Podcasts sur l'histoire

Quand le temple d'Artémis à Éphèse a-t-il été détruit ?

Quand le temple d'Artémis à Éphèse a-t-il été détruit ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les récits de la destruction du temple sont un peu confus. Jordanes au 6ème siècle dit

« Respa, Veduc et Thuruar, chefs des Goths, prirent le bateau et traversèrent le détroit de l'Hellespont jusqu'en Asie. Là, ils dévastent de nombreuses villes peuplées et mettent le feu au célèbre temple de Diane à Éphèse, que, comme nous l'avons déjà dit, les Amazones ont construit.

Que restait-il du temple selon cet article

… a été extrait par les habitants locaux pour son marbre précieux et il en reste très peu aujourd'hui. Des morceaux ont été trouvés dans des bâtiments locaux et Justinien a pris une grande partie de la statuaire qui a survécu à son temps à Constantinople.

Mais selon Cyrille d'Alexandrie au 5ème siècle, St Jean Chrysostome a été étiqueté comme le « renversant du temple de Diane ». Suggérant qu'il était responsable de la destruction du temple. Une mention similaire est également donnée par Proclus de Constantinople qui dit « À Éphèse, il a spolié l'art de Midas ». Cela peut faire allusion au temple d'Artémis.

Avons-nous une réponse définitive quant au moment où le temple a été détruit ?


Il a apparemment été détruit à plusieurs reprises. Première fois par Herostratus : https://en.wikipedia.org/wiki/Herostratus Selon la tradition, cela s'est produit le 21 juillet 356 av.


Temple d'Artémis

Les Temple d'Artémis (en grec &mdash Artémision, et en latin &mdash Artémisium), aussi connu sous le nom Temple de Diane, était un temple dédié à Artémis achevé vers 550 avant JC à Ephèse (dans l'actuelle Turquie) sous la dynastie achéménide de l'empire perse. Il ne reste rien du temple d'origine, qui était considéré comme l'une des sept merveilles du monde antique.

Le temple était un projet de 120 ans lancé par Crésus de Lydie. Il a été décrit par Antipater de Sidon, qui a dressé une liste des sept merveilles : J'ai posé les yeux sur le mur de la haute Babylone sur lequel est une route pour les chars, et la statue de Zeus par l'Alphée, et les jardins suspendus, et le colosse du Soleil, et le travail énorme des hautes pyramides, et le vaste tombeau de Mausole mais quand j'ai vu la maison d'Artémis qui montait sur les nuages, ces autres merveilles ont perdu leur éclat, et j'ai dit, 'Lo, à part l'Olympe, le Soleil n'a jamais rien regardé (rien) d'aussi grand.» (Antipater, Anthologie grecque [IX.58])

Le temple a également été décrit par Philon de Byzance : J'ai vu les murs et les jardins suspendus de l'ancienne Babylone, la statue de Zeus olympien, le colosse de Rhodes, l'œuvre puissante des hautes pyramides et le tombeau de Mausole. Mais quand j'ai vu le temple d'Éphèse s'élever vers les nuages, toutes ces autres merveilles ont été mises dans l'ombre.


Localisation du Temple d'Artémis

Géographiquement, le temple d'Artémis était situé à Selçuk, une ville à environ 50 km au sud d'Izmir, en Turquie. Mais pourquoi dit-on que le temple d'Artémis se trouve à Éphèse ? La raison en est que la ville actuelle de Selçuk a été établie à proximité des ruines de l'ancienne Ephèse.

Vers le IIIe et le huitième siècle avant JC, Éphèse existait en tant que ville portuaire sur la zone côtière de la mer Égée, près de l'embouchure de la rivière Cayster. L'emplacement aquatique du temple en faisait une zone inondable, entraînant des inondations occasionnelles du temple.

La rivière Cayster a déposé du limon autour de sa baie, la mer s'est donc lentement éloignée de la ville. Afin de permettre aux navires d'arriver en toute sécurité, des canaux ont été creusés pour relier la ville à la mer à la dérive. Lorsque la ville a été déplacée à quelques kilomètres au sud, le temple est devenu plus isolé.


Le temple d'Artémis à Ephèse

Dans ce qui doit être l'un de mes sites préférés dans le monde antique, Éphèse se tenait une autre des sept merveilles : le temple d'Artémis.

L'histoire raconte que vers 1100 après JC, un croisé a visité Ephèse et en regardant le village marécageux a demandé aux habitants où se trouvait la baie. Le port ? Où était passé le temple ? Les habitants l'ont regardé et lui ont demandé :

Et en effet, lorsque j'ai visité les ruines près de neuf siècles plus tard, la baie s'était ensablée et la ville d'Éphèse était située à environ 3 kilomètres à l'intérieur des terres, les anciens bâtiments du port bordant une plaine plate de terre glaise riche.

Il y a près de 3000 ans, Éphèse était un petit village d'Asie Mineure. Ses habitants adoraient Artémis. Cette déesse n'était pas la déesse vierge grecque de la chasse, mais une déesse de la fertilité de type terre-mère plus ancienne, dont les statues portaient un grand collier de ce qui pouvait être soit des œufs, soit des œufs. 1) Une pierre, possiblement une météorite, était exposée dans son temple.

Quatre cents ans plus tard, c'était une riche ville portuaire qui faisait du commerce à travers la Méditerranée et au cœur de l'Asie Mineure. La commune choisit l'architecte Chersiphron pour leur construire un nouveau temple à Artémis, un temple digne de la déesse et de la cité.

Cependant, le temple n'a pas duré longtemps car en 550 avant JC, le roi Crésus a conquis la ville et le temple a été détruit lors des combats. Crésus a embauché un architecte nommé Theodorus et lui a fait construire un nouveau temple plus grand sur place. Long de près d'une centaine de mètres, sur 50 mètres de large, il faisait facilement quatre fois la taille du temple précédent.

Les dieux ne peuvent pas avoir été trop satisfaits de cela car en 356 avant JC le désastre a frappé. Un jeune homme du nom d'Hérostrate mit le feu au temple et le détruisit. Quand on lui a demandé pourquoi il l'a fait ? Il a répondu:

Eh bien, il a certainement réussi, mais a été rapidement tué par les Ephésiens enragés, qui ont également décrété que quiconque parlait de cette horrible personne devrait également être mis à mort.

Ephèse, à cette époque l'une des villes les plus riches du monde, a chargé Scopas de Paros de leur construire un nouveau temple. Scopas a créé une fondation de charbon de bois et de toison dans le sol marécageux et a commencé à construire.

Le temple résultant était facilement deux fois plus grand que le Parthénon à Athènes et avait des bases sculptées sur chacune de ses 127 colonnes de 20 mètres de haut Philon de Byzance écrit du résultat :

J'ai vu les murs et les jardins suspendus de l'ancienne Babylone, la statue de Zeus olympien, le colosse de Rhodes, l'œuvre majestueuse des hautes pyramides et le tombeau de Mausole. Mais quand j'ai vu le temple d'Éphèse s'élever vers les nuages, toutes ces autres merveilles ont été mises à l'ombre.

Pline rapporte qu'il a fallu 120 ans pour construire cette structure massive et nous savons qu'elle était encore en construction lorsque Alexandre le Grand est arrivé en 333 avant JC. Il voulait son nom sur le temple et a proposé de dépenser de l'argent pour sa construction. La ville n'était pas très satisfaite de cette idée et a convaincu Alexandre qu'"un dieu ne devrait pas construire un temple pour un autre".

Le temple et ses vendeurs de souvenirs existaient encore lors de la visite de Saint-Paul en 57 après JC. Saint Paul a essayé de convaincre les Ephésiens que le christianisme était la meilleure option, mais les gens n'ont pas été impressionnés par ses arguments et l'ont forcé à quitter la ville.

En 262 après JC, la ville a été attaquée par les Goths qui ont saccagé la ville et détruit le temple. Constantin a essayé de redonner vie à Éphèse mais avait choisi le christianisme et ignoré les vestiges du temple. Cependant, le port s'est ensablé et l'endroit a finalement été abandonné.

À la fin du XIXe siècle, les archéologues anglais ont fouillé les fondations du temple, ont ramené les meilleurs morceaux chez eux et ont rapidement tout oublié. Actuellement, les vestiges du temple ont de nouveau été victimes du marais et une seule colonne marque le site de sa majesté.

1) Ils étaient probablement autre chose, mais cela ne se répète pas en bonne compagnie.


Conclusion

En conclusion, le temple d'Artémis est l'une des œuvres d'art les plus importantes de l'âge antique, néanmoins, il n'en reste que des ruines à notre époque. Pourtant, même les ruines restantes suffisent pour comprendre la magnificence que ce temple avait autrefois.

Il existe de nombreux articles sur le site Ephesus Travel Blog sur les ruines d'Ephèse, dans lesquelles se trouve le temple d'Artémis. Si vous le souhaitez, vous pouvez visiter la page d'accueil et en savoir plus sur Ephèse.

Bien qu'Ephèse soit connue pour son riche héritage romain, elle porte encore des traces de la Grèce antique. L'ancienne ville d'Éphèse possède le patrimoine romain le mieux conservé de la Méditerranée orientale et fait partie des lieux incontournables de Turquie.

Ceux qui veulent visiter Ephèse sont principalement des passagers de bateaux de croisière en provenance du port de croisière de Kusadasi. Cependant, avec son patrimoine culturel, Ephèse attire également des visiteurs d'autres villes touristiques de Turquie comme Istanbul, Izmir et Antalya.

Si vous allez visiter cette région, je vous suggère de faire appel à un guide privé à Ephèse. Avec son histoire remontant à 1000 avant JC, Ephèse était l'un des centres culturels et commerciaux les plus importants de l'âge antique. Vous aurez besoin d'un guide expérimenté pour bien comprendre l'histoire de ce patrimoine romain bien conservé.


Les trois phases du temple d'Artémis

L'ancien écrivain voyageur Pausanias a affirmé que le célèbre temple d'Artémis à Éphèse était antérieur à la Grèce elle-même. De nombreux écrivains anciens ont dit que le premier sanctuaire du site avait été construit par les Amazones, mais Pausanias pensait qu'il était encore plus ancien que la race légendaire des guerrières.

Les écrivains anciens n'ont peut-être pas écrit sur les Amazones, mais les archéologues pensent qu'ils avaient raison lorsqu'ils ont dit que le temple d'Artémis était avant que leur propre histoire ne soit écrite.

L'ancien temple était situé à l'extérieur de la ville d'Éphèse, dans la Turquie moderne. La ville avait été fondée au 10ème siècle avant JC sur le site d'une ancienne colonie anatolienne.

Les archéologues pensent que les habitants grecs ioniques et attiques de la ville ont commencé la construction d'un temple à proximité moins de deux cents ans plus tard. Bien qu'il s'agisse du plus ancien bâtiment connu sur le site, il est possible que Pausanias et les autres écrivains anciens aient eu raison de dire que le peuple pré-grec y avait également adoré.

Ce temple primitif, bien sûr, ne ressemblait guère à la merveille du monde qui allait suivre. Il avait un sol en terre battue et comprenait des motifs artistiques syriens comme l'arbre de vie et le griffon.

Il avait cependant un aspect important des temples grecs ultérieurs. C'est le plus ancien exemple connu du style de construction périphérique qui allait définir l'architecture religieuse gréco-romaine, dans laquelle le bâtiment était entouré sur les quatre côtés d'un portique et de colonnes.

Cependant, ce temple n'a pas survécu longtemps. Les inondations du 7ème siècle avant JC ont détruit le bâtiment de l'âge du bronze et enterré son art sous une épaisse couche de limon et de débris.

Vers 550 avant JC Crésus, le roi fondateur de Lydie, commanda la reconstruction du temple d'Artémis sur le site. L'architecte crétois Chersiphron et son fils Metagenes ont été embauchés pour créer un lieu de culte plus récent et plus grand.

Le deuxième temple d'Aphrodite aurait été l'un des premiers temples grecs entièrement construits en marbre. D'une longueur de 115 mètres et d'une largeur de 46 mètres, le bâtiment était une entreprise colossale.

Le temple massif a commencé la tradition du pèlerinage à Éphèse par les adorateurs d'Artémis. Les touristes, les marchands et les rois ont tous visité le lieu saint et ont fait des offrandes d'or et de bijoux en l'honneur d'Artémis.

Dans la croyance que le temple avait été fondé par les Amazones, il offrait également un sanctuaire aux criminels et aux parias. Artémis avait donné deux fois des ordures aux Amazones dans la légende, donc son temple offrait également un refuge sûr à ceux qui étaient forcés de quitter leur foyer.

En 356 avant JC, cependant, le temple a été détruit. Un homme nommé Hérostrate, cherchant la gloire par tous les moyens, mit le feu au toit en bois.

Les écrivains ultérieurs ont lié la destruction du temple à la naissance d'Alexandre le Grand. La grande sage-femme Artémis, disaient-ils, était tellement préoccupée par la naissance capitale pour sauver son propre temple de la destruction.

Alexandre de Macédoine n'a jamais vu de temple sur le site. Il a proposé de payer pour la construction d'un nouveau sanctuaire par les Ephésiens et a refusé, affirmant qu'il était inapproprié pour un dieu de payer pour le temple d'un autre.

Au lieu de cela, la construction a commencé sur le site une troisième fois en 323 avant JC, après sa mort. Les Ephésiens ont payé eux-mêmes le nouveau bâtiment.

Le troisième temple d'Artémis était encore plus grand, 137 mètres par mètres, et comptait plus de 120 colonnes autour de son portique.

Ce temple d'Artémis était considéré comme l'une des merveilles architecturales du monde. Les écrivains ont rapporté que les colonnes étaient dorées avec de l'argent et de l'or tandis que des sculptures et des peintures des artistes les plus célèbres du monde décoraient l'intérieur.

En 162 après JC, un édit romain a étendu le festival d'Artémis de la ville pour couvrir tout un mois civil. Les sources romaines ont continué à s'émerveiller de la grande structure, qu'ils ont appelée le temple de Diane.

Le temple était si célèbre qu'il a même été inclus dans le Nouveau Testament de la Bible. Le premier missionnaire chrétien de la ville aurait provoqué une controverse parce que les habitants d'Éphèse craignaient que le temple ne soit déshonoré par la présence du nouveau dieu.

L'histoire de la destruction du temple par l'expulsion de ses démons dans les Actes de Jean, cependant, est apocryphe. Le temple d'Artémis a continué à se tenir jusqu'au 2ème siècle après JC, bien dans l'ère chrétienne.

On sait que le temple a été endommagé en 268 après JC lors d'un raid des Goths germaniques. On pense cependant que le site a continué à être utilisé et qu'il a peut-être même été converti pendant un certain temps en une église chrétienne primitive.

Au milieu du Ve siècle, un écrivain de la région a mentionné la fermeture définitive du temple en suggérant que cela s'était produit de son vivant. Dans une dernière tentative pour éradiquer le paganisme dans l'Empire romain, le temple a été fermé et Artémis a été retiré des inscriptions de la ville.

On ne sait pas exactement quand le bâtiment désaffecté a été entièrement détruit. Comme beaucoup d'autres grands sites du monde antique, ses ruines ont été utilisées comme sources de pierre pour les bâtiments ultérieurs et le site a été perdu.

Des fouilles en 1869 ont redécouvert l'emplacement du temple et ses artefacts ont été retrouvés au British Museum. Aujourd'hui, le site du grand temple d'Artémis est marqué par une seule colonne reconstituée.

Mon interprétation moderne

La construction du temple d'Artémis montre la manière dont les sites religieux ont été réutilisés et reconstruits à l'époque gréco-romaine.

Bien que le temple ait été reconstruit plusieurs fois, le site a été dédié à Artémis pendant plus de mille ans.

Lorsqu'un ancien temple était endommagé ou détruit, il était rarement entièrement abandonné, à moins que l'emplacement ne doive être abandonné à des fins pratiques. Au lieu de cela, il a été reconstruit pour être plus grand qu'avant.

Les temples n'étaient pas seulement des sites religieux dans le monde antique. Ils étaient à la fois symboliquement et économiquement importants pour les villes qui les abritaient.

Des dirigeants comme Crésus ont consacré des temples et reconstruit des sites endommagés comme symboles de leur propre pouvoir et autorité. La construction d'un temple était une opération coûteuse qui nécessitait un accès abondant aux matériaux et à la main-d'œuvre.

La construction de temples montrait non seulement le dévouement d'un souverain ou d'une ville aux dieux, mais montrait également leur capacité à exploiter ces ressources. Plus le bâtiment est grand, plus il faut de ressources et de pouvoir politique pour le construire.

Des temples coûteux comme celui d'Artémis ont été le théâtre d'innovations architecturales. Lorsqu'un matériau grandiose comme le marbre a été utilisé pour le deuxième bâtiment du temple, par exemple, les architectes d'ailleurs ont été inspirés pour l'imiter de peur que leurs propres conceptions ne semblent moins impressionnantes.

Alors que d'importantes quantités de ressources ont été consacrées à la construction du temple d'Artémis, cela a également fourni des avantages économiques à Éphèse.

De grands temples comme celui d'Éphèse attiraient des visiteurs dans la ville. Non seulement ils ont fait des offrandes au temple lui-même, mais ils ont également dépensé leur argent dans des auberges, des tavernes et des magasins locaux.

L'art et la conception merveilleux du temple ont non seulement servi la déesse, mais ont également attiré plus de gens. Le temple d'Artémis servait non seulement de lieu saint, mais aussi de type de musée où les visiteurs pouvaient voir de merveilleuses œuvres d'art de créateurs bien connus.

Des temples et des lieux saints comme le temple d'Artémis ont constitué la base des premières économies touristiques du monde.

La ville d'Éphèse était importante dans le monde grec, mais a atteint son apogée sous la domination romaine. L'expansion du festival d'Artémis était l'un des moyens par lesquels l'Empire reconnaissait l'importance culturelle et économique du temple dans la ville.

Alors que la ville d'Éphèse était habitée par des personnes de langue grecque pendant environ 1 500 ans, elle a rapidement décliné après la fermeture de son grand temple. Centres culturels et économiques des villes anciennes, la fermeture des grands temples était un triomphe du christianisme mais un coup dur pour les environs.

Après l'an 500, Éphèse a subi la perte de son port en raison du limon de la rivière, d'un tremblement de terre majeur et du pillage par les armées arabes. Bien qu'une basilique chrétienne y ait été construite, elle n'a jamais égalé le temple d'Artémis dans sa capacité à amener les gens dans la région.

Au moment où les croisés sont arrivés, la ville dont ils ont parlé dans le Nouveau Testament n'était guère plus qu'un village rural. Le temple d'Artémis et les rues animées du grand centre commercial étaient introuvables.

En résumé

Le temple d'Artémis à Éphèse était l'une des sept merveilles du monde antique, connue pour son architecture impressionnante et sa collection d'art. Les documents écrits et l'archéologie ont montré que le site a été construit en trois phases distinctes.

Le premier temple a été construit pendant la période connue sous le nom de l'âge des ténèbres grec. Alors que les écrivains anciens affirmaient que le site saint avait été créé par les Amazones, le premier temple grec a été construit au 8ème siècle avant JC.

Même ce temple le plus ancien est important sur le plan archéologique. C'est le premier exemple connu de l'utilisation de portiques et de colonnes qui deviendra la norme pour les structures religieuses gréco-romaines.

Lorsque les inondations ont détruit ce temple, un deuxième temple d'Artémis a été commencé vers 550 avant JC. Reflet du pouvoir du roi Crésus, il aurait été le premier temple entièrement construit en marbre.

Ce temple était bien connu dans le monde grec, mais a été détruit par un pyromane en 356 av. En quelques décennies, un nouveau temple a été construit et est devenu l'une des merveilles du monde.

Le temple d'Artémis était l'un des éléments centraux de la ville d'Éphèse. Son art et sa taille impressionnante ont attiré des visiteurs du pourtour méditerranéen, formant une économie touristique dans la ville portuaire.

Le temple et Ephèse déclinèrent progressivement après avoir atteint leur apogée sous l'Empire romain. Le christianisme et les catastrophes naturelles ont rendu le temple moins important jusqu'à ce qu'il soit finalement fermé au 5ème siècle après JC.

Pendant plus de mille ans, le temple d'Artémis a été le centre de la vie religieuse de la ville d'Éphèse. Alors que son site n'est marqué aujourd'hui que par une seule colonne à l'extérieur d'un village rural, l'archéologie et les documents écrits nous rappellent la longue histoire de l'un des bâtiments les plus merveilleux du monde antique.


SH Archive Ancient Genetics Factory: Le Temple d'Artémis


Question inconfortable sur la déesse Artémis
  • La colère des dieux : GeoWeapons vs Mud Flood
  • Rome antique = Saint Empire romain germanique
  • Diane d'Éphèse, ou Artémis pour les anciens Grecs
  • Foundlings and the Orphan Trains : vidéo de CONSPIRACY-R-US
  • L'organisation terroriste connue sous le nom de ISIS était en réalité une opération, où de multiples entités humaines ont été créées.

Situé à Rome, le Fontaine a été exécuté en travertin en 1642-1643. En son centre se dresse un Triton musclé plus grand que nature, un dieu marin mineur de l'ancienne légende gréco-romaine, représenté comme un triton agenouillé sur la somme de quatre nageoires caudales de dauphin. Sa tête est rejetée en arrière et ses bras portent une conque à ses lèvres d'où jaillit un jet d'eau, qui s'élevait autrefois considérablement plus haut qu'aujourd'hui. La fontaine a une base de quatre dauphins qui enlacent le diadème papal avec des clés croisées et le abeilles Barberini héraldiques dans leurs queues écailleuses.


  • Si l'on admet l'hypothèse d'une redécouverte de l'Amérique par M. Colomb, plutôt que de la faire découvrir, il faut admettre une hypothèse supplémentaire. Je parle d'une catastrophe majeure, qui a conduit à la Âge de la découverte.
  • Et là encore, sait-on vraiment quand la redécouverte a eu lieu,1492 ou 1592 ?


  • Cette reconstruction a survécu pendant 600 ans et apparaît plusieurs fois dans les premiers récits chrétiens d'Éphèse. Selon le Nouveau Testament, l'apparition du premier missionnaire chrétien à Éphèse a fait craindre aux habitants le déshonneur du temple. Les Actes de Jean du IIe siècle comprennent un récit apocryphe de la destruction du temple : l'apôtre Jean a prié publiquement dans le temple d'Artémis, exorcisant ses démons et « d'un coup, l'autel d'Artémis s'est divisé en plusieurs morceaux. Et la moitié du temple s'est effondrée. , convertissant instantanément les Ephésiens, qui pleuraient, priaient ou s'enfuyaient.
  • En 268 après JC, le Temple fut détruit ou endommagé lors d'un raid des Goths, une tribu est-allemande à l'époque de l'empereur Gallien : « Respa, Veduc et Thuruar, chefs des Goths, prirent le bateau et traversèrent le détroit de l'Hellespont. en Asie. Là, ils ont dévasté de nombreuses villes peuplées et ont mis le feu au célèbre temple de Diane à Éphèse », a rapporté Jordanes à Getica. On ne sait cependant pas dans quelle mesure le temple a été endommagé.
  • Quelle que soit l'étendue des blessures subies par le bâtiment, il semble avoir été reconstruit ou réparé, car le temple aurait été utilisé pour le culte pendant la montée du christianisme et fermé à la suite de la persécution des païens à la fin Empire romain. Cependant, l'histoire du temple entre 268 et sa fermeture par les persécutions chrétiennes n'est pas bien connue, et il n'est pas confirmé à quel point les dommages de 268 étaient importants, et exactement en quelle année il a été fermé par les chrétiens. Ammonius d'Alexandrie commente la fermeture du temple dans son commentaire des Actes des Apôtres au milieu du Ve siècle, dans lequel il donne l'impression que la fermeture du temple s'est produite dans sa mémoire vivante. On suppose que la fermeture du temple d'Artémis s'est produite au cours du début au milieu du Ve siècle, avec l'année 407 comme date précoce. La fermeture du temple a été suivie de l'effacement du nom d'Artémis des inscriptions autour de la ville d'Éphèse.
  • On ne sait pas combien de temps le bâtiment a résisté après la fermeture du temple par les chrétiens. Au moins certaines des pierres du temple ont finalement été utilisées dans la construction d'autres bâtiments. Certaines des colonnes de Sainte-Sophie appartenaient à l'origine au temple d'Artémis, et plusieurs statues et autres éléments décoratifs du temple, dans tout Constantinople.
  • Sources: Les principales sources primaires pour le temple d'Artémis à Éphèse sont l'histoire naturelle de Pline l'Ancien, Pomponius Mela i:17 et la vie d'Alexandre de Plutarque (référence à l'incendie de l'Artemiseum).
  • Redécouverte : Après six ans de recherches, le site du temple a été redécouvert en 1869 par une expédition dirigée par John Turtle Wood et parrainée par le British Museum. Ces fouilles se sont poursuivies jusqu'en 1874. Quelques autres fragments de sculpture ont été trouvés lors des fouilles de 1904-1906 dirigées par David George Hogarth. Les fragments sculptés récupérés de la reconstruction du IVe siècle et quelques-uns du temple antérieur, qui avaient été utilisés dans le remblai des décombres pour la reconstruction, ont été assemblés et exposés dans la « salle d'Éphèse » du British Museum. De plus, le musée possède une partie du plus ancien pot-au-feu de pièces de monnaie au monde (600 av. J.-C.) qui avait été enterré dans les fondations du temple archaïque.
    • Aujourd'hui, le site du temple, qui se trouve juste à l'extérieur de Selçuk, est marqué par une seule colonne constituée de fragments dissociés découverts sur le site.


    La source


    La source

    Ci-dessous, je mets nos déesses ensemble. Veuillez prendre note mentalement de la Déesse "Nature" du Armoiries de l'hôpital des enfants trouvés. La compilation donnera également un lien supplémentaire avec l'hypothèse de l'abeille de la famille Barberini.

    Connexion Barberini

    Alma Mater et Magna Mater

    • L'expression est diversement traduite par « mère nourricière », « mère qui allaite » ou « mère nourricière », suggérant qu'une école fournit une nourriture intellectuelle à ses élèves.Bien que alma (nourrir) était une épithète commune pour Cérès, Cybèle, Vénus et d'autres déesses mères, il n'était pas fréquemment utilisé en conjonction avec mater en latin classique.

    La source + La source

    La Magna Mater a été amenée à Rome en l'an 204 avant notre ère depuis la ville phrygienne de Pessinus en Asie Mineure. Bien que le culte ait été introduit comme une nouvelle forme de la déesse phrygienne Matar par le biais de son incarnation grecque, le culte de Cybèle, il s'agissait en fait d'une construction romaine d'un culte « étranger ». Dès son arrivée, le culte romain a eu une branche publique qui a été établie par l'État afin de l'incorporer dans la religion publique romaine et une branche privée qui s'est développée séparément avec ses propres rituels et modes de culte.

    Orphelins et enfants trouvés

    Rapprochement de la Statue de la Liberté

    Nous savons tous que la Statue de la Liberté a été consacrée en 1886. Ci-dessous, nous avons une image qui pourrait relier la Statue de la Liberté à l'image générale de "re-peuplement". Cela pourrait-il signifier que 1886 est l'année où les États-Unis ont acquis leurs nouveaux citoyens ?

    De nos jours, quand les gens pensent à "ISIS", ils veulent probablement dire le État islamique d'Irak et de Syrie. Autant que je sache, la mission d'ISIS est accomplie. TPTB l'a également renommé en EIIL. En même temps, plus jamais rechercher Isis sur Google vous donnera la Déesse en haut de la recherche. Ce n'est probablement pas important, mais les petites choses comptent aussi.

    Ceux qui vivent aux États-Unis savent bien que certains de nos acronymes ne sonnent pas cool sans raison. Les mots semblent être délibérément choisis pour que l'acronyme résultant sonne cool et significatif. Rien de mal à ça, non ? De ce point de vue, je ne pense pas que nous nous sommes retrouvés avec "ISIS" sans raison.

    Nous avons évidemment eu plusieurs articles de presse et d'autres types de couverture médiatique montrant la mort et la destruction. C'est une question délicate pour PC, et je tiens à préciser qu'à mon avis, les atrocités de guerre sont terribles et inacceptables. C'est en quelque sorte dit que les petits avertissements sont nécessaires de nos jours.

    En même temps, quel a été le résultat final de toute cette épreuve. Le monde s'est retrouvé avec une crise de réfugiés aux proportions sans précédent. Eh bien, au moins de notre vivant, c'était sans précédent. Quelque chose me dit que c'est déjà arrivé. Peut-être il y a 150 ans, peut-être il y a 500 ans, peut-être les deux, et peut-être plusieurs fois plus, et même plus grand.

    • Avis de Snopes :Les images affirmant que les vagues de migrants et de réfugiés demandant l'asile sont « principalement des hommes jeunes » sont basées sur des statistiques erronées ou trompeuses.
    • Avis de Snopes : Vérifiez celui-ci par vous-même. La frontière américaine n'est pas un problème ici.
    • Les réfugiés syriens sont-ils tous des « hommes jeunes et forts » ?
    • Cinq raisons pour lesquelles la majorité des réfugiés arrivant en Europe sont des hommes

    Je suis sûr qu'il y avait des femmes et des enfants parmi les réfugiés. J'ai vu des reportages télévisés et des photographies. Mais en même temps, nous avons des photographies comme celle ci-dessous. TPTB peut facilement expliquer cette improbabilité statistique avec un certain non-sens. Après tout, ils ont expliqué comment les pyramides égyptiennes ont été construites.



    Résumé de KD : Voilà. C'est la direction de mes pensées en ce qui concerne la "génétique ancienne". Je pense que certaines personnes avaient, ont et auront accès à ces connaissances et à cette technologie. C'est ainsi que nos années 1860 villes "abandonnées" aurait pu se repeupler.

    Ces « usines-temples » produisaient toutes sortes de créatures vivantes. Ce qui signifie qu'ils fabriquaient tout, y compris des humanoïdes, et d'autres choses étranges que nous n'avons pas correctement classées aujourd'hui.


    Terre de Taira

    Membre

    J'utilise la traduction automatique.

    Est-ce que quelqu'un sait jusqu'où ce fil a avancé ?
    D'aussi loin que je me souvienne, le sujet a évolué vers le mystère des vers (nuit sans tête) et la couveuse.

    Je suis heureux de recommander un nouvel ordre du jour.
    Je pense que ce fil est important pour démêler l'explosion démographique après l'inondation de boue.

    ?mystère des vers
    https://cont.ws/@carabasbarabas/263362
    ?Les orphelinats japonais d'avant-guerre et d'après-guerre. N'y a-t-il pas dans le monde des images qui ressemblent beaucoup à ça ?

    Je pense que les grands temples japonais ont peut-être eu une fonction similaire à celle d'Artémis.
    Montanus, Japon Magazine. P126 La photo est tirée d'un livre privé.

    Pour compenser la réduction drastique de la population après le déluge de boue, des personnes ont été créées et transportées ou vendues dans le monde entier.

    J'aimerais surtout connaître la vérité sur la couveuse pour nourrissons de Coney Island.

    Azur

    Nouveau membre

    Question inconfortable sur la déesse Artémis
    • La colère des dieux : GeoWeapons vs Mud Flood
    • Rome antique = Saint Empire romain germanique
    • Diane d'Éphèse, ou Artémis pour les anciens Grecs
    • Foundlings and the Orphan Trains : vidéo de CONSPIRACY-R-US
    • L'organisation terroriste connue sous le nom de ISIS était en réalité une opération, où de multiples entités humaines ont été créées.

    Situé à Rome, le Fontaine a été exécuté en travertin en 1642-1643. En son centre se dresse un Triton musclé plus grand que nature, un dieu marin mineur de l'ancienne légende gréco-romaine, représenté comme un triton agenouillé sur la somme de quatre nageoires caudales de dauphin. Sa tête est rejetée en arrière et ses bras portent une conque à ses lèvres d'où jaillit un jet d'eau, qui s'élevait autrefois considérablement plus haut qu'aujourd'hui. La fontaine a une base de quatre dauphins qui enlacent le diadème papal avec des clés croisées et le abeilles Barberini héraldiques dans leurs queues écailleuses.


    • Si l'on admet l'hypothèse d'une redécouverte de l'Amérique par M. Colomb, plutôt que de la faire découvrir, il faut admettre une hypothèse supplémentaire. Je parle d'une catastrophe majeure, qui a conduit à la Âge de la découverte.
    • Et là encore, sait-on vraiment quand la redécouverte a eu lieu,1492 ou 1592 ?


    • Cette reconstruction a survécu pendant 600 ans et apparaît plusieurs fois dans les premiers récits chrétiens d'Éphèse. Selon le Nouveau Testament, l'apparition du premier missionnaire chrétien à Éphèse a fait craindre aux habitants le déshonneur du temple. Les Actes de Jean du IIe siècle comprennent un récit apocryphe de la destruction du temple : l'apôtre Jean a prié publiquement dans le temple d'Artémis, exorcisant ses démons et « d'un coup, l'autel d'Artémis s'est divisé en plusieurs morceaux. Et la moitié du temple s'est effondrée. , convertissant instantanément les Ephésiens, qui pleuraient, priaient ou s'enfuyaient.
    • En 268 après JC, le Temple fut détruit ou endommagé lors d'un raid des Goths, une tribu est-allemande à l'époque de l'empereur Gallien : « Respa, Veduc et Thuruar, chefs des Goths, prirent le bateau et traversèrent le détroit de l'Hellespont. en Asie. Là, ils ont dévasté de nombreuses villes peuplées et ont mis le feu au célèbre temple de Diane à Éphèse », a rapporté Jordanes à Getica. On ignore cependant dans quelle mesure le temple a été endommagé.
    • Quelle que soit l'étendue des blessures subies par le bâtiment, il semble avoir été reconstruit ou réparé, car le temple aurait été utilisé pour le culte pendant la montée du christianisme et fermé à la suite de la persécution des païens à la fin Empire romain. Cependant, l'histoire du temple entre 268 et sa fermeture par les persécutions chrétiennes n'est pas bien connue, et il n'est pas confirmé à quel point les dommages de 268 étaient importants, et exactement en quelle année il a été fermé par les chrétiens. Ammonius of Alexandria comments on the closure of the temple in his commentary of the Acts of the Apostles in the mid 5th-century, in which he gives the impression that the closure of the temple had occurred in his living memory. The closure of the Temple of Artemis is assumed to have occurred sometime during the course of the early to mid 5th-century, with the year of 407 as an early date. The closure of the temple was followed by the erasing of the name of Artemis from inscriptions around the city of Ephesus.
    • It is unknown how long the building stood after the closure of the temple by the Christians. At least some of the stones from the temple were eventually used in construction of other buildings. Some of the columns in Hagia Sophia originally belonged to the temple of Artemis, and several statues and other decorative elements from the temple, throughout Constantinople.
    • Sources: The main primary sources for the Temple of Artemis at Ephesus are Pliny the Elder's Natural History, Pomponius Mela i:17, and Plutarch's Life of Alexander (referencing the burning of the Artemiseum).
    • Re-discovery: After six years of searching, the site of the temple was rediscovered in 1869 by an expedition led by John Turtle Wood and sponsored by the British Museum. These excavations continued until 1874. A few further fragments of sculpture were found during the 1904–1906 excavations directed by David George Hogarth. The recovered sculptured fragments of the 4th-century rebuilding and a few from the earlier temple, which had been used in the rubble fill for the rebuilding, were assembled and displayed in the "Ephesus Room" of the British Museum. In addition, the museum has part of possibly the oldest pot-hoard of coins in the world (600 BC) that had been buried in the foundations of the Archaic temple.
      • Today the site of the temple, which lies just outside Selçuk, is marked by a single column constructed of dissociated fragments discovered on the site.


      La source

      Below, I put our Goddesses together. Please take a mental note of the "Nature" Goddess from the Foundlings Hospital Coat of Arms. The compilation will also give an additional tie-in to the Barberini Family bee hypothesis.

      Barberini Connection

      Alma Mater and Magna Mater

      • The phrase is variously translated as "nourishing mother", "nursing mother", or "fostering mother", suggesting that a school provides intellectual nourishment to its students.Although alma (nourishing) was a common epithet for Ceres, Cybele, Venus, and other mother goddesses, it was not frequently used in conjunction with mater in classical Latin.

      La source + La source

      The Magna Mater was brought to Rome in the year 204 BCE from the Phrygian city of Pessinus in Asia Minor. Although the cult was introduced as a new form of the Phrygian goddess Matar by way of its Greek incarnation, the Cult of Cybele, it was actually a Roman construction of a "foreign" cult. From its first arrival, the Roman cult had a public branch that was established by the state in order to incorporate it into Roman public religion and a private branch that developed separately with its own rituals and modes of worship.

      Orphans and Foundlings

      Statue of Liberty Tie-in

      We all know that the Statue of Liberty was dedicated in 1886. Below we have an image which could tie in the Statue of Liberty into the general "re-population" picture. Could it mean, that 1886 is when the United States acquired its new citizens?

      These days, when people think about "ISIS", they most likely mean the Islamic State of Iraq and Syria. As far as I understand, the mission of ISIS is accomplished. TPTB also renamed it to EIIL. At the same time, never ever again googling for Isis will give you the Goddess at the top of the search. This is probably not important, but little things matter too.

      Those living in the United States know well that some of our acronyms do not sound cool for no reason. The words appear to be deliberately chosen to make the resulting acronym sound cool and meaningful. Nothing wrong with that, right? From this perspective I do not think that we ended up with "ISIS" for no reason.

      We obviously had multiple news articles and other types of mass media coverage showing death and destruction. This is a PC touchy issue, and I want to make it clear, that in my opinion war atrocities are terrible and unacceptable. This is kind of said that little disclaimers are necessary in this day and age.

      At the same time, what was the end result of the entire ordeal. The world ended up with a refugee crisis of unprecedented proportions. Well, at least in our life time it was unprecedented. Something tells me it did happen before. May be 150 years ago, may be 500 years ago, may be both, and may be many times over, and even bigger.

      • Snopes opinion:Images claiming that waves of migrants and refugees asking for asylum are "mostly young men" are based on faulty or misleading statistics.
      • Snopes opinion: Check this one out for yourself. U.S. Border is not an issue here.
      • Are the Syrian Refugees All 'Young, Strong Men'?
      • Five reasons why the majority of refugees reaching Europe are men

      I'm positive there were women and children among refugees. I have seen TV coverage and photographs. But simultaneously we have photographs like the one below. TPTB can easily explain this statistical improbability with some non-sense. After all they explained how the Egyptian Pyramids were built.




      KD Summary: Voilà. This is the direction of my thoughts as far as "ancient genetics" go. I think certain individuals had, have and will have access to this knowledge and technology. This is how our 1860s "abandoned" cities could have gotten repopulated.

      These "temple factories" were producing all sorts of living creatures. Meaning they were making everything, including humanoids, and other weird things we do not have properly classified today.


      Les références

      "Temple of Artemis at Ephesus, Turkey, 550BC." 7 Wonders of the World. November 8, 2009. Accessed May 21, 2015. http://7ww.org/listing/temple-of-artemis-at-ephesus-turkey-550bc/

      "Temple of Artemis at Ephesus - Crystalinks." Temple of Artemis at Ephesus - Crystalinks. Accessed May 21, 2015. http://www.crystalