illinois Railway Museum créant des œuvres originales représentant de nombreuses locomotives de la collection du musée.

En 1999, Mark a déménagé en Caroline du Nord avec sa femme et ses enfants. Depuis lors, le portefeuille de Mark n'a cessé de croître grâce à des commandes de peintures, de dessins et d'illustrations techniques pour des clients industriels et commerciaux ainsi que des collectionneurs privés.

Le travail de Mark est collectionné par des vétérans, des entreprises clientes, les forces armées et des connaisseurs d'art du monde entier. Son travail se trouve dans des collections publiques et privées du monde entier.

Don Stratton
À propos du signataire : Le 7 décembre, Don Stratton était à son poste de combat dans le directeur du canon de 5 pouces à bâbord près du pont sur l'U.S.S. Arizona Au cours de l'attaque, le matelot Stratton a été secouru par des membres d'équipage de l'U.S.S. Vestal qui avait été amarré le long de l'Arizona.

Le calme avant la tempête de Robert Taylor
Taille d'impression globale : 33 1/2" x 22 1/4"
Comprend une copie d'accompagnement The Way We Were - Pearl Harbor, dimanche 7 décembre 1941
Taille d'édition de 600
S/N par l'artiste et cinq (5) membres d'équipage de l'Arizona :

Navires : USS Arizona - USS Vestal

L'aube s'était levée pour révéler une autre journée glorieuse au paradis, et à bord de l'USS Arizona et du navire de réparation USS Vestal à ses côtés, l'équipage se laissait aller. Toute la semaine prochaine, ils travailleraient dur pour préparer la mer, mais aujourd'hui, c'était dimanche, et cela signifiait des tâches légères. Mais dans l'heure venue de nulle part, des avions japonais basés sur des porte-avions descendraient sur la base navale sans méfiance. Alors que les équipages enregistraient des cercles rouge vif sur leurs ailes, le sang se glaça dans leurs veines. Ils ont réalisé que l'enfer était venu à Pearl Harbor !

Puis, juste avant 08h10, l'impensable s'est produit. Une bombe d'un bombardier à haute altitude Nakajima B5N Kate a pénétré le pont blindé du navire et a explosé dans le magasin avant. En quelques secondes, une explosion cataclysmique a ravagé l'Arizona, dévastant le puissant navire qui brûlerait pendant deux jours, emportant avec elle la vie de près de douze cents hommes.

En hommage à tous ceux qui ont perdu la vie à Pearl Harbor ce jour tristement célèbre, Robert Taylor a créé sa nouvelle peinture poignante. L'Arizona est depuis devenu le point central du mémorial de Pearl Harbor et cette pièce émouvante dépeint ce fier navire comme ceux qui ont survécu aimeraient sûrement se souvenir d'elle - dans toute sa splendeur avant l'attaque.

Le Companion Print The Way We Were - Pearl Harbor, dimanche 7 décembre 1941 est également inclus. Reproduit directement à partir du dessin de travail de Roberts, ce remarquable compagnon est publié avec chaque édition de The Calm Before The Storm, créant une édition de collectionneurs commémorative appropriée pour le 70e anniversaire de cet événement historique.

Signé par l'artiste et les cinq (5) membres d'équipage qui étaient à bord de l'USS Arizona ce jour-là.

  • Quartier-maître 3c LOUIS CONTER USN
  • Matelot 1c LONNIE COOK USN
  • Matelot 1c CLEARDON HETRICK USN
  • Capitaine de corvette JOSEPH LANGDELL USNR
  • Adjudant-chef EDWARD WENTZLAFF USN (compagne print)

Kit USS Arizona 1/426
Maquette de bateau en plastique.
Ce fier navire reste synonyme de l'entrée de l'Amérique dans la Seconde Guerre mondiale. 1 177 hommes ont coulé avec elle le 7 décembre 1941. Le kit en plastique détaillé comprend des canons et des tourelles positionnables. 17" de long, 133 pièces,
niveau de compétence 2.


Californie

De la HNSA :
B-39 a été désarmé le 1er avril 1994 et vendu à la Finlande. Elle a fait son chemin à travers une série de ventes à l'île de Vancouver en 1996 et à Seattle, Washington, en 2002 avant d'arriver à San Diego, Californie, le 22 avril 2005 et de devenir une exposition du Musée maritime de San Diego.

Musée maritime de San Diego
1306 N. Harbor Drive
San Diego, Californie 92101
(619) 234-9153
Télécopieur : (619) 234-8345
E-mail : [e-mail protected]
http://www.sdmaritime.org/

USS Dauphin (AGSS-555)

Musée maritime de San Diego
1306 N. Harbor Drive
San Diego, Californie 92101
(619) 234-9153
Télécopieur : (619) 234-8345
E-mail : [e-mail protected]
http://www.sdmaritime.org

De la HNSA :
Le Dolphin a été construit comme un sous-marin diesel-électrique, de plongée profonde, de recherche et de développement. Il peut transporter des charges utiles scientifiques de plus de 12 tonnes, une capacité considérablement plus grande que tout autre navire de recherche en plongée profonde. Le sous-marin a des points de montage internes et externes, plusieurs connecteurs de coque électroniques et jusqu'à 10 racks d'équipement pour une utilisation en projet. Sa plus grande taille a également fourni une plus grande puissance et un personnel de recherche à bord que toute autre plate-forme de plongée profonde. Au cours de sa carrière de 44 ans, elle a testé des structures sous-marines avancées, des capteurs, des armes, des communications et des systèmes de machines. Une grande partie de son travail est encore classée.

USS frelon (CV-12)

De la HNSA :
Le huitième Hornet (CV-12) avait un record de combat extraordinaire pendant la Seconde Guerre mondiale, engageant l'ennemi dans le Pacifique en mars 1944, juste 21 mois après la pose de sa quille et la plus courte croisière d'essai de l'histoire de la Marine (2 semaines). Pendant dix-huit mois, elle n'a jamais touché terre. Elle était constamment dans les zones les plus avancées de la guerre du Pacifique, parfois à moins de 40 milles des îles japonaises. Ses pilotes ont détruit 1 410 avions ennemis et plus d'un million de tonnes de navires ennemis. Ses avions ont arrêté le super-cuirassé japonais Yamato et ont joué un rôle majeur dans son naufrage. Elle a lancé les premières frappes lors de la libération des Philippines, et en février 1945, les premières frappes contre le Japon depuis le raid de Doolittle en 1942.

USS Iowa (BB-61)

Centre des cuirassés du Pacifique
Poste à quai 87
250, boul. South Harbour
San Pedro, Californie 90731
http://pacificbattleship.com

SS Jérémie O'Brien

SS “Jeremiah O’Brien”, Pier 45, Fisherman’s Wharf, SF

De la HNSA :
Jérémie O'Brien est la dernière Liberté non altérée. Le navire est le produit d'un programme de construction navale d'urgence de la Seconde Guerre mondiale qui a abouti à la construction de plus de 2 700 navires Liberty. Conçus comme de simples cargos à vapeur bon marché et rapidement construits, les Liberty Ships constituaient l'épine dorsale d'un transport maritime massif de troupes, d'armes, de matériel et d'artillerie vers tous les théâtres de la guerre. Jérémie O'Brien fait des voyages en temps de guerre entre la côte est, le Canada et le Royaume-Uni, en Amérique du Sud, en Australie et aux Philippines.

SS Victoire de voie

Vétérans de la marine marchande américaine de la Seconde Guerre mondiale
Poste à quai 46
B.P. Boîte 629
San Pedro, Californie 90733-0629
(310) 519-9545
Télécopieur : (310) 519-0265
Courriel : [e-mail protected]
http://www.lanevictory.org/

USS LCI(L)-1091

Pied de la rue commerciale, Eureka, CA.
(707) 442-9333

USS LCS(L)(3)-102

île de la jument
Waterfront Ave et A St.
Vallejo, Californie 94592
(415) 661-9279
[e-mail protégé]
http://www.mightymidgets.org/

Yacht à vapeur Médée

Musée maritime de San Diego
1306 N. Harbor Drive
San Diego, Californie 92101
(619) 234-9153
Télécopieur : (619) 234-8345
E-mail : [e-mail protected]
http://www.sdmaritime.org

De la HNSA :
Steam Yacht Medea a été construit pour William Macalister Hall du château de Torrisdale, en Écosse, qui l'utilisait principalement pour des occasions sociales et des excursions de chasse autour des îles et des lochs de l'ouest de l'Écosse. En 1917, la marine française l'a acheté. Rebaptisé Corneille, il passa le reste de la Première Guerre mondiale comme escorte de convois pour les voiliers français.

USS À mi-chemin (CV-41)

Musée de l'USS Midway
910 N. Harbor Drive
San Diego, Californie 92101
(619) 544-9600
Télécopieur : (619) 544-9188
http://www.midway.org

USS Pampanito (SS-383)

De la HNSA :
Sous-marin de la flotte de la Seconde Guerre mondiale, le Pampanito a remporté six étoiles de bataille pour son service dans le Pacifique, coulant cinq navires totalisant 27 332 tonnes. Son plus grand jour est venu le 12 septembre 1944, quand elle et deux autres sous-marins ont surpris un convoi de 11 navires et ont coulé sept navires. Plus tard, Pampanito a sauvé 73 prisonniers de guerre alliés qui avaient été transportés à bord des transports ennemis.

Quai 45, Fisherman's Wharf
San Francisco, Californie 94133
(415) 775-1943
Télécopieur : (415) 441-0365
Courriel : [e-mail protected]
http://www.maritime.org/sub

PBR Mark II

Fondation du parc historique de Mare Island
328, promenade Seawind
Vallejo, Californie 94590
(707) 557-1538
Courriel : [e-mail protected]
http://www.mareislandhpf.org

Musée maritime de San Diego
1306 N. Harbor Drive
San Diego, Californie 92101
(619) 234-9153
Télécopieur : (619) 234-8345
E-mail : [e-mail protected]
http://www.sdmaritime.org

Musée maritime de San Diego
1306 N. Harbor Drive
San Diego, Californie 92101
(619) 234-9153
Télécopieur : (619) 234-8345
Courriel : [e-mail protected]
http://www.sdmaritime.org

USS Potomac (AG-25)

Association Potomac
540, rue de l'Eau
B.P. Boîte 2064
Oakland, Californie 94604-2064
(510) 627-1215 (du lundi au vendredi)
(510) 627-1502 (ligne d'information 24 heures sur 24)
Télécopieur : (510) 839-4729
http://www.usspotomac.org

De la HNSA :
Achevé en octobre 1934 sous le nom de US Coast Guard Cutter Electra, le navire a été repris par la Marine en novembre 1935 et rebaptisé USS Potomac en janvier 1936. Il a servi de yacht présidentiel au président Franklin Roosevelt de 1936 à sa mort en avril. 1945. Le président Roosevelt a passé de nombreuses heures délicieuses sur ses ponts à naviguer sur le fleuve Potomac près de Washington. Il a navigué près de 50 fois par an dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale.

PTF-26

Liberté Maritime, PTF-26
1272, promenade Grand River
Sacramento, Californie 95831
(916) 393-2221
Télécopieur (916) 393-2223
E-mail : [e-mail protected]
http://libertymaritime.com/

De la HNSA :
Le PTF-26, "Liberty", était le dernier PTF construit. Les PTF, Fast Patrol Boats, étaient la version de la guerre du Vietnam des célèbres PT Boats de la Seconde Guerre mondiale. Il s'agissait de canonnières côtières lourdement armées, principalement utilisées par les forces spéciales. Le PTF-26 est également le dernier des quatre PTF de la classe Osprey, le plus grand frère à coque en aluminium des bateaux de la classe Nasty.

SS Victoire du Chêne Rouge

SS Red Oak Victory
1337 boul. Canal, Quai 6A
Richmond, Californie 94804
(510) 237-2933
TÉLÉCOPIE : (510) 235-7259
http://www.ssredoakvictory.com/index.htm

Bateau-phare Soulagement (WAL-605, puis WLV-605)


5. Le lieutenant James “Jimmy” Carter Jr. (1977-1981)

Carter, le cinquième vétéran consécutif de la Marine à devenir président, a grandi dans une région rurale de Géorgie. Il a reçu une nomination à l'Académie navale des États-Unis en 1943, après deux ans d'études dans des collèges de Géorgie. Il obtient son diplôme en juin 1946 avec une commission d'enseigne, grâce à une formation accélérée en temps de guerre.

“Depuis l'âge de cinq ans, si tu m'avais demandé : ‘Qu'est-ce que tu vas faire quand tu seras grand ?’ J'aurais dit : ‘Je veux aller à l'Académie navale, une formation universitaire et servir dans la marine américaine », a expliqué Carter lors d'une interview pour son prix Nobel de la paix en 1991.

L'aspirant James Earle Carter. (Bibliothèque et musée présidentiels Jimmy Carter)

Carter a passé deux ans sur des navires - USS Wyoming (E-AG 17) et USS Mississippi (E-AG 128) — avant de demander le service sous-marin. Il a signalé à l'USS Pomfret (SS 391) à Pearl Harbor fin 1948, juste à temps pour participer à une patrouille de guerre simulée dans le Pacifique occidental et la côte chinoise en janvier 1949.

Carter s'impliquait dans le nouveau programme de sous-marins à propulsion nucléaire lorsque son père est décédé en 1953. En fait, il était responsable de l'équipage qui aidait à construire l'USS Loup de mer (SSN 575) et la centrale nucléaire qui devint plus tard un prototype. Après la mort de son père, Carter a démissionné de sa commission de lieutenant et est retourné en Géorgie pour gérer l'entreprise familiale d'arachides.


Engagements navals dans la guerre de 1812

USS Constitution battant le HMS Guerriere dans la guerre de 1812 US Navy History and Heritage Command

Les combats navals à l'ère de la voile, qui ont duré du XVIe au milieu du XIXe siècle, peuvent sembler étranges à l'œil moderne. Les voiliers étaient pratiquement des villages flottants, les plus gros navires de ligne étant armés de plus d'artillerie que certaines armées. En raison de la dépendance d'un navire à l'égard du vent pour la propulsion, le combat ressemblait souvent à une danse mortelle entre combattants, qui pouvait se désintégrer en une bagarre sanglante à courte portée.

Il est important de comprendre les différents types de navires de guerre qui sillonnaient les vagues au cours de cette période, qui s'applique à la fois à la Révolution américaine et à la guerre de 1812. Les plus gros navires de guerre étaient les navires de ligne et souvent classés selon le système de notation britannique : premier -taux, de second ordre et de troisième ordre. Ces navires lents et lourdement armés formeraient le noyau d'une ligne de bataille et échangeraient des tirs avec leurs adversaires de taille similaire.

Le troisième rang constituait l'épine dorsale de nombreuses marines, en particulier britanniques, et montait généralement soixante-quatorze canons sur trois ponts, avec un équipage pouvant aller jusqu'à 700 hommes. Les plus gros, de premier ordre, étaient massifs en termes de taille et de puissance de feu. L'exemple le plus célèbre, le HMS La victoire, le vaisseau amiral de l'amiral Nelson à Trafalgar, a monté 104 canons, tirant un poids de bord de 1 148 livres, et avait besoin d'un équipage de 800 pour combattre et naviguer.

Pendant la Révolution américaine et la guerre de 1812, les grandes batailles de flottes d'Europe étaient rares, les combats entre les petites frégates, les sloops et les bricks étant beaucoup plus fréquents. Ces navires n'étaient pas conçus pour combattre sur la ligne, mais étaient utilisés comme « croiseurs » en raison de leur vitesse, de leur maniabilité et de leur portée. Ils étaient souvent autorisés à naviguer indépendamment, à la recherche de cibles ennemies d'opportunité, ou attachés à de grandes flottes en tant qu'éclaireurs, piquets et courriers. La plupart des actions les plus célèbres des deux guerres étaient des duels entre ces navires plus petits, mais mortels.

USS Constitution vs HMS Guerrière, 19 août 1812, à 400 milles au SE de Halifax, Nouvelle-Écosse.

USS Constitution était l'une des «six premières» frégates commandées en 1794. Sachant que la marine américaine naissante ne pouvait pas rivaliser avec les puissances européennes sur l'eau, ces navires ont été conçus pour être plus rapides, plus robustes et tirer une bordée plus lourde que leurs homologues européens leur permettant pour maîtriser des navires de taille similaire et échapper aux plus gros navires de la ligne. Constitution, considérée comme une frégate lourde, a monté quarante-quatre canons avec un équipage de 450. HMS Guerrière, capturé aux Français en 1806, était une frégate britannique de cinquième rang, avec trente-huit canons et un équipage de 272.

Le 19 août 1812 à 14 heures, au début de la guerre de 1812, Constitution, avec le capitaine Isaac Hull aux commandes, a aperçu un navire inconnu à l'horizon et a décidé d'enquêter. Auparavant, le Constitution s'était mêlé à la grande flotte britannique, y compris Guerrière et son capitaine James Richard Dacres, mais a réussi à s'échapper. Les deux navires se sont reconnus au même moment et ont nettoyé leurs ponts pour le combat.

Initialement, Guerrière a tiré une bordée qui est tombée court, s'est tournée vers le vent et s'est enfuie, lacet de temps en temps pour tirer une bordée sur le poursuivant Constitution. Au cours de cette poursuite de quarante-cinq minutes, un boulet de canon a rebondi sans danger sur la Constitution, ce qui lui a valu le surnom durable de « Old Ironsides ». Lorsque Constitution réduit l'écart à quelques centaines de mètres, le capitaine Hull a ordonné une voile supplémentaire pour couvrir rapidement la distance finale. Guerrière n'a pas reflété cette manœuvre, et les deux navires se sont rapprochés à bout portant du « demi-coup de pistolet », et ont commencé à échanger des bordées.

Pendant quinze minutes, les deux navires se sont martelés, mais les canons plus lourds et la coque plus solide du Constitution avéré très efficace. Guerrière a perdu son mât d'artimon, qui est tombé par-dessus bord et a agi comme un grand gouvernail, tirant le navire autour. Profiter de Guerrière immobilité, Constitution traversé le front vulnérable du navire ennemi, et a livré une bordée punitive, ratissant Guerrière de la proue à la poupe, provoquant la Guerrière le grand mât tombe également. Les Constitution est venu et a ratissé son ennemi à nouveau, mais au cours de cette manœuvre, les deux navires se sont enchevêtrés. Des équipes d'arraisonnement ont été formées sur les deux navires, mais n'ont pas pu traverser le gréement enchevêtré et le beaupré dans la mer agitée.

Les navires sont restés emmêlés, échangeant des tirs de canon et de mousquet, jusqu'à ce qu'ils tournent et se libèrent. Guerrière a tenté de mettre les voiles et de fuir, mais ses mâts et son gréement étaient si lourdement endommagés que cela s'est avéré impossible. Constitution a réussi à se dégager brièvement et à réparer son gréement, avant de se diriger vers Guerrière encore une fois. Sentant que son navire ne survivrait pas à un autre assaut, le capitaine Dacres, qui a été blessé par une balle de mousquet, a signalé sa reddition en ordonnant un coup de canon dans la direction opposée de Constitution. Hull a ordonné à un lieutenant de ramer jusqu'au navire ennemi pour enquêter, qui a demandé si Guerrière se rendait, ce à quoi Dacres a répondu : « Eh bien, monsieur, je ne sais pas. Notre mât d'artimon est parti, nos mâts avant et principal sont partis - je pense que dans l'ensemble, vous pourriez dire que nous avons frappé notre drapeau.

Côté américain, les pertes et les dégâts sont faibles, avec sept tués et sept blessés. Les Britanniques, cependant, ont considérablement souffert, avec quinze tués, soixante-dix-huit blessés et les 257 restants capturés. Le capitaine Hull a refusé d'accepter l'épée de reddition de Dacres, honorant sa bravoure et une bataille bien menée.

Hull a tenté de sauver Guerrière et le remorquer jusqu'au port, mais, malgré le fait qu'il ait travaillé toute la nuit pour sauver le navire, les dommages étaient trop importants et il a plutôt ordonné que le navire en train de couler soit brûlé. Désireux de remonter le moral des Américains, Hull se rend à Boston pour annoncer la nouvelle, qui est reçue avec beaucoup d'enthousiasme.

USS États Unis vs HMS macédonien, 25 octobre 1812, près de Madère.

USS États Unis était le premier des « six originaux » commandés en vertu de la loi navale de 1794. C'était une frégate lourde, équipée de quarante-quatre canons et d'un équipage de 450 personnes. HMS macédonien était un nouvel ajout à la Royal Navy, mis en service en 1810. C'était une frégate de cinquième rang de trente-huit canons et avait un effectif de 306.

États Unis, sous le commandement du capitaine Stephen Decatur, quitta Boston début octobre pour une longue croisière dans l'Atlantique à la recherche de navires marchands et de navires de guerre britanniques.A l'aube du 25 octobre, près de l'île de Madère au large des côtes nord-africaines, les États-Unis ont repéré un navire et l'ont identifié comme macédonien, avec le capitaine John Surman Carden aux commandes, en route vers sa station des Antilles. Les deux navires ont autorisé l'action et ont fermé la distance. Decatur voulait garder le navire de guerre britannique à portée, en utilisant ses vingt-quatre livres plus lourds pour désactiver le navire avant de fermer pour terminer le travail.

Vers 9 heures du matin après avoir échangé les bordées initiales, le États Unis' deuxième volée détruite macédonien mât d'artimon et a donné l'avantage de manœuvre à la frégate américaine. États Unis a pris position sur macédonien quart arrière, une zone très vulnérable pour le navire britannique, et se mit à marteler le malheureux navire. A midi, le États Unis avait réduit macédonien à une carcasse flottante démâtée. Lorsque Decatur a fermé pour une autre bordée, Carden a frappé ses couleurs et s'est rendu.

Les conséquences ont révélé une bataille unilatérale, les canons plus lourds et la plus longue portée de la frégate américaine s'avérant dévastateurs. macédonien avait plus de 100 balles logées dans sa coque seule, et a subi quarante-trois tués et soixante et onze blessés : trente pour cent de pertes. Les États Unis fait sept tués et cinq blessés. États Unis livré soixante-dix bordées, tandis que le Macédonien a répondu avec seulement trente.

Les deux anciens combattants sont restés côte à côte pendant deux semaines afin que Macédoine pourrait être réparé à un état de navigation. Decatur a navigué vers les États-Unis avec son prix, arrivant à Newport, Rhode Island, le 4 décembre. HMS macédonien a ensuite été acheté et mis en service dans la marine des États-Unis, servant comme USS macédonien. Decatur et son équipe ont été félicités pour leur victoire spectaculaire, et salués par le public, le congrès et le président Madison.

USS Chesapeake vs HMS Shannon, 1er juin 1813, port de Boston.

Alors que la guerre de 1812 entrait dans sa deuxième année, les États-Unis avaient remporté une série de victoires navales, endommageant gravement le moral britannique et la supériorité navale perçue. Dans cet esprit, le capitaine James Lawrence avait terminé le réaménagement de l'USS Chesapeake dans le port de Boston, et était impatient de naviguer et d'engager les Britanniques. Chesapeake était plus petite que ses sœurs Constitution et États Unis, évalué comme une frégate de trente-huit canons, avec un équipage de 379. Shannon, commandé par le capitaine Phillip Broke, était de la même taille et du même armement, mais son équipage était réduit à 330 après avoir capturé un certain nombre de navires marchands.

Les équipages de la Royal Navy avaient souffert pendant les guerres napoléoniennes et n'étaient plus de la même qualité qu'avant, dans cet esprit, Lawrence s'attendait à dominer Shannon malgré leur taille et leur armement égaux. Les Shannon l'équipage et le capitaine, cependant, n'étaient pas des marins britanniques moyens. Broke était un officier supérieur et un maître de l'artillerie navale, qui a entraîné son équipage dans une excellente force. Lawrence, d'autre part, avait quelques membres d'équipage expérimentés, mais beaucoup n'avaient jamais combattu ensemble ou à bord de Chesapeake auparavant.

Chesapeake a navigué pour rencontrer Shannon le 1er juin 1813, et aperçut son adversaire vers 17 heures. Avec le Chesapeake s'abattant sur eux, Broke a offert sa philosophie simple d'artillerie à son équipage, « Ne jetez aucun coup de feu. Visez tout le monde. Garder son calme. Travaillez régulièrement. . . . N'essayez pas de la démâter. Tuez les hommes et le navire est à vous. Après des mois en mer, Shannon était minable par rapport à la nouvellement réaménagé Chesapeake, ce qui a donné encore plus de confiance à Lawrence dans son attaque.

Les deux capitaines ont choisi de retenir leur feu jusqu'à ce qu'ils puissent échanger des bordées, faisant de l'engagement autant un duel entre gentlemen qu'un duel entre navires de guerre. A 18 heures, à une distance de trente-cinq mètres, les deux camps ont ouvert le feu. Immédiatement, les tirs méthodiques et précis de l'équipage britannique ont fait des ravages sur le navire américain, ses équipages d'artillerie avancés souffrant gravement. Les Américains, cependant, ont régulièrement riposté et infligé quelques dégâts.

Réalisant que son navire se déplaçait trop vite et allait le dépasser Shannon, Lawrence a ordonné une réduction de vitesse. Au cours de cette manœuvre, le tir britannique précis a balayé le Chesapeake's plage arrière, tuant les barreurs et désactivant la barre. Les Chesapeake a été en mesure de décrocher des hits supplémentaires sur le Shannon et a balayé son gaillard d'avant avec le feu de caronade. Enfin, un coup emporté Chesapeake's drisse de hunier, lui faisant perdre tout élan vers l'avant et la laissant morte dans l'eau.

Les Chesapeake's quart arrière gauche a été rattrapé par le Shannon l'ancre, et les Britanniques arrimèrent leur navire à leur adversaire et se préparèrent à embarquer. Pris à un angle où ses canons ne pouvaient pas tirer sur le navire britannique, et où le Shannon pourrait tirer sur sa poupe vulnérable et ratisser le navire, le Chesapeake était en grand danger. Sentant la faiblesse de son adversaire, Broke ordonna à ses hommes de monter à bord. Dans le même temps, Lawrence décide également d'aborder son adversaire, mais son ordre se perd dans le maelström et seuls quelques Américains suivent leur capitaine.

Avant que Lawrence ne puisse conduire ses hommes dans le navire ennemi, il fut coincé par une balle de mousquet et mortellement blessé. Alors qu'il était transporté en dessous, il cria le désormais célèbre : « Dites aux hommes de tirer plus vite ! N'abandonnez pas le navire ! Avec tous les officiers américains blessés sauf un, les Britanniques ont fait face à peu de résistance organisée lorsque Brock a emmené son équipage très organisé à bord. Alors que les Américains ont résisté, et ont même réussi à repousser les Britanniques à un moment donné, il y avait peu d'espoir. Même si Brock lui-même a été grièvement blessé par un coutelas à la tête et que l'équipe d'arraisonnement britannique s'est retrouvée bloquée lorsque les deux navires se sont séparés, la résistance américaine avait effectivement cessé. L'engagement à bout portant et brutal n'avait duré qu'un quart d'heure.

Les deux côtés ont beaucoup souffert, Chesapeake perdu quarante-huit tués, quatre-vingt-dix-neuf blessés avec le reste capturé, Shannon vingt-trois hommes tués et cinquante-six blessés. En matière d'artillerie, le Chesapeake avait été sévèrement battu. Les Britanniques embarquèrent leur premier gros lot de la guerre vers Halifax et furent accueillis avec jubilation. USS Chesapeake a été remis en service le HMS Chesapeake. Le capitaine Lawrence a été enterré avec tous les honneurs militaires, six officiers de la Royal Navy faisant office de porteurs. Brock, bien qu'initialement ne s'attendait pas à survivre à sa blessure, est revenu en Grande-Bretagne en héros, a reçu un baronnet et a été fait chevalier. Bien que handicapé, il a poursuivi sa carrière comme instructeur de tir.

En termes de pertes par rapport au nombre d'hommes engagés, l'engagement entre Chesapeake et Shannon avait non seulement été la plus sanglante de la guerre de 1812, mais l'une des plus sanglantes de tout l'Âge de la voile. A des fins de comparaison, Chesapeake et Shannon a fait plus de victimes en quinze minutes que le HMS La victoire souffert pendant toute la bataille de Trafalgar.

Prise de l'USS Président, 15 janvier 1815, port de New York

Au fur et à mesure que la guerre de 1812 progressait et que les Britanniques se rendaient compte du danger des frégates lourdes américaines, ils consacrèrent de plus en plus de moyens navals au blocus des côtes américaines. De plus, les Britanniques ont strictement interdit à leurs navires de défier les frégates américaines en tête-à-tête. Après de nombreuses tentatives pour exécuter le blocus britannique, le commodore Stephen Decatur a transféré son commandement à Président, l'une des quarante-quatre frégates lourdes à canon, qui a été piégée à New York par une escadre britannique de quatre navires commandée par le commodore John Hayes.

Le 13 janvier, alors qu'une tempête de neige faisait rage qui a fait exploser les navires britanniques de leur station, Decatur a décidé de sortir du port de New York. Malheureusement, le chenal du port n'avait pas été bien balisé et Président ancré sur la barre. Pendant deux heures, avec des vents violents et une mer agitée, Président lutté sur la barre, subissant de lourds dommages à sa coque et à son gréement. Les vents ont empêché Decatur de rentrer au port forçant le Président à la mer.

Une fois la tempête passée, les Britanniques, réalisant que les Américains avaient peut-être tenté une percée, prirent position pour intercepter tous les navires américains. A l'aube du 14 janvier, des navires britanniques repérés Président et immédiatement déplacé pour s'engager. Decatur a tourné son navire sous le vent pour tenter de s'échapper, même en éclairant Président en jetant des objets inutiles par-dessus bord, mais les dommages subis dans le port se sont avérés désastreux.

Avec les frégates britanniques Majestueux, Endymion, Ténédos, et Pomone tous se lançant à la poursuite, une bataille continue s'ensuivit, les deux camps échangeant des tirs et les Britanniques se rapprochant progressivement. A la tombée de la nuit Endymion a réussi à combler l'écart et a déversé un feu dévastateur sur Président quartier arrière vulnérable. Une manœuvre rapide de Decatur a placé les deux navires l'un à côté de l'autre, échangeant des bordées. Les Américains ont ciblé le gréement britannique pour hâter leur fuite des navires britanniques restants, tandis que les artilleurs britanniques pilonnaient le Président coque.

A 20 heures, Decatur a frappé ses couleurs et Endymion s'est arrêté pour faire des réparations hâtives à son gréement. Voyant les Britanniques arrêtés mais ne lançant aucun bateau, aucun n'était en état de naviguer, Decatur a hissé ses voiles et a tenté de s'échapper à 8h30. Endymion était sous les voiles à 9 heures, et Pomone et Ténédos avait rattrapé. Deux bordées rapides de Pomone a finalement décidé de la question, et Decatur a de nouveau frappé ses couleurs.

Dans les fiançailles Président a perdu vingt-quatre hommes tués, cinquante-cinq blessés et le reste de son équipage de 447 capturés, tandis que le Endymion, le seul navire britannique à subir des pertes, a perdu onze tués et quatorze blessés. Peu après l'engagement, la guerre de 1812 prit fin, mettant ainsi fin aux duels de frégates de l'Atlantique.


Y avait-il des membres d'équipage d'autres navires de l'USN sur l'USS Missouri lorsque les Japonais se sont rendus ? - Histoire

Posté sur 12/07/2005 00:50:27 PST par bd476

DÉPARTEMENT DE LA MARINE -- CENTRE HISTORIQUE NAVAL
805 KIDDER BREESE SE -- WASHINGTON NAVY YARD
WASHINGTON DC 20374-5060

Raid de Pearl Harbor, 7 décembre 1941
Vue d'ensemble et sélection d'images spéciales

Le raid japonais du 7 décembre 1941 sur Pearl Harbor fut l'un des grands moments marquants de l'histoire. Un seul coup soigneusement planifié et bien exécuté a supprimé la force de cuirassé de la marine américaine comme une menace possible pour l'expansion de l'empire japonais vers le sud. L'Amérique, non préparée et maintenant considérablement affaiblie, a été brusquement amenée dans la Seconde Guerre mondiale en tant que combattant à part entière.

Dix-huit mois plus tôt, le président Franklin D. Roosevelt avait transféré la flotte américaine à Pearl Harbor comme moyen de dissuasion présumé contre l'agression japonaise. L'armée japonaise, profondément engagée dans la guerre apparemment sans fin qu'elle avait déclenchée contre la Chine à la mi-1937, avait un besoin urgent de pétrole et d'autres matières premières. L'accès commercial à ceux-ci a été progressivement restreint au fur et à mesure que les conquêtes se poursuivaient. En juillet 1941, les puissances occidentales ont effectivement interrompu le commerce avec le Japon. Dès lors, alors que les Japonais désespérés complotaient pour s'emparer des Indes orientales et de l'Asie du Sud-Est riches en pétrole et en minéraux, une guerre du Pacifique était pratiquement inévitable.

À la fin de novembre 1941, alors que les négociations de paix touchaient clairement à leur fin, les responsables américains informés (et ils étaient bien informés, pensaient-ils, grâce à leur capacité à lire les codes diplomatiques du Japon) s'attendaient pleinement à une attaque japonaise contre les Indes, la Malaisie et probablement les Philippines. . Complètement imprévue était la perspective que le Japon attaque également à l'est.

La base de Pearl Harbor de la flotte américaine était accessible par une force de porte-avions, et la marine japonaise en a secrètement envoyé un à travers le Pacifique avec une puissance de frappe aérienne supérieure à celle jamais vue sur les océans du monde. Ses avions ont frappé juste avant 8 heures du matin le 7 décembre. En peu de temps, cinq des huit cuirassés de Pearl Harbor ont coulé ou ont coulé, les autres étant endommagés. Plusieurs autres navires et la plupart des avions de combat basés à Hawaï ont également été détruits et plus de 2400 Américains sont morts. Peu de temps après, les avions japonais ont éliminé une grande partie de l'armée de l'air américaine aux Philippines et une armée japonaise était à terre en Malaisie.

Ces grands succès japonais, obtenus sans formalités diplomatiques préalables, ont choqué et enragé le peuple américain auparavant divisé en un niveau d'unité déterminé à peine vu auparavant ou depuis. Pendant les cinq mois suivants, jusqu'à la bataille de la mer de Corail début mai, les offensives de grande envergure du Japon se sont déroulées sans être troublées par une opposition fructueuse. Le moral des Américains et des Alliés en pâtit en conséquence. Dans des circonstances politiques normales, un logement aurait pu être envisagé.

Cependant, le souvenir de "l'attaque furtive" sur Pearl Harbor a alimenté une détermination à se battre. Une fois que la bataille de Midway au début de juin 1942 a éliminé une grande partie de la puissance de frappe du Japon, ce même souvenir a alimenté une guerre implacable pour renverser ses conquêtes et l'éliminer, ainsi que ses alliés allemands et italiens, en tant que futures menaces à la paix mondiale.



Attaque de Pearl Harbor, 7 décembre 1941
Photographie du centre historique de la marine américaine.

Un avion d'attaque porte-avions de type 97 de la marine japonaise ("Kate") décolle d'un porte-avions alors que la deuxième vague d'attaque est lancée. Les membres d'équipage du navire applaudissent "Banzai"

Ce navire est soit Zuikaku, soit Shokaku.

Notez le mât de trépied léger à l'arrière de l'île du transporteur, avec le pavillon naval japonais.



Attaque de Pearl Harbor, 7 décembre 1941
Photographie du centre historique de la marine américaine


Des avions lance-torpilles attaquent "Battleship Row" vers 08h00 le 7 décembre, vu d'un avion japonais.

Les navires sont, de gauche à droite : Nevada (BB-36) avec drapeau hissé à la poupe Arizona (BB-39) avec Vestal (AR-4) hors-bord Tennessee (BB-43) avec West Virginia (BB-48) hors-bord Maryland (BB-46) avec l'Oklahoma (BB-37) hors-bord Neosho (AO-23) et la Californie (BB-44).

La Virginie-Occidentale, l'Oklahoma et la Californie ont été torpillées, marquées par des ondulations et la propagation du pétrole, et les deux premiers sont en train de gîter à bâbord.

Des éclaboussures de torpilles et des pistes de course sont visibles à gauche et au centre.

La fumée blanche au loin vient de Hickam Field. La fumée grise au centre à mi-distance provient du torpillé USS Helena (CL-50), au quai 1010 du Navy Yard.

L'écriture japonaise en bas à droite indique que l'image a été reproduite avec l'autorisation du ministère de la Marine.

L'attaque de Pearl Harbor, 7 décembre 1941

Le chemin de la guerre entre le Japon et les États-Unis a commencé dans les années 1930 lorsque des différends sur la Chine ont séparé les deux nations. En 1931, le Japon conquiert la Mandchourie, qui faisait jusque-là partie de la Chine. En 1937, le Japon entame une longue et finalement infructueuse campagne pour conquérir le reste de la Chine. En 1940, le gouvernement japonais a allié son pays à l'Allemagne nazie dans l'Alliance de l'Axe et, l'année suivante, a occupé toute l'Indochine.

Les États-Unis, qui avaient d'importants intérêts politiques et économiques en Asie de l'Est, ont été alarmés par ces initiatives japonaises. Les États-Unis ont augmenté leur aide militaire et financière à la Chine, se sont lancés dans un programme de renforcement de leur puissance militaire dans le Pacifique et ont interrompu l'expédition de pétrole et d'autres matières premières au Japon.

Parce que le Japon était pauvre en ressources naturelles, son gouvernement considérait ces mesures, en particulier l'embargo sur le pétrole, comme une menace pour la survie de la nation. Les dirigeants japonais ont réagi en décidant de s'emparer des territoires riches en ressources de l'Asie du Sud-Est, même si cette décision entraînerait certainement une guerre avec les États-Unis.

Le problème avec le plan était le danger posé par la flotte américaine du Pacifique basée à Pearl Harbor. L'amiral Isoroku Yamamoto, commandant de la flotte japonaise, a conçu un plan pour immobiliser la flotte américaine au début de la guerre avec une attaque surprise.

Les éléments clés des plans de Yamamoto étaient une préparation méticuleuse, la surprise et l'utilisation de porte-avions et de l'aéronavale à une échelle sans précédent.

Au printemps 1941, les pilotes de porte-avions japonais commencèrent à s'entraîner aux tactiques spéciales exigées par le plan d'attaque de Pearl Harbor.

En octobre 1941, l'état-major de la marine donna son approbation finale au plan de Yamamoto, qui prévoyait la formation d'une force d'attaque commandée par le vice-amiral Chuichi Nagumo. Il s'articulait autour de six porte-avions lourds accompagnés de 24 navires de soutien. Un groupe distinct de sous-marins devait couler tous les navires de guerre américains ayant échappé aux porte-avions japonais.

La flotte de Nagumo se rassembla dans le mouillage éloigné de la baie de Tankan dans les îles Kouriles et partit dans le plus grand secret pour Hawaï le 26 novembre 1941. La route des navires traversait le Pacifique Nord et évitait les voies de navigation normales.

À l'aube du 7 décembre 1941, la force opérationnelle japonaise s'était approchée sans être détectée d'un point situé à un peu plus de 200 milles au nord d'Oahu.

A cette époque, les porte-avions américains n'étaient pas à Pearl Harbor. Le 28 novembre, l'amiral Kimmel a envoyé l'USS Enterprise sous le commandement du contre-amiral Willliam Halsey pour livrer des avions de chasse du Corps des Marines à Wake Island. Le 4 décembre, l'Enterprise a livré l'avion et le 7 décembre, le groupe de travail était de retour à Pearl Harbor. Le 5 décembre, l'amiral Kimmel a envoyé l'USS Lexington avec une force opérationnelle commandée par le contre-amiral Newton pour livrer 25 bombardiers éclaireurs à Midway Island. Le dernier porte-avions du Pacifique, l'USS Saratoga, avait quitté Pearl Harbor pour des travaux d'entretien et de réparation sur la côte ouest.

Le 7 décembre à 6 heures du matin, les six porte-avions japonais lancent une première vague de 181 avions composée de bombardiers lance-torpilles, de bombardiers en piqué, de bombardiers horizontaux et de chasseurs. Alors même qu'ils s'envolaient vers le sud, certains éléments des forces américaines sur Oahu ont réalisé qu'il y avait quelque chose de différent ce dimanche matin.

Quelques heures avant l'aube, des navires de la marine américaine ont repéré un périscope de sous-marin non identifié près de l'entrée de Pearl Harbor. Il a été attaqué et rapporté coulé par le destroyer USS Ward (DD-139) et un avion de patrouille.

À 7 heures du matin, un opérateur d'alerte d'une station radar de l'armée à Opana a repéré la première vague de la force d'attaque qui approchait. Les agents auxquels ces rapports ont été transmis ne les ont pas jugés suffisamment importants pour prendre des mesures.

Le rapport du naufrage du sous-marin a été traité de manière routinière et l'observation radar a été présentée comme l'approche d'un groupe d'avions américains devant arriver ce matin-là.

Les équipages japonais ont obtenu une surprise totale lorsqu'ils ont frappé des navires américains et des installations militaires à Oahu peu avant 8 heures du matin. Ils ont attaqué des aérodromes militaires en même temps qu'ils ont frappé la flotte ancrée à Pearl Harbor.

Les bases aériennes de la Marine à Ford Island et à Kaneohe Bay, l'aérodrome de la Marine à Ewa et les champs de l'Army Air Corps à Bellows, Wheeler et Hickam ont tous été bombardés et mitraillés alors que d'autres éléments de la force attaquante ont commencé leurs assauts contre les navires amarrés à Pearl Harbor. .

Le but des attaques simultanées était de détruire les avions américains avant qu'ils ne puissent se lever pour intercepter les Japonais.

Sur les plus de 90 navires ancrés à Pearl Harbor, les cibles principales étaient les huit cuirassés ancrés là-bas. Sept (Sic)étaient amarrés sur Battleship Row le long de la rive sud-est de l'île Ford tandis que l'USS Pennsylvania (BB-38) était en cale sèche de l'autre côté de la Manche. Dans les premières minutes de l'attaque, tous les cuirassés adjacents à l'île Ford avaient subi des bombardements et/ou des torpilles.

L'USS West Virginia (BB-48) a coulé rapidement. L'USS Oklahoma (BB-37) s'est transformé en tortue et a coulé. Vers 8 h 10, l'USS Arizona (BB-39) a été mortellement blessé par une bombe perforante qui a enflammé le magasin de munitions avant du navire.

L'explosion et l'incendie qui en ont résulté ont tué 1 177 membres d'équipage, la plus grande perte de vie sur un navire ce jour-là et environ la moitié du nombre total d'Américains tués. L'USS California (BB-44), l'USS Maryland (BB-46), l'USS Tennessee (BB-43) et l'USS Nevada (BB-36) ont également subi divers degrés de dommages au cours de la première demi-heure du raid.

Il y a eu une courte accalmie dans la fureur de l'attaque vers 8 h 30. À ce moment-là, l'USS Nevada (BB-36), malgré ses blessures, a réussi à se mettre en route et à descendre le chenal vers le large. Avant qu'elle ne puisse dégager le port, une deuxième vague de 170 avions japonais, lancée 30 minutes après la première, est apparue au-dessus du port. Ils concentraient leurs attaques sur le cuirassé en mouvement, espérant le couler dans le chenal et bloquer l'entrée étroite de Pearl Harbor.

Sur ordre de la tour de contrôle du port, l'USS Nevada (BB-36) s'échoue à Hospital Point et le chenal reste dégagé.

Lorsque l'attaque a pris fin peu avant 10h00, moins de deux heures après son début, les forces américaines ont payé un prix terrible. Vingt et un navires de la flotte américaine du Pacifique ont été coulés ou endommagés : les cuirassés USS Arizona (BB-39), USS California (BB-44), USS Maryland (BB-46), USS Nevada (BB-36), USS Oklahoma (BB-37), USS Pennsylvania (BB-38), USS Tennessee (BB-43) et USS West Virginia (BB-48) croiseurs USS Helena (CL-50), USS Honolulu (CL-48) et USS Raleigh ( CL-7) les destroyers USS Cassin (DD-372), USS Downes (DD-375), USS Helm (DD-388) et USS Shaw (DD-373) offre d'hydravions USS Curtiss (AV-4) navire cible (ex -cuirassé) USS Utah (AG-16) navire de réparation USS Vestal (AR-4) poseur de mines USS Oglala (CM-4) remorqueur USS Sotoyomo (YT-9) et cale sèche flottante numéro 2.

Les pertes d'avions ont été de 188 détruits et 159 endommagés, la majorité touchés avant qu'ils n'aient eu la chance de décoller. Les morts américains étaient au nombre de 2 403. Ce chiffre comprenait 68 civils, la plupart d'entre eux tués par des obus antiaériens mal fusionnés atterrissant à Honolulu. Il y a eu 1 178 militaires et civils blessés.

Les pertes japonaises étaient relativement légères. Vingt-neuf avions, soit moins de 10 pour cent de la force attaquante, ne sont pas retournés à leurs porteurs.

Le succès japonais fut écrasant, mais il n'était pas complet. Ils n'ont endommagé aucun porte-avions américain, qui par un coup de chance, avait été absent du port. Ils ont négligé d'endommager les installations côtières de la base navale de Pearl Harbor, qui a joué un rôle important dans la victoire des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les compétences technologiques américaines ont permis d'augmenter et de réparer tous les navires, sauf trois, coulés ou endommagés à Pearl Harbor (l'USS Arizona (BB-39) considéré comme trop endommagé pour être récupéré, l'USS Oklahoma (BB-37) levé et considéré comme trop vieux pour être mérite d'être réparé, et l'obsolète USS Utah (AG-16) n'en valait pas la peine).

Plus important encore, le choc et la colère provoqués par l'attaque surprise de Pearl Harbor ont uni une nation divisée et se sont traduits par un engagement sans réserve pour la victoire pendant la Seconde Guerre mondiale.

Source : ministère de la Défense. Comité commémoratif du 50e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. Pearl Harbor : Chronique commémorative du 50e anniversaire, "A Grateful Nation Remembers" 1941-1991. Washington : Le Comité, 1991.

La presse, cependant, a remis en question les affirmations de la propagande américaine concernant la soi-disant destruction des « porte-avions japonais » à Midway, ce qui a finalement conduit à la reddition américaine après les pertes écrasantes subies lors de l'effort bâclé pour prendre Tarawa.

Il est évident que vous essayez d'ajouter une sorte de "oues dissidents, mais. " réponse à ce fil, qui concerne en fait le souvenir de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

On ne sait pas pourquoi vous voudriez essayer d'orienter le fil dans cette direction.

Un autre jour que l'Amérique n'oubliera jamais.

Ce n'est qu'à nos risques et périls que nous oublierons ce jour.

Ce qu'ils ont vraiment négligé d'endommager, ce sont les parcs de stockage de pétrole. S'ils y étaient parvenus, ils auraient immobilisé la flotte américaine du Pacifique. Après la guerre, lorsqu'on lui a demandé pourquoi ils n'avaient pas détruit les parcs de réservoirs lors des 2 premiers raids, un ancien pilote japonais a répondu que les réservoirs de pétrole n'étaient pas des cibles choisies pour les 2 premières attaques. Je crois qu'il s'agissait de cibles choisies d'une 3e attaque qui a été annulée par les Japonais.
Ne réveillez jamais un géant endormi alimenté par des dinosaures (combustible fossile).

Depuis ce jour jusqu'à la fin du monde.

Mais nous nous souviendrons de nous .

Nous peu, nous heureux peu, nous bande de frères

Pour celui qui aujourd'hui verse son sang pour moi

Qu'ils reposent en paix et dans la bonne grâce de Dieu.

Je le lis moins comme un "oui, mais" et plus comme un "oui, et". comme dans "yes. et regardez à quel point les choses sont différentes aujourd'hui". On ne sait pas pourquoi vous voudriez essayer d'orienter le fil dans cette direction.

Je pense qu'il fait remarquer que le Japon/l'Allemagne ont trouvé quelques « idiots utiles » ici aux États-Unis pour mener leurs batailles à leur place. mais qu'il ne manque pas aujourd'hui.

Je ne pense pas que ce soit une dissidence, je pense que c'était une tentative de cadrer ce moment historique dans les termes et la mentalité de la presse d'aujourd'hui. Howard Dean aurait-il dit que la victoire sur les Japonais était « tout simplement fausse » et irréalisable ? Je ne le vois pas comme un pilotage, ajoutant simplement une autre dimension à la discussion et servant de rappel supplémentaire de ce pour quoi ils se battaient et mouraient alors, ainsi qu'aujourd'hui. Espérons que nous pourrons redécouvrir cette attitude positive qui a rendu la Greatest Generation si formidable. Que Dieu bénisse ceux qui sont morts il y a 64 ans, ainsi que ceux qui ont fait le sacrifice ultime dans le WOT. Qu'ils ne soient jamais oubliés.


Rapports des survivants de l'attaque de Pearl Harbor

Source : Wallin, Homer N. Pearl Harbor : pourquoi, comment, récupération de flotte et évaluation finale. (Washington DC: Government Printing Office, 1968): 297-327.

Remarque : certains de ces comptes sont des copies de pièces jointes aux rapports d'action de navires individuels.

USS Arizona

Le lieutenant-commandant S. G. Fuqua a écrit ce qui suit :

J'étais dans la salle de garde en train de prendre mon petit déjeuner vers 7 h 55 lorsqu'un bref signal d'alarme de raid aérien du navire a été émis. Je suis immédiatement allé au téléphone et j'ai appelé l'officier de pont pour sonder les quartiers généraux, puis peu de temps après, j'ai couru vers le côté tribord de la dunette pour voir s'il avait été informé.

En sortant de l'écoutille de la salle de garde à bâbord, j'ai vu passer un avion japonais, les mitrailleuses tirant, à une altitude d'environ 100 pieds.

Alors que je courais vers l'avant du côté tribord de la dunette, approximativement près de la passerelle tribord, j'ai apparemment été assommé par le souffle d'une bombe dont j'appris plus tard qu'elle avait heurté la plaque frontale de la tourelle n° 4 du côté tribord et que j'avais a jeté un coup d'œil et a traversé le pont juste en avant de l'écoutille du capitaine, pénétrant les ponts et explosant sur le troisième pont.

Quand je suis revenu sur le pont et que je me suis levé, le navire était une masse de flammes au milieu du bateau sur le pont du bateau et le pont arrière était inondé jusqu'à environ 90. La batterie antiaérienne et les mitrailleuses étaient apparemment toujours en train de tirer à ce moment-là. Certains des bateaux de l'Arizona s'étaient éloignés du pétrole et se trouvaient à l'arrière.

J'ai alors tenté, avec l'aide des équipages des tourelles #2 et #4, d'éteindre le feu qui venait du pont des bateaux et qui s'était étendu à la dunette. Il n'y avait pas d'eau sur les conduites d'incendie. Cependant, environ 14 C02 ont été obtenus qui ont été arrimés sur le côté bâbord et ont retenu les flammes de la dunette nous permettant de ramasser les blessés qui couraient sur le pont du bateau hors des flammes.

J'ai placé environ 70 blessés et blessés dans les bateaux qui avaient été ramassés sur le pont arrière et les ai débarqués au débarquement de Ford Island. Cela s'est terminé vers 9 h ou 9 h 30. Ne sachant pas si le capitaine ou l'amiral avaient déjà atteint le pont, j'ai fait ouvrir l'écoutille du capitaine, immédiatement après mon retour, et j'ai envoyé les officiers Ensign G. B. Lennig, USNR. et l'enseigne J. D. Miller, USN, descendirent pour fouiller les cabines du capitaine et de l'amiral pour voir s'ils étaient là.

À ce moment-là, la cabine du capitaine et la cabine de l'amiral étaient à peu près dans l'eau jusqu'à la taille. Une fouille des deux cabines a révélé que l'amiral et le capitaine n'étaient pas là. Sachant qu'ils étaient à bord, je suppose qu'ils s'étaient rendus sur la passerelle. Tout le personnel sauf 3 ou 4 hommes, tourelles #3 et #4, est sauvé.

Vers 9 heures, voyant que tous les canons de la batterie antiaérienne et secondaire étaient hors d'usage et que le navire ne pouvait pas être sauvé, j'ordonnai à toutes les mains d'abandonner le navire.

D'après les informations reçues d'autres membres du personnel à bord, une bombe avait frappé le gaillard d'avant, à peu près au moment où la sirène du raid aérien a retenti à 7 h 55. Peu de temps après, il y a eu une formidable explosion sur le gaillard d'avant, apparemment due à la bombe pénétrant dans le chargeur.

Environ 30 secondes plus tard, une bombe a touché le pont du bateau, apparemment juste en avant de la pile, une est tombée de la pile, et une autre a touché indirectement la plaque frontale de la tourelle n°4. Le commandant de l'USS. Vestal a déclaré que 2 torpilles sont passées sous son navire qui était amarré le long de l'Arizona, et ont frappé l'Arizona.

La première attaque a eu lieu vers 7 h 55. J'ai vu environ 15 avions lance-torpilles qui étaient venus à l'attaque en provenance du Navy Yard. Ces avions ont également mitraillé le navire après avoir largué leurs torpilles.

Peu de temps après, il y a eu un bombardement en piqué et une attaque de mitraillage d'environ 30 avions. Cette attaque était très déterminée, des avions plongeant à moins de 500 pieds avant de lâcher des bombes, vers 9h00. Il y avait environ douze avions en vol que j'ai vus.

Le personnel des batteries antiaériennes et de mitrailleuses de l'Arizona était à la hauteur des meilleures traditions de la Marine. Je pouvais entendre des coups de feu sur le navire longtemps après que le pont du bateau était une masse de flammes. Je ne peux pas distinguer un individu qui s'est démarqué par des actes d'héroïsme au-dessus des autres, car tout le personnel sous ma supervision s'est conduit avec le plus grand héroïsme et la plus grande bravoure.


"Souvenez-vous du 7 décembre !" Affiche d'Allen Saalburg, publiée par l'Office of War Information, 1942. La citation est tirée de la conclusion du discours d'Abraham Lincoln à Gettysburg.

Radioman's Mate troisième classe, G. H. Lane a écrit comme suit :

Lorsque l'attaque a commencé le 7 décembre 1941, c'était juste avant 08h00 et j'étais sur le gaillard d'avant de l'USS. Arizona. J'ai vu des avions lance-torpilles, avec l'insigne du soleil levant sous leurs ailes, attaquer des navires devant nous. L'alarme générale a alors sonné et on nous a tous dit de nous mettre à l'abri.

Je suis allé à l'arrière de l'atelier d'aviation et j'ai aidé à réveiller les hommes qui dormaient encore là-bas et j'ai fermé les ports de bataille dans le magasin d'optique. L'ordre est venu pour toutes les mains non affectées aux batteries anti-aériennes de se rendre au troisième pont. J'ai commencé pour le troisième pont mais juste à ce moment-là, General Quarters a retenti. Je suis revenu et suis parti pour ma station General Quarters qui est une station de réparation (patrouille cinq).

Nous avons été touchés à l'arrière et également à un ou deux autres endroits du navire. Le mot est venu, « Incendie dans le bureau du directeur général ». Hurst, Bruns, Wentzlaff et moi avons commandé un tuyau d'incendie et sommes allés sur la dunette pour le brancher et combattre l'incendie à l'arrière sur la dunette où la bombe nous avait illuminés.

Le lieutenant-commandant Fuqua était à son poste sur la dunette où la bombe nous avait touchés, j'étais à l'extrémité de la buse du tuyau et j'ai dit à Hurst et Bruns d'ouvrir l'eau. Ils l'ont fait, mais aucune eau n'est venue.

Je me suis retourné pour voir si le tuyau avait des plis et à ce moment-là, il y a eu une explosion qui m'a fait tomber du navire. J'ai été emmené à bord du Nevada où j'ai repris mes esprits dans une casemate (n°3). J'avais été dans l'eau parce que j'étais imbibé d'huile.

Le Nevada était en route et j'aidais à manipuler la poudre pour le canon de 5 pouces. Lorsque le Nevada a été touché dans le chenal de la cale sèche, le canon a été éteint et le navire était en feu. J'ai aidé à me blesser à l'arrière et j'ai combattu le feu jusqu'à ce que je sois étouffé par la fumée et les vapeurs. Ils m'ont envoyé du Nevada au Solace où j'ai été mis au lit et des coupures et des contusions soignées.

Je ne pouvais pas voir non plus jusqu'à ce que mes yeux soient lavés et traités. J'ai été libéré du Solace le 10 décembre et j'ai été envoyé à la caserne de réception où M. Fuqua m'a dit de rejoindre l'unité d'aviation à Ford Island. Je n'ai vu aucun signe de peur sur le navire. Tout le monde était surpris et assez fou.

Caporal B. C. Nightingale du Corps des Marines des États-Unis a écrit comme suit :

Vers huit heures du matin du 7 décembre 1941, je quittais la table du petit déjeuner lorsque la sirène du navire pour la défense aérienne retentit.

N'ayant pas de poste de combat anti-aérien, j'y prêtais peu d'attention. Soudain, j'ai entendu une explosion. J'ai couru jusqu'à la porte bâbord menant à la dunette et j'ai vu une bombe frapper une sorte de barge le long du Nevada ou dans les environs.

La garde de couleur marine est arrivée à ce moment-là en disant que nous étions attaqués. Je pouvais distinctement entendre des tirs de mitrailleuses. Je crois qu'à ce stade, notre batterie anti-aérienne s'est ouverte. Nous attendions des ordres quelconques. Les Quartiers Généraux ont sonné et je suis parti pour mon poste de combat à l'arrière secondaire.

Alors que je traversais le battant neuf, j'ai remarqué que l'arme était habitée et entraînée. Les hommes semblaient extrêmement calmes et rassemblés. J'ai atteint le pont du bateau et nos canons anti-aériens étaient en pleine action, tirant très rapidement.

J'étais aux trois quarts environ de la première plate-forme sur le mât quand il me sembla qu'une bombe avait frappé notre plage arrière. Je pouvais entendre des éclats d'obus ou des fragments siffler devant moi.

Dès que j'ai atteint la première plate-forme, j'ai vu le sous-lieutenant Simonsen allongé sur le dos avec du sang sur le devant de sa chemise. Je me penchai sur lui et le prenant par les épaules, je lui demandai s'il y avait quelque chose que je pouvais faire. Il était mort, ou presque, de sorte que la parole était impossible. Voyant que je ne pouvais rien faire pour le lieutenant, j'ai continué vers mon poste de combat.

Lorsque je suis arrivé à l'arrière secondaire, j'ai signalé au major Shapley que M. Simonson avait été touché et qu'il n'y avait rien à faire pour lui. Il y avait beaucoup de discussions et j'ai crié pour le silence qui est venu immédiatement.

Je n'étais là que depuis peu de temps lorsqu'une terrible explosion fit trembler violemment le navire. J'ai regardé le pont du bateau et tout semblait en feu devant le grand mât. J'ai signalé au major que le navire était en feu, ce qui était plutôt inutile, et après avoir regardé autour de lui, le major nous a ordonné de partir.

J'étais le dernier homme à quitter l'arrière secondaire parce que j'ai regardé autour de moi et qu'il n'y avait plus personne. J'ai suivi le Major à bâbord du mât du trépied. Les balustrades, au fur et à mesure que nous montions, étaient très chaudes et lorsque nous avons atteint le pont du bateau, j'ai remarqué qu'il était déchiré et brûlé.

Les corps des morts étaient épais et des hommes gravement brûlés se dirigeaient vers la dunette, pour tomber apparemment morts ou grièvement blessés.

Le major et moi sommes allés entre les tourelles n° 3 et n° 4 du côté tribord et avons trouvé le lieutenant-commandant Fuqua ordonnant aux hommes de passer sur le côté et aidant les blessés. Il semblait exceptionnellement calme et le Major s'arrêta et ils parlèrent un moment. Les corps carbonisés étaient partout.

Je me suis dirigé vers le quai et j'ai commencé à enlever mes chaussures quand je me suis soudain retrouvé dans l'eau. Je pense que le choc d'une bombe m'a jeté dedans. J'ai commencé à nager vers le pipeline qui était à environ cent cinquante pieds de distance.

J'étais à peu près à mi-chemin lorsque ma force s'est complètement affaiblie. Mes vêtements et mon état de choc ont miné mes forces, et j'étais sur le point de couler lorsque le major Shapley a commencé à nager, et voyant ma détresse, a saisi ma chemise et m'a dit de me pendre à ses épaules pendant que je nageais.

Nous étions peut-être à vingt-cinq pieds du pipeline lorsque la force du major a diminué et j'ai vu qu'il pataugeait, alors j'ai desserré mon emprise sur lui et lui ai dit de le faire seul.

Il s'est arrêté et m'a attrapé par la chemise et a refusé de me lâcher. Je me serais noyé sans le major. Nous avons finalement atteint la plage où un marine nous a dirigés vers un abri antiaérien, où on m'a donné des vêtements secs et un endroit pour me reposer.


Casquette de marin de l'U.S.S. Arizona

Matelot de machinistes de l'aviation, première classe D. A. Graham a écrit comme suit :

En entendant les explosions et les rapports d'armes à feu, Wentzlaff, E., A.O.M.2/c, est entré en disant que nous étions attaqués et bombardés par des avions japonais. La sirène de raid aérien retentit, suivie de l'alarme des Quartiers Généraux. Je suis sorti du magasin et me suis dirigé vers mon poste de quartier général sur la plage arrière en criant "Allons-y".

Il semblait que les chargeurs vers l'avant explosaient pendant que nous branchions le tuyau d'incendie, car le bruit était suivi d'un horrible "swish" et de l'air chaud soufflait des compartiments. Il y avait eu des bombes au premier démarrage et une fumée jaunâtre était couler des écoutilles depuis le pont inférieur. Il y avait beaucoup d'hommes qui sortaient sur la plage arrière avec chaque point de vêtements et de chaussures arrachés, douloureusement brûlés et choqués.

M. Fuqua était l'officier supérieur sur le pont et a donné l'exemple aux hommes en étant imperturbable, calme, calme et serein, illustrant le courage et les traditions d'un officier sous le feu. Il semblait que les hommes étaient douloureusement brûlés, choqués et hébétés, étaient inspirés et prenaient les choses en main en voyant M. Fuqua, si indifférent aux bombardements et aux mitraillages, debout sur la dunette.

Il n'y avait aucun "décomposition" ou "panique croissante" perceptible, et il dirigea le déplacement des hommes blessés et brûlés qui se trouvaient sur la dunette vers les chaloupes à moteur et les bateaux. Il a donné l'ordre de descendre les radeaux de sauvetage de la barbette n° 3, a supervisé le chargement des blessés et des brûlés, assisté de l'enseigne J. D. Miller qui a donné un très bon exemple à un jeune officier en étant calme, calme et serein.

Le groupe de signalisation, les quartiers-maîtres et toutes les mains sur le pont se sont levés - alors que les hommes de signalisation essayaient d'éteindre un feu dans le support de signalisation et de saisir des drapeaux de signalisation pour hisser un signal, tout le pont s'est levé, les flammes enveloppant et les obscurcissant alors que les flammes montaient deux fois plus haut que les sommets.

Une bombe a touché le côté tribord des canons de 5 pouces et du canon anti-aérien, et a touché la plupart des équipages marins et anti-aériens. Il semblait qu'une bombe avait touché le port après l'équipage anti-aérien et avait traversé la casemate et le bureau du directeur général.

Après la grosse explosion et le "swish", les hommes douloureusement brûlés et blessés, étourdis au-delà de l'entendement, sortirent sur la dunette. J'ai dû empêcher certains d'entre eux d'entrer dans les flammes plus tard et les ai dirigés vers le côté tribord du pont vers la passerelle pour embarquer, en les encourageant à être calmes.

Le Vestal, amarré à bâbord, n'a pas semblé être durement touché et a commencé à se mettre en route, alors je me suis tenu prêt à larguer les amarres sur la plage arrière et à larguer leurs amarres d'étrave comme le lieutenant-commandant sur elle voulait sauver la ligne à attacher à l'une des bouées. Aidés par un matelot de la tourelle n°4, nous avons contourné la ligne de proue et l'avons larguée.

Ensuite, en prenant le petit radeau de sauvetage sur la tourelle n°3 barbette bâbord et au-dessus de la poupe bâbord, l'eau et l'huile étant sur le pont, et le navire s'installant rapidement, nous avons reçu l'ordre d'embarquer dans le bateau à moteur à la poupe tribord, Lieutenant Le commandant Fuqua et quelques autres encore à bord.

Nous avons atterri à BOQ Landing, Ford Island. Smith, B.M.2c, USN, barreur de bateau, a fait de nombreux voyages pour les hommes blessés et brûlés livrés par le lieutenant-commandant Fuqua, toujours à bord.

Le courage et les performances de toutes les mains étaient du plus haut niveau imaginable, en particulier étant handicapés par des conditions défavorables et des camarades de bord qui ont explosé à leurs côtés.

Il n'y avait pas de désordre ni de tendance à courir dans la confusion. Le sang-froid et les manières calmes du lieutenant-commandant Fuqua et de l'enseigne J. D. Miller ont insufflé la confiance à l'équipage survivant.

L'Arizona a été le plus lourdement endommagé de tous les navires de Battleship Row, subissant trois quasi-accidents et deux coups directs de bombes de 800 kg larguées par des Kates à haute altitude.

La dernière bombe qui l'a frappée a pénétré son pont à tribord de la tourelle deux et a explosé dans une poudrière de 14 pouces. L'explosion massive qui en a résulté a brisé le navire en deux à l'avant de la première tourelle, a fait s'effondrer ses ponts de gaillard d'avant et a créé une telle cavité que ses tourelles avant et sa tourelle de commandement sont tombées de trente pieds dans sa coque.

Elle était une perte totale. Jamais sérieusement considérée comme candidate au sauvetage, son panier supérieur a été retiré en 1942 et elle reste là où elle a coulé à ce jour, une tombe pour 1 102 hommes qui sont morts avec elle.

George Bush pêche avec ses enfants. Il sort du bateau et traverse l'eau jusqu'au rivage.


Débarquement : opérations navales dans la baie de Casco pendant la Seconde Guerre mondiale (partie IV)

(Ceci est le quatrième et dernier volet d'une série d'articles de blog couvrant les diverses opérations menées dans le Maine pendant la Seconde Guerre mondiale. Cliquez pour lire les parties I, II et III de la série de blogs de George Stewart sur Casco Bay pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour lire tous les autres articles par George, allez ICI.)

Cet article fait suite à la description d'événements navals historiques survenus à Casco Bay, dans le Maine, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il comprend une discussion sur les événements d'après-guerre qui se sont produits dans la baie entre 1946 et 1947, ainsi que des photos de certains des navires historiques qui ont visité la baie pendant les années de guerre.

La carte de la zone montrant la géographie de base et les principales installations de défense côtière qui figuraient dans la partie I est répétée ici pour plus de clarté. En général, les principales installations à flot, y compris l'amarrage, les bouées et les mouillages, étaient situées sur les îles Long et Chebeague avec un accès à l'océan ouvert par la porte du filet anti-sous-marin situé à Hussey Sound, entre Peaks et Long Island. L'accès aux activités de soutien naval à Portland s'effectuait entièrement par embarcation, avec des trajets allant jusqu'à environ trois à six milles. Le centre-ville de Portland servait également de « port de liberté » pour les marins dont les navires étaient amarrés ou ancrés dans la baie.

Il y a peu de documents qui couvrent la période d'après-guerre immédiate dans la baie. À la fin de la guerre, une démobilisation rapide a eu lieu. De nombreux navires qui ont servi pendant la guerre ont été déclassés, bien qu'un nombre important d'entre eux soient remis en service pour la guerre de Corée en 1951. De plus, de nombreux navires qui ont servi dans l'Atlantique ont été transférés dans le Pacifique en 1945. Le 27 décembre, 1945, DESLANT se composait presque entièrement de nouveaux Sumner et Engrenage destroyers de classe, dont beaucoup ont été commandés trop tard pour un service important en temps de guerre. À cette époque, la plupart des formations de préparation et de remise à niveau pour les navires construits sur la côte est étaient en cours à Guantanamo Bay, à Cuba, où elles se poursuivraient jusque dans les années 1990.

La marine américaine envisagea d'utiliser davantage la baie après la guerre. La baie présentait un certain nombre d'inconvénients en raison de son éloignement, du manque d'installations d'amarrage appropriées, des conditions météorologiques et d'autres problèmes. Il y avait des installations navales à terre à Portland, mais les installations au bord de l'eau pour l'amarrage des navires étaient très limitées en raison du manque d'espace. Pendant la guerre, les navires devaient mouiller ou amarrer dans la baie. Cela a rendu nécessaire le transport vers et depuis Portland par ferry-boats, souvent dans des circonstances plutôt désagréables (comme le montre l'illustration ci-dessous) :

Bien que Narragansett Bay présentait certains des mêmes inconvénients, ils ont essentiellement disparu après l'achèvement des jetées des destroyers de Coddington Cove à Newport. Rétrospectivement, le démantèlement des installations de Casco Bay était probablement la bonne décision.

En 1946, la Marine a ordonné que l'annexe de carburant de Long Island soit utilisée uniquement pour le ravitaillement d'urgence. En 1962, il est placé en statut de gardien. Enfin, en 1967, il est déclaré excédentaire et vendu.

Au total, 770 navires ont visité la baie de Casco entre janvier 1941 et le 1er janvier 1947. Les destroyers et les destroyers d'escorte comprenaient 480 de ces navires. 140 navires supplémentaires auraient pu visiter la baie au cours de la période susmentionnée, bien que cela ne soit pas spécifiquement indiqué dans leurs histoires. Un total de 46 navires sur la liste étaient plus tard des pertes de guerre. Certains navires d'importance historique qui ont visité la baie pendant les années de guerre sont discutés dans les paragraphes suivants.

BATAILLES – Un total de 15 cuirassés apparaissent sur la base de données. Cinq existent encore en tant que navires-musées.

  • USS Texas (BB 35) – Navire musée à San Jacinto, Texas.
  • USS Caroline du Nord (BB 55) – Navire musée à Wilmington, Caroline du Nord.
  • USS Massachusetts (BB 59) – Navire musée à Fall River, Massachusetts.
  • USS Iowa (BB61) – Navire musée à San Pedro, Californie.
  • USS New Jersey (BB 62) – Navire musée à Camden, New Jersey.

USS Iowa (BB 61) a visité Casco Bay pour un entraînement opérationnel en 1943. Au cours de cette période, le navire s'est échoué en traversant Hussey Sound entre Peaks et Long Island. Plus tard cette année-là, elle a transporté le président Roosevelt vers et depuis une conférence à Téhéran. En 1944, le navire est transféré dans le Pacifique. Iowa servi activement dans l'Atlantique de 1984 à 1990. Au cours de cette période, elle a subi une explosion majeure dans la tourelle n ° 2 avec la perte de quarante-neuf vies. Iowa sert maintenant de navire-musée à San Pedro, en Californie.

TRANSPORTEURS – Étant donné que la majeure partie de l'action impliquant des transporteurs s'est produite dans le Pacifique pendant la guerre, seuls trois transporteurs ont été enregistrés comme ayant visité la baie de Casco. Cinq autres transporteurs d'escorte (CVE) apparaissent dans la base de données.

  • USS Ranger (CV 4) – Premier navire conçu à partir de la quille comme porte-avions.
  • USS Yorktown (CV 5) – Coulé dans le Pacifique en 1942.
  • USS Guêpe (CV 7) – Coulé dans le Pacifique en 1942.

USS Ranger (CV 4) a été le premier navire conçu à partir de la quille comme porte-avions. Il est entré en service en 1934. Il a visité la baie de Casco en 1941 dans le cadre de la Neutrality Patrol. Ranger est revenu en 1943 avant de soutenir l'invasion de l'Afrique du Nord. Pendant une grande partie de la guerre, ce fut le seul grand porte-avions affecté à la flotte de l'Atlantique. Ranger a été transféré dans le Pacifique en 1944.

CROISIERS – Au total, vingt-deux croiseurs apparaissent dans la base de données.

  • USS Augusta (CL 31) - Transporté FDR à une réunion avec Churchill à Placentia Bay pour la signature de la Charte de l'Atlantique en 1941.
  • USS Juneau (CL 52) – Coulé dans le Pacifique en 1942.

USS Juneau (CL 52) a effectué des exercices d'entraînement à Casco Bay peu de temps après son entrée en service en 1942, après quoi il a été transféré dans le Pacifique peu de temps après. Une torpille au large de Guadalcanal le coula le 13 novembre 1942. C'était le célèbre navire à bord duquel les cinq frères Sullivan servaient. Tous ont été perdus en mer. Cet incident a entraîné des modifications à la politique militaire du « survivant unique » pour éviter que cela ne se reproduise.

DESTRUCTEURS – Au total, 263 destroyers sont répertoriés dans la base de données. Parmi ceux-ci, quarante-sept 47 étaient des « Four Pipers » (également appelés « Flush Deckers ») de la les mèches et Clemson Des classes. Ces navires étaient des reliques de l'ère de la Première Guerre mondiale qui sont entrés en service juste après la fin de la guerre. Le groupe le plus important était celui des destroyers construits entre 1934 et 1942, avec 116 navires englobant dix classes différentes sur la liste. Ces navires sont reconnaissables à leurs gaillards relevés et dans les classes d'avant-guerre, des hublots sur les côtés. La liste comprend également soixante Fletcher Navires de classe construits entre 1942 et 1943 et trente-neuf Sumner et Engrenage Navires de classe construits entre 1944 et 1945. Ces navires sont revenus à la configuration « Flush Deck ». Certains navires historiques sur la liste comprennent :

  • USS Greer (DD 145) - Impliqué dans le premier incident avec U-Boat en 1941.
  • USS Ruben James (DD 245) - Première perte de navire américain pendant la guerre en 1941.
  • USS Hobson (DD 464) - Coulé en collision avec l'USS Wasp en 1952.
  • USS Kearney (DD 432) - Torpillé lors d'une patrouille de neutralité en 1941.
  • USS Ninoir (DD 424) – Première action avec un U-Boat en 1941.
  • USS Thompson (DD 627) – A servi de cadre pour La mutinerie de Caine.
  • USS Charles Ausburne (DD 570) – Navire amiral du célèbre « Little Beaver Squadron » sous le commandement du Capt Arleigh Burke.
  • USS Spence (DD 512) - Coulé dans un typhon dans le Pacifique en 1943.
  • USS Gyatt (DD 712) - Converti en premier navire lance-missiles au monde en 1956.

USS Ruben James (DD 245) était un Clemson Destroyer de classe construit en 1920. Le navire a servi dans la patrouille de neutralité où il a été coulé par une torpille au large d'Argentia le 23 octobre 1941 avant l'entrée en guerre des États-Unis. Le dernier arrêt avant son naufrage était Casco Bay. Rueben James était la première perte de navire américain de la Seconde Guerre mondiale.

USS Kearney (DD 432) était un Gleaves Destroyer de classe entré en service en 1940. Kearney a été torpillé alors qu'il effectuait une patrouille de neutralité avant le déclenchement de la guerre en octobre 1941. Il est revenu au service et a servi d'escorte de convoi et de patrouille à l'appui des invasions de l'Italie et du sud de la France. Elle a été envoyée dans le Pacifique en 1945.

USS Charles Ausburne (DD 570)

USS Charles Ausburne (DD 570) était un Fletcher Destroyer de classe construit à Orange, Texas. Il est entré en service en 1943 et a suivi un entraînement au shakedown à Casco Bay. Peu de temps après, il a été transféré dans le Pacifique et a servi comme navire amiral du célèbre escadron « Little Beaver » sous les ordres du futur chef des opérations navales Arliegh Burke.

ESCORTES DE DESTRUCTEUR – Après les destroyers, les destroyers d'escorte formaient le deuxième plus grand groupe de navires à visiter la baie de Casco pendant la guerre. Il y a 223 navires sur la liste qui ont visité la baie entre 1944 et 1945. Ces navires représentaient cinq classes de navires différentes. USS Caisses (DE 748) a été mentionné dans la première partie de la série de blogs. Il semble que pratiquement tous les DE construits sur la côte Est se soient rendus dans la baie pour un essai de mise au point ou une formation ASW à un moment ou à un autre. La majorité de ces navires ont servi dans l'Atlantique dans le cadre d'escortes de convois, de patrouilles ASM et en tant que membres de groupes de chasseurs-tueurs. Un certain nombre d'entre eux ont été affectés à des tâches d'entraînement de la réserve navale après la guerre. Certains navires historiquement importants qui apparaissent sur la liste incluent :

  • USS Farquhar (DE 139) – Dernier navire à couler un U-Boat en 1945.
  • USS Stewart (DE 238) – Navire musée à San Jacinto, Texas.
  • USS Vance (DE 387) – Impliqué dans le livre, L'affaire Arnheiter.
  • USS le maçon (DE 529) – Premier navire de guerre à équipage majoritairement noir.
  • USS Edward H. Allen (DE 531) – Rescapés sauvés du paquebot Andrea Doria naufrage en 1956.

USS Stewart (DE 238) a été construit à Houston, Texas. Le navire est entré en service en 1943. Pendant la guerre, Stewart a exercé des fonctions d'escorte de convoi et de patrouilles ASM dans l'Atlantique. Il a été transféré dans le Pacifique en 1945. Le navire sert maintenant de navire-musée à Galveston, au Texas. En 2007, il a été ajouté au registre national des lieux historiques. Elle est mentionnée dans un blog séparé sur ce site Web. Stewart est l'un des deux seuls destroyers d'escorte construits pendant la Seconde Guerre mondiale qui existent encore.

NAVIRES DE RÉPARATION/COMMANDE

  • USS Denebola (12 ap. J.-C.) – navire amiral DESLANT de 1941 à 1944.
  • USS Yosémite (AD 19) – navire amiral DESLANT de 1946 à 1969. A servi jusqu'en 1994.
  • USS Vulcain (AR 5) - Premier navire USN avec des femmes membres d'équipage en 1978.
  • USS Alcor (AG 34) – navire amiral DESLANT en 1944-1945.
  • USS Biscayne (AGC 18) – navire amiral DESLANT au début de 1946.

USS Yosémite (AD 19) était un Gamelle Annexe destroyer de classe construit à Tampa, en Floride. Le navire est entré en service en 1944. Yosémite a d'abord été affecté à des tâches de guerre dans le Pacifique. Cependant, il a été transféré à Casco Bay en 1946 où il a assumé les fonctions de navire amiral du COMDESLANT pendant la période de fermeture de la base. En 1947, le navire a été transféré à Newport, Rhode Island, où il a continué à servir de navire amiral DESLANT jusqu'en 1969. Yosémite devait rester en service actif en tant qu'offre de destroyer sur la côte Est et en Méditerranée jusqu'à sa mise hors service en 1994 après cinquante ans de service continu.

DÉMINEURS – Il y a trente-six dragueurs de mines dans la base de données. La plupart étaient à Casco Bay pour le shakedown et la formation ASW. Contrairement à leurs homologues d'après-guerre qui étaient (et sont) construits avec une coque en bois, les dragueurs de mines de la Seconde Guerre mondiale avaient des coques en acier.

SOUS-MARINS – Trente-trois sous-marins figurent sur la liste. La plupart ont été portés à domicile à New London et fournis au COMDESLANT à des fins de formation ASW. Ils étaient généralement de types obsolètes construits entre 1918 et 1926. Deux d'entre eux étaient des sous-marins italiens capturés utilisés à des fins d'entraînement pendant la dernière partie de la guerre.

Les S-25 a été construit en 1923 et transféré en Grande-Bretagne et plus tard en Pologne. Allied Escorts a ensuite coulé par erreur le sous-marin au large de la Norvège en 1942.

NAVIRES DE PATROUILLE – Dix-sept des trente-huit patrouilleurs figurant sur la liste étaient Tacoma Les frégates de patrouille de classe (PF). Ces navires sont entrés en service entre 1944 et 1945, trop tard pour avoir un impact significatif sur la guerre. Beaucoup ont fini par être vendus à des marines étrangères. D'autres étaient des yachts convertis (PY) qui ont été utilisés comme navires amicaux. Certains navires d'importance historique sur la liste comprennent:

  • USS Aigle (PE 56) – Coulé par U-853 au large du cap Elizabeth en 1945.
  • USS Renarde (PG 53) – Yacht converti. A servi de vaisseau amiral CINCLANTFLEET en 1942-1944.
  • USS Zircon (PY 16) – Yacht converti. A servi de vaisseau amiral CINCLANTFLEET en 1944-1945.
  • USS Mitspa (PY 29) – Yacht converti. A servi de navire amiral DESLANT en 1945.

L'USS Aigle (PE 56) était un patrouilleur de la Première Guerre mondiale. C'était l'un des soixante "Eagle Boats" construits selon un plan initié par Henry Ford dans un chantier naval sur la rivière Rouge près de Detroit, Michigan en 1918-1919. Le PE 56 était l'un des sept navires à avoir servi pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été torpillée au large du cap Elizabeth, juste à l'extérieur du port de Portland par U-853. Cependant, il y a encore un débat quant à savoir si elle a été torpillée ou coulée par une explosion interne.

GARDE-CÔTE - Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Garde côtière a fait partie intégrante de la Marine. Au total, cinquante et un navires de la Garde côtière figurent sur la liste. Un certain nombre de ces navires avaient une très longue durée de vie. Deux restent exposés en tant que navires-musées. Notez que les navires légers de la Garde côtière ont été retirés de la station pendant la guerre et utilisés à d'autres fins. La liste comprend sept Trésorerie Coupeurs de classe, dont plusieurs ont servi dans les années 1980. Certains navires historiques comprennent :

  • USCG Ingham (WPG 35) – Navire musée à Charleston, Caroline du Sud.
  • USCG Taney (WHEC 37) – Navire musée à Baltimore, Maryland.
  • USCG Nantucket (LV 112) – Navire léger Nantucket – A servi de navire d'examen à Portland pendant la guerre.
  • USCG Portland (LV 90) – Navire léger de Portland.

USCG Duane (WPG 33) était un Trésorerie Cutter de classe qui est entré en service en 1936. Il est resté en service actif jusqu'en 1985. Le navire est illustré ci-dessus dans ses configurations de temps de guerre et de paix. Duane était basé à Portland de 1978 à 1985.

Un grand nombre d'embarcations de service étaient basées dans la baie de Casco pendant la guerre afin de fournir les services nécessaires aux navires amarrés dans la baie.

Le navire illustré ci-dessus est entré en service sous le nom de vapeur SS Casco Bay Lines Aucocisco en 1897. Les fonctions du navire étaient de transporter des passagers et du fret vers les différentes îles de la baie. En 1942, l'U.S. Navy l'a repris et a rebaptisé son USS Île verte (YFB 32). Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi de ferry-boat basé à Portland à destination et en provenance de navires de guerre amarrés ou ancrés dans la baie. Avec son navire jumeau, le bateau à vapeur de Penobscot Bay Havre du Nord (YAG 12), Île verte servaient de grands « bateaux de la liberté ». Un voyage dans la baie couvrait des distances allant jusqu'à six milles de Portland et comprenait plusieurs arrêts, souvent dans des conditions météorologiques désagréables. Le bateau à vapeur fonctionnait au charbon. Après la guerre, Île verte a été retourné à Casco Bay Lines où il a continué à servir sous son nom d'origine de Aucocisco jusqu'en 1952. Je l'ai roulé vers et depuis Peaks Island un certain nombre de fois dans l'ère d'après-guerre.

La photo ci-dessus montre la zone de la baie de Casco où se trouvaient les amarres et les mouillages, elle apparaît aujourd'hui. Cette photo a été prise de l'extrémité nord de l'île Peaks en 2005.

LES RÉFÉRENCES: Les références suivantes ont été utilisées pour préparer les présentations données dans les musées de la région de Portland en 2006 et 2009.

  • Dictionnaire des navires de combat navals américains en ligne (DANFS)
  • Archives de photos NAVSOURCE
  • La chronologie officielle de la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale
  • U.S. Naval Historical Center (maintenant le Naval History and Heritage Command)
  • Institut naval américain
  • Garde côtière des États-Unis
  • Registre des navires de guerre
  • Hyper War, U.S. Navy pendant la Seconde Guerre mondiale, Navires de la U.S. Navy, 1940-1945
  • Dreadnoughts to Greyhounds : Navires de l'US Navy (Baie de Casco)
  • Liste des garde-côtes américains
  • Casco Bay Online, Seconde Guerre mondiale, Joel W. Eastman
  • Journal de guerre de la frontière orientale de la mer

PUBLICATIONS

  • Les navires de combat de Jane de la Seconde Guerre mondiale, Crescent Books, 1992 Réimpression
  • Tous les navires de combat du monde de Conway, 1947-1982, Partie I, US Naval Institute
  • Destroyers américains, Édition révisée, Friedman, US Naval Institute Press, 2004
  • Destroyers de la marine américaine de la Seconde Guerre mondiale, Blandford Press, 1983
  • Navires d'escorte alliés de la Seconde Guerre mondiale, Elliot, Naval Institute Press, 1977
  • Histoire des opérations navales des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, Samuel Elliot Morison, Castle Books, 2001 Réimpression
  • La guerre des deux océans, Samuel Elliot Morison, 1963
  • Boîtes de conserve : la véritable histoire des combattants destructeurs de la Seconde Guerre mondiale, Theodore Roscoe, Institut naval américain, 1953
  • La défaite des sous-marins allemands, Syrette, University of South Carolina Press, 1994
  • La guerre navale contre Hitler, Donald Mcintyre, 1971
  • Les îles Casco Bay, 1850-2000, Kimberly E. MacIsaac, Arcadia Publications, 2004

Faire connaitre. Partager cette publication!

15 commentaires

Je me demandais si vous pouviez m'aider à retrouver des informations historiques autour de la baie de Casco dans les jours qui ont suivi immédiatement le jour de la V-E pendant la Seconde Guerre mondiale. Toutes mes recherches sur Google sont vides. Voici l'histoire qui m'a été racontée quand j'étais très jeune (j'ai 60 ans maintenant.)
Mon oncle était un homme enrôlé à bord d'un destroyer d'escorte (nom inconnu) stationné au large de Casco Bay. 2 jours après le jour V-E, à environ 3 milles au large de Outer Green Island, ils ont obtenu un contact sonar et ont procédé à la mise à l'eau de 2 grenades sous-marines. Après leur départ, un U-boot allemand est arrivé qu'ils ont capturé.
Mon cousin raconte une histoire similaire avec seulement quelques détails différents. Mais dans toutes mes recherches sur Google, je n'ai pas pu trouver d'histoire de capture ou de reddition de U-Boat qui corresponde aux détails de celle-ci. C'est comme si nous avions une histoire mystérieuse de U-Boat ici et tout le monde aime un mystère.
Maintenant, si c'était tout ce que j'avais à continuer, nous pourrions l'écrire comme un conte fantaisiste d'il y a longtemps. Mais voici le détail étonnant qui prouve qu'il y a une part de vérité. J'ai des preuves. C'est ainsi que l'histoire, telle qu'elle m'a été racontée, s'est poursuivie. : Il y avait 3 drapeaux nazis à bord de ce sous-marin. C'était la version marine, celle avec la croix de fer dans le coin supérieur gauche. Un drapeau (soi-disant) est allé à un amiral de Portland, un deuxième à un amiral de Boston et un troisième est allé ailleurs. Pour faire une longue histoire, bref, un de ces drapeaux de sous-marins est passé dans notre famille et nous l'avons toujours. Pas moi, personnellement, je ne l'ai pas et je ne l'ai pas vu depuis des années mais je sais qu'il existe parce que quand j'étais en 2e année, à l'époque, j'avais le droit de l'emmener à l'école avec moi et c'était mon exposition Show and Tell” ce jour-là. Ce n'est pas quelque chose que vous oubliez ou gâchez.
Voici donc les questions que je me pose. 1) Si l'histoire est vraie, alors pourquoi n'y a-t-il aucune preuve ou récit de cette histoire remarquable ? 2) Peut-être que le drapeau provenait de l'un des 4 sous-marins qui se sont rendus à Portsmouth, dans le New Hampshire, dans les jours qui ont suivi le jour V-E ? Peut-être. Mais alors pourquoi avons-nous cette histoire incroyable sur la capture et comment expliquer comment mon oncle, un homme enrôlé qui n'avait que 20 ans. à l'époque, prendre possession du drapeau ? De toute évidence, cela signifiait quelque chose pour lui au-delà d'être un souvenir très cool, alors pourquoi était-il motivé à l'acquérir si l'histoire n'était pas vraie? (Encore une fois, il y a plus de détails sur toute l'histoire que j'ai omis.)
Jusqu'à ce que je sois convaincu du contraire, je vais suivre cette histoire telle qu'elle m'a été racontée par mon oncle (malheureusement, il est décédé il y a longtemps.) Cela signifie que nous avons un mystérieux sous-marin entre les mains. . Mais il doit y avoir une sorte de paperasse dans les archives de la Marine car les U-Boats capturés ne disparaissent pas tout simplement.
Si vous pouviez m'aider à résoudre ce mystère, je vous en serais très reconnaissant.
Merci,

J'ai fait beaucoup de recherches lorsque je préparais ma présentation, y compris des livres et des sites Web, mais je n'ai jamais rencontré cet incident. Un point de départ évident est uboat.net. Il donne des listes complètes des sous-marins capturés et rendus, mais ne donne pas beaucoup de détails. Je suppose que vous avez peut-être déjà visité ce site. J'ai trouvé 7 sous-marins sur leur liste qui se sont rendus à Portsmouth mais aucun détail n'est fourni sur les circonstances ayant conduit à leur reddition. Les sous-marins sur la liste comprenaient U-2513, U-234, U-873, U-805, U-1228, U-1406 et U-505. Je soupçonne que c'était l'un d'entre eux, mais je n'ai pas pu le déterminer. Je vais continuer à chercher.

Sur la carte, il montre une ligne de Long Island à Little Chebeague mais rien de Crow Island (partie de Long Island) à Chebeague où il y avait un filet sous-marin. De plus, j'ai entendu dire qu'il y avait un sous-réseau sur Sturdivant ou Basket Island. Mon voisin a de belles histoires d'étés en temps de guerre et nous travaillons à les écrire toutes.

Je recherche un marin stationné à Portland Maine en 1944. Il s'appelle James Edward Staten. Il était de l'état du Texas et il y était au milieu de 1944. Toute information serait appréciée.

En tant que résident permanent sur la rive est de la baie Casco (Small Point, West Point et Sebasco) et sur les eaux qui s'y trouvent depuis 50 ans. Pendant 10 ans, j'ai travaillé sur un petit chalutier (“Dragger”) nommé “Jackie B.”, qui, selon la rumeur, a commencé comme un 45 pieds, mais a été coupé en deux au milieu du navire vers 1940, et 10 pieds ont été ajoutés à sa taille, ce qui en fait un navire rapide (16+ nœuds) bien que très souple, 55 & 8242 LOA par 13 & 8242 w par 7-1/2 tirant d'eau avec un Gray Marine 671 avec une réduction de 2 à 1.
Étant ainsi améliorée, elle aurait ensuite été utilisée comme un « sous-chasseur » conçu pour harceler, mais je soupçonne qu'elle serait incapable d'attaquer ces intrus ennemis, au lieu de les chasser ou de les garder occupés jusqu'à ce qu'un véritable sous-tueur puisse être appelé. intervenir.
Y a-t-il une telle vérité dans ces récits, et si oui, y a-t-il un enregistrement de navires ainsi réquisitionnés ?
Y aurait-il des photos de la même chose.

Lors de la constitution de ma base de données de visites de navires de Casco Bay, j'ai trouvé un enregistrement d'un navire qui correspondait à la description. C'était le chalutier de pêche reconverti Ave Maria qui était affecté au premier district naval. Il effectua des patrouilles anti-sous-marines entre Boston et Portland entre 1942 et 1944. La source de cette information était le récit d'un membre d'équipage de l'USS Boyd. Je vais approfondir cela et voir si je peux trouver plus d'informations sur ce sujet.
Georges Stewart

Une information intéressante. Merci. Entre 1940 et 1943, j'ai vécu sur Greenwood Street sur Peaks Island. J'avais 3 ans lorsque nous avons emménagé là-bas en 1940. Je me souviens que ma mère m'emmenait voir les navires de la Marine, parfois depuis l'île et parfois depuis la promenade de l'Est où vivait mon grand-père. Parfois, nous en voyions beaucoup ancrés dans la baie et le lendemain, la plupart étaient partis. Nous les verrions aussi en prenant le bateau pour Portland. Nous passons également beaucoup de temps sur la plage entre Peaks Island et Cushing Island et semblons nous souvenir d'un filet sous-marin entre les îles qui était parfois ouvert par un petit bateau. Savez-vous si c'était un filet qui a été ouvert pour laisser entrer et sortir les navires ou est-ce que je l'imagine simplement ? Bien sûr, sur l'île, il y avait beaucoup de personnel de l'armée et nous ne pouvions pas aller à l'arrière de l'île à cause des armes à feu. Pour les enfants, c'était très amusant d'y vivre à cette époque. Plus tard, j'ai servi comme Sonarman sur des destroyers de Newport. USS Power DD-839 la plupart du temps avec une courte durée sur USS Daly DD-519.

Pierre, je me souviens de toi. Mes parents étaient Malcolm et Dottie Kennedy. Nous vivions au 15 Oak Ave., à environ 60-80 mètres de vous sur Greenwood. Je suis né en 1936, un an avant vous, et j'étais en sous-primaire (maternelle) lorsque les Japonais ont attaqué Pearl Harbor. Mon père et Willie (votre père) ont chanté un duo sur la Seconde Guerre mondiale pour le PTA Talent Show, ” Left My Heart at the Stagedoor Canteen”. J'ai une photo de pique-nique de toi et moi.

Salut Peter. Vous n'allez pas croire nos relations. Mes grands-parents, Harry et May Wallace vivaient sur Greenwood Street dans la grande maison sur votre droite lorsque vous montiez la colline. C'est là que ma mère a grandi et j'ai passé mes étés quand j'étais enfant. Je suis né en 1935 et je me souviens très bien des années de guerre. Mon grand-père était un marchand de homard de Hadlocks Cove, au bout de la rue. Une fois le filet en place, il devait faire tout son homard à l'intérieur du filet. Un autre problème était les plages imbibées de pétrole provenant de navires coulés au large. Je ne me souviens pas du type de portail dans le net. Mon ami Donald « Gary » Kennedy avec qui je suis toujours en contact se souvient très bien de vous. J'ai une copie de son autobiographie dans laquelle il y a une photo de vous et de votre famille en train de pique-niquer sur la plage avec les Kennedy. Mon oncle Harry, qui conduisait des bateaux de l'armée pendant la guerre, était le prochain propriétaire de votre maison sur Greenwood Street. J'ai grandi dans le Massachusetts et mes parents ont pris leur retraite sur l'île en 1959. J'ai toujours des liens avec l'île et nous avons loué la maison de mes grands-parents sur Greenwood Street pendant une semaine l'année dernière. Si vous me donnez quelques coordonnées, je peux vous donner beaucoup plus de détails.


Y avait-il des membres d'équipage d'autres navires de l'USN sur l'USS Missouri lorsque les Japonais se sont rendus ? - Histoire

Chronologie des événements
1941-1945

1941

7 décembre 1941 - Les Japonais bombardent Pearl Harbor, à Hawaï, attaquent également les Philippines, l'île Wake, Guam, la Malaisie, la Thaïlande, Shanghai et Midway.
8 décembre 1941 - Les États-Unis et la Grande-Bretagne déclarent la guerre au Japon. Les Japonais atterrissent près de Singapour et entrent en Thaïlande.
9 décembre 1941 - La Chine déclare la guerre au Japon.
10 décembre 1941 - Les Japonais envahissent les Philippines et s'emparent également de Guam.
11 décembre 1941 - Les Japonais envahissent la Birmanie.
15 décembre 1941 - Premier navire marchand japonais coulé par un sous-marin américain.
16 décembre 1941 - Les Japonais envahissent Bornéo britannique.
18 décembre 1941 - Les Japonais envahissent Hong Kong.
22 décembre 1941 - Les Japonais envahissent Luzon aux Philippines.
23 décembre 1941 - Le général Douglas MacArthur entame un retrait de Manille vers Bataan. Les Japonais prennent l'île de Wake.
25 décembre 1941 - capitulation britannique à Hong Kong.
26 décembre 1941 - Manille est déclarée ville ouverte.
27 décembre 1941 - Bombe japonaise Manille.

1942

Carte de l'empire japonais à son apogée en 1942.

2 janvier 1942 - Manille et la base navale américaine de Cavite capturés par les Japonais.
7 janvier 1942 - Les Japonais attaquent Bataan aux Philippines.
11 janvier 1942 - Les Japonais envahissent les Indes néerlandaises et Bornéo néerlandais.
16 janvier 1942 - Les Japonais commencent une avance en Birmanie.
18 janvier 1942 - Signature d'un accord militaire germano-japonais-italien à Berlin.
19 janvier 1942 - Les Japonais prennent le nord de Bornéo.
23 janvier 1942 - Les Japonais prennent Rabaul sur la Nouvelle-Bretagne aux Îles Salomon et envahissent également Bougainville, la plus grande île.
27 janvier 1942 - Premier navire de guerre japonais coulé par un sous-marin américain.
30/31 janvier - Les Britanniques se retirent à Singapour. Le siège de Singapour commence alors.
1er février 1942 - Première offensive de porte-avions américaine de la guerre alors que YORKTOWN et ENTERPRISE mènent des raids aériens sur des bases japonaises dans les îles Gilbert et Marshall.
2 février 1942 - Les Japonais envahissent Java dans les Indes néerlandaises.
8/9 février - Les Japonais envahissent Singapour.
14 février 1942 - Les Japonais envahissent Sumatra dans les Indes néerlandaises.
15 février 1942 - capitulation britannique à Singapour.
19 février 1942 - Le plus grand raid aérien japonais depuis Pearl Harbor a lieu contre Darwin, en Australie Les Japonais envahissent Bali.
20 février 1942 - Premier as de combat américain de la guerre, le lieutenant Edward O'Hare du LEXINGTON en action au large de Rabaul.
22 février 1942 - Le président Franklin D. Roosevelt ordonne au général MacArthur de quitter les Philippines.
23 février 1942 - Première attaque japonaise sur le continent américain alors qu'un sous-marin bombarde une raffinerie de pétrole près de Santa Barbara, en Californie.
24 février 1942 - L'ENTREPRISE attaque les Japonais sur l'île de Wake.
26 février 1942 - Le premier porte-avions américain, le LANGLEY, est coulé par des bombardiers japonais.
27 février-1er mars - Victoire navale japonaise dans la bataille de la mer de Java alors que le plus grand navire de guerre américain en Extrême-Orient, le HOUSTON, est coulé.
4 mars 1942 - Deux hydravions japonais bombardent Pearl Harbor ENTERPRISE attaque l'île de Marcus, à seulement 1 000 milles du Japon.
7 mars 1942 - Les Britanniques évacuent Rangoon en Birmanie Les Japonais envahissent Salamaua et Lae en Nouvelle-Guinée.
8 mars 1942 - Les Hollandais de Java se rendent aux Japonais.
11 mars 1942 - Le général MacArthur quitte Corregidor et s'envole pour l'Australie. Le général Jonathan Wainwright devient le nouveau commandant américain.
18 mars 1942 - Le général MacArthur est nommé commandant du Southwest Pacific Theatre par le président Roosevelt.
18 mars 1942 - Création d'une autorité de relocalisation de guerre aux États-Unis qui finira par rassembler 120 000 Japonais-Américains et les transporter vers des centres de relocalisation barbelés. Malgré l'internement, plus de 17 000 Japonais-Américains s'engagent et combattent pour les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale en Europe, y compris la 442e Regimental Combat Team, l'unité la plus décorée de l'histoire des États-Unis.
23 mars 1942 - Les Japonais envahissent les îles Andaman dans le golfe du Bengale.
24 mars 1942 - L'amiral Chester Nimitz est nommé commandant en chef du théâtre américain du Pacifique.
3 avril 1942 - Les Japonais attaquent les troupes américaines et philippines à Bataan.
6 avril 1942 - Les premières troupes américaines arrivent en Australie.
9 avril 1942 - Les forces américaines sur Bataan se rendent sans condition aux Japonais.
10 avril 1942 - Début de la marche de la mort de Bataan alors que 76 000 prisonniers de guerre alliés, dont 12 000 Américains, sont obligés de parcourir 60 miles sous un soleil de plomb sans eau ni nourriture vers un nouveau camp de prisonniers de guerre, entraînant plus de 5 000 morts américains.
18 avril 1942 - Le raid aérien surprise américain "Doolittle" B-25 du HORNET contre Tokyo renforce le moral des Alliés.
29 avril 1942 - Les Japonais prennent le centre de la Birmanie.
1er mai 1942 - Les Japonais occupent Mandalay en Birmanie.
3 mai 1942 - Les Japonais prennent Tulagi aux Îles Salomon.
5 mai 1942 - Les Japonais se préparent à envahir Midway et les îles Aléoutiennes.
6 mai 1942 - Les Japonais prennent Corregidor alors que le général Wainwright rend inconditionnellement toutes les forces américaines et philippines aux Philippines.
7-8 mai 1942 - Le Japon subit sa première défaite de la guerre lors de la bataille de la mer de Corail au large de la Nouvelle-Guinée - la première fois dans l'histoire que deux forces aéronavales opposées se sont battues uniquement à l'aide d'avions sans que les navires adverses ne se voient jamais.
12 mai 1942 - Les dernières troupes américaines qui ont résisté aux Philippines se rendent à Mindanao.
20 mai 1942 - Les Japonais achèvent la capture de la Birmanie et atteignent l'Inde.
4-5 juin 1942 - Un tournant dans la guerre se produit avec une victoire décisive des États-Unis contre le Japon lors de la bataille de Midway alors que des escadrons d'avions lance-torpilles et de bombardiers en piqué américains d'ENTERPRISE, HORNET et YORKTOWN attaquent et détruisent quatre porte-avions japonais, un croiseur et endommager un autre croiseur et deux destroyers. Les États-Unis perdent YORKTOWN.
7 juin 1942 - Les Japonais envahissent les îles Aléoutiennes.
9 juin 1942 - Les Japonais reportent d'autres plans pour prendre Midway.
21 juillet 1942 - Troupes terrestres japonaises près de Gona en Nouvelle-Guinée.
7 août 1942 - Le premier débarquement amphibie américain de la guerre du Pacifique a lieu alors que la 1re division de marines envahit Tulagi et Guadalcanal dans les îles Salomon.
8 août 1942 - Les Marines américains prennent l'aérodrome inachevé de Guadalcanal et le nomment Henderson Field en l'honneur du major Lofton Henderson, un héros de Midway.
8/9 août - Une catastrophe navale américaine majeure au large de l'île de Savo, au nord de Guadalcanal, alors que huit navires de guerre japonais mènent une attaque de nuit et coulent trois croiseurs lourds américains, un croiseur australien et un destroyer américain, le tout en moins d'une heure. Un autre croiseur américain et deux destroyers sont endommagés. Plus de 1 500 membres d'équipage alliés sont perdus.
17 août 1942 - 122 raiders des Marines américains, transportés par sous-marin, attaquent l'atoll de Makin dans les îles Gilbert.
21 août 1942 - Les Marines américains repoussent la première grande attaque au sol japonaise sur Guadalcanal.
24 août 1942 - Les porte-avions américains et japonais se rencontrent dans la bataille des Salomon orientales, entraînant une défaite japonaise.
29 août 1942 - La Croix-Rouge annonce que le Japon refuse d'autoriser le passage en toute sécurité des navires contenant des fournitures pour les prisonniers de guerre américains.
30 août 1942 - Les troupes américaines envahissent l'île d'Adak dans les îles Aléoutiennes.
9/10 septembre - Un hydravion japonais effectue deux missions larguant des bombes incendiaires sur les forêts américaines de l'État de l'Oregon - le seul bombardement des États-Unis continentaux pendant la guerre. Les journaux aux États-Unis retiennent volontairement ces informations.
12-14 septembre - Bataille de Bloody Ridge à Guadalcanal.
15 septembre 1942 - Une attaque à la torpille sous-marine japonaise près des îles Salomon entraîne le naufrage du porte-avions WASP, le destroyer O'BRIEN et des dommages au cuirassé NORTH CAROLINA.
27 septembre 1942 - Offensive britannique en Birmanie.
11/12 octobre - Des croiseurs et destroyers américains battent une force opérationnelle japonaise lors de la bataille du cap Espérance au large de Guadalcanal.
13 octobre 1942 - Les premières troupes de l'armée américaine, le 164e régiment d'infanterie, débarquent à Guadalcanal.
14/15 octobre - Les Japonais bombardent Henderson Field la nuit à partir de navires de guerre, puis envoient des troupes à terre sur Guadalcanal le matin alors que les avions américains attaquent.
15/17 octobre - Les Japonais bombardent à nouveau Henderson Field la nuit à partir de navires de guerre.
18 octobre 1942 - Le vice-amiral William F. Halsey est nommé nouveau commandant de la zone du Pacifique Sud, en charge de la campagne Salomon-Nouvelle-Guinée.
26 octobre 1942 - La bataille de Santa Cruz au large de Guadalcanal entre des navires de guerre américains et japonais entraîne la perte du porte-avions HORNET.
14/15 novembre - Les navires de guerre américains et japonais s'affrontent à nouveau au large de Guadalcanal, entraînant le naufrage du croiseur américain JUNEAU et la mort des cinq frères Sullivan.
23/24 novembre - Raid aérien japonais sur Darwin, Australie.
30 novembre - Bataille de Tasafaronga au large de Guadalcanal.
2 décembre 1942 - Enrico Fermi effectue le premier essai de réaction nucléaire en chaîne au monde à l'Université de Chicago.
20-24 décembre - raids aériens japonais sur Calcutta, Inde.
31 décembre 1942 - L'empereur Hirohito du Japon autorise ses troupes à se retirer de Guadalcanal après cinq mois de combats sanglants contre les forces américaines

1943

2 janvier 1943 - Les Alliés prennent Buna en Nouvelle-Guinée.
22 janvier 1943 - Les Alliés battent les Japonais à Sanananda en Nouvelle-Guinée.
1er février 1943 - Les Japonais commencent l'évacuation de Guadalcanal.
8 février 1943 - Les forces anglo-indiennes commencent des opérations de guérilla contre les Japonais en Birmanie.
9 février 1943 - La résistance japonaise à Guadalcanal prend fin.
2-4 mars - Victoire des États-Unis sur les Japonais dans la bataille de la mer de Bismarck.
18 avril 1943 - États-Unisles briseurs de code localisent l'emplacement de l'amiral japonais Yamamoto volant dans un bombardier japonais près de Bougainville dans les îles Salomon. Dix-huit chasseurs P-38 localisent et abattent Yamamoto.
21 avril 1943 - Le président Roosevelt annonce que les Japonais ont exécuté plusieurs aviateurs du Doolittle Raid.
22 avril 1943 - Le Japon annonce que les pilotes alliés capturés recevront des "billets aller simple pour l'enfer".
10 mai 1943 - Les troupes américaines envahissent Attu dans les îles Aléoutiennes.
14 mai 1943 - Un sous-marin japonais coule le navire-hôpital australien CENTAUR, faisant 299 morts.
31 mai 1943 - Les Japonais mettent fin à leur occupation des îles Aléoutiennes alors que les États-Unis achèvent la capture d'Attu.
1er juin 1943 - Les États-Unis commencent une guerre sous-marine contre les navires japonais.
21 juin 1943 - Les Alliés avancent vers la Nouvelle-Géorgie, aux Îles Salomon.
8 juillet 1943 - Les B-24 Liberators volant de Midway bombardent les Japonais sur l'île de Wake.
1/2 août - Un groupe de 15 bateaux PT américains tentent de bloquer les convois japonais au sud de l'île de Kolombangra dans les îles Salomon. Le PT-109, commandé par le lieutenant John F. Kennedy, est percuté et coulé par le croiseur japonais AMAGIRI, tuant deux personnes et en blessant gravement d'autres. L'équipage survit alors que Kennedy aide un homme grièvement blessé en le remorquant vers un atoll voisin.
6/7 août 1943 - Bataille du golfe de Vella aux Îles Salomon.
25 août 1943 - Les Alliés achèvent l'occupation de la Nouvelle-Géorgie.
4 septembre 1943 - Les Alliés reprennent Lae-Salamaua, en Nouvelle-Guinée.
7 octobre 1943 - Les Japonais exécutent environ 100 prisonniers de guerre américains sur l'île Wake.
26 octobre 1943 - L'empereur Hirohito déclare que la situation de son pays est désormais « vraiment grave ».
1er novembre 1943 - Les Marines américains envahissent Bougainville aux Îles Salomon.
2 novembre 1943 - Bataille de la baie de l'impératrice Augusta.
20 novembre 1943 - Les troupes américaines envahissent Makin et Tarawa dans les îles Gilbert.
23 novembre 1943 - Les Japonais mettent fin à la résistance sur Makin et Tarawa.
15 décembre 1943 - Les troupes américaines débarquent sur la péninsule d'Arawe en Nouvelle-Bretagne aux Îles Salomon.
26 décembre 1943 - Assaut complet des Alliés sur la Nouvelle-Bretagne alors que les Marines de la 1re Division envahissent le cap Gloucester.

1944

9 janvier 1944 - Les troupes britanniques et indiennes reprennent Maungdaw en Birmanie.
31 janvier 1944 - Les troupes américaines envahissent Kwajalein dans les îles Marshall.
1-7 février 1944 - Les troupes américaines capturent les atolls de Kwajalein et de Majura dans les îles Marshall.
17/18 février - Des avions américains basés sur des porte-avions détruisent la base navale japonaise de Truk dans les îles Caroline.
20 février 1944 - Des avions embarqués et terrestres américains détruisent la base japonaise de Rabaul.
23 février 1944 - Des avions américains basés sur des porte-avions attaquent les îles Mariannes.
24 février 1944 - Les Maraudeurs de Merrill commencent une campagne terrestre dans le nord de la Birmanie.
5 mars 1944 - Les groupes du général Wingate commencent leurs opérations derrière les lignes japonaises en Birmanie.
15 mars 1944 - Les Japonais commencent l'offensive vers Imphal et Kohima.
17 avril 1944 - Les Japonais commencent leur dernière offensive en Chine, attaquant les bases aériennes américaines dans l'est de la Chine.
22 avril 1944 - Les alliés envahissent Aitape et Hollandia en Nouvelle-Guinée.
27 mai 1944 - Les alliés envahissent l'île de Biak, en Nouvelle-Guinée.
5 juin 1944 - La première mission des bombardiers B-29 Superfortress a lieu alors que 77 avions bombardent les installations ferroviaires japonaises à Bangkok, en Thaïlande.
15 juin 1944 - Les Marines américains envahissent Saipan dans les îles Mariannes.
15/16 juin - Le premier bombardement sur le Japon depuis le raid Doolittle d'avril 1942, alors que 47 B-29 basés à Bengel, en Inde, ciblent les aciéries de Yawata.
19 juin 1944 - Le "Marianas Turkey Shoot" se produit alors que des chasseurs américains basés sur des porte-avions abattent 220 avions japonais, alors que seulement 20 avions américains sont perdus.
8 juillet 1944 - Les Japonais se retirent d'Imphal.
19 juillet 1944 - Les Marines américains envahissent Guam dans les Mariannes.
24 juillet 1944 - Les Marines américains envahissent Tinian.
27 juillet 1944 - Les troupes américaines achèvent la libération de Guam.
3 août 1944 - Les troupes américaines et chinoises prennent Myitkyina après un siège de deux mois.
8 août 1944 - Les troupes américaines achèvent la capture des îles Mariannes.
15 septembre 1944 - Les troupes américaines envahissent Morotai et le Paulaus.
11 octobre 1944 - raids aériens américains contre Okinawa.
18 octobre 1944 - Quatorze B-29 basés sur les Mariannes attaquent la base japonaise de Truk.
20 octobre 1944 - La sixième armée américaine envahit Leyte aux Philippines.
23-26 octobre - La bataille du golfe de Leyte se traduit par une victoire décisive de la marine américaine.
25 octobre 1944 - Les premières attaques aériennes suicides (Kamikaze) se produisent contre des navires de guerre américains dans le golfe de Leyte. À la fin de la guerre, le Japon aura envoyé environ 2 257 avions. "La seule arme que je craignais pendant la guerre", dira plus tard l'amiral Halsey.
11 novembre 1944 - Iwo Jima bombardée par la marine américaine.
24 novembre 1944 - Vingt-quatre B-29 bombardent l'usine d'avions de Nakajima près de Tokyo.
15 décembre 1944 - Les troupes américaines envahissent Mindoro aux Philippines.
17 décembre 1944 - L'US Army Air Force commence les préparatifs du largage de la bombe atomique en créant le 509th Composite Group pour opérer les B-29 qui livreront la bombe.

1945

3 janvier 1945 - Le général MacArthur est placé à la tête de toutes les forces terrestres américaines et l'amiral Nimitz à la tête de toutes les forces navales en préparation des assauts prévus contre Iwo Jima, Okinawa et le Japon lui-même.
4 janvier 1945 - Les Britanniques occupent Akyab en Birmanie.
9 janvier 1945 - La sixième armée américaine envahit le golfe de Lingayen à Luzon aux Philippines.
11 janvier 1945 - Raid aérien contre des bases japonaises en Indochine par des avions basés sur des porte-avions américains.
28 janvier 1945 - La route de Birmanie est rouverte.
3 février 1945 - La Sixième armée américaine attaque les Japonais à Manille.
16 février 1945 - Les troupes américaines reprennent Bataan aux Philippines.
19 février 1945 - Les Marines américains envahissent Iwo Jima.
1er mars 1945 - Un sous-marin américain coule un navire marchand japonais chargé de fournitures pour les prisonniers de guerre alliés, entraînant une cour martiale pour le capitaine du sous-marin, puisque le navire avait obtenu un passage sûr par le gouvernement américain.
2 mars 1945 - Les troupes aéroportées américaines reprennent Corregidor aux Philippines.
3 mars 1945 - Les troupes américaines et philippines prennent Manille.
9/10 mars - Quinze milles carrés de Tokyo s'enflamment après avoir été bombardé par 279 B-29.
10 mars 1945 - La huitième armée américaine envahit la péninsule de Zamboanga à Mindanao aux Philippines.
20 mars 1945 - Les troupes britanniques libèrent Mandalay, en Birmanie.
27 mars 1945 - Des B-29 posent des mines dans le détroit de Shimonoseki au Japon pour interrompre la navigation.
1er avril 1945 - Le dernier débarquement amphibie de la guerre a lieu alors que la dixième armée américaine envahit Okinawa.
7 avril 1945 - Les B-29 effectuent leur première mission escortée de chasseurs contre le Japon avec des P-51 Mustangs basés sur des chasseurs basés sur des porte-avions américains Iwo Jima coulent le super cuirassé YAMATO et plusieurs navires d'escorte qui prévoyaient d'attaquer les forces américaines à Okinawa.
12 avril 1945 - Le président Roosevelt meurt, remplacé par Harry S. Truman.
8 mai 1945 - Jour de la Victoire en Europe.
20 mai 1945 - Les Japonais commencent leur retrait de Chine.
25 mai 1945 - Les chefs d'état-major interarmées américains approuvent l'opération Olympic, l'invasion du Japon, prévue pour le 1er novembre.
9 juin 1945 - Le premier ministre japonais Suzuki annonce que le Japon se battra jusqu'au bout plutôt que d'accepter une capitulation inconditionnelle.
18 juin 1945 - La résistance japonaise prend fin à Mindanao aux Philippines.
22 juin 1945 - La résistance japonaise prend fin à Okinawa alors que la dixième armée américaine achève sa capture.
28 juin 1945 - Le quartier général de MacArthur annonce la fin de toute résistance japonaise aux Philippines.
5 juillet 1945 - Libération des Philippines déclarée.
10 juillet 1945 - 1 000 raids de bombardiers contre le Japon commencent.
14 juillet 1945 - Le premier bombardement naval américain des îles japonaises.
16 juillet 1945 - La première bombe atomique est testée avec succès aux États-Unis.
26 juillet 1945 - Des composants de la bombe atomique "Little Boy" sont déchargés sur l'île de Tinian dans le Pacifique Sud.
29 juillet 1945 - Un sous-marin japonais coule le croiseur INDIANAPOLIS, entraînant la perte de 881 hommes d'équipage. Le navire coule avant qu'un message radio ne puisse être envoyé, laissant les survivants à la dérive pendant deux jours.
6 août 1945 - La première bombe atomique est larguée sur Hiroshima depuis un B-29 piloté par le colonel Paul Tibbets.
8 août 1945 - L'URSS déclare la guerre au Japon puis envahit la Mandchourie.
9 août 1945 - La deuxième bombe atomique est larguée sur Nagasaki depuis un B-29 piloté par le major Charles Sweeney - l'empereur Hirohito et le premier ministre japonais Suzuki décident alors de rechercher une paix immédiate avec les Alliés.
14 août 1945 - Les Japonais acceptent une capitulation inconditionnelle Le général MacArthur est nommé à la tête des forces d'occupation au Japon.
16 août 1945 - Le général Wainwright, prisonnier de guerre depuis le 6 mai 1942, est libéré d'un camp de prisonniers de guerre en Mandchourie.
27 août 1945 - Les B-29 larguent du ravitaillement aux prisonniers de guerre alliés en Chine.
29 août 1945 - Les Soviétiques abattent un B-29 larguant du ravitaillement aux prisonniers de guerre en Corée. Les troupes américaines débarquent près de Tokyo pour commencer l'occupation du Japon.
30 août 1945 - Les Britanniques réoccupent Hong Kong.
2 septembre 1945 - Cérémonie officielle de capitulation japonaise à bord du MISSOURI dans la baie de Tokyo alors que 1 000 avions basés sur des porte-avions survolent le ciel Le président Truman déclare la Journée de la VJ.
3 septembre 1945 - Le commandant japonais aux Philippines, le général Yamashita, se rend au général Wainwright à Baguio.
4 septembre 1945 - Les troupes japonaises sur l'île de Wake se rendent.
5 septembre 1945 - Débarquement britannique à Singapour.
8 septembre 1945 - MacArthur entre à Tokyo.
9 septembre 1945 - Les Japonais en Corée capitulent.
13 septembre 1945 : capitulation des Japonais en Birmanie.
24 octobre 1945 - Les Nations Unies sont nées.

The History Place - La Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique - Photos de bataille sélectionnées

Copyright © 1999 The History Place™ Tous droits réservés

Conditions d'utilisation : à la maison/à l'école privée, la réutilisation non commerciale et non Internet est uniquement autorisée pour tout texte, graphique, photo, clip audio, autre fichier électronique ou matériel de The History Place.


Voir la vidéo: DocumentaireFR Le Yamato, le cuirassé japonais (Mai 2022).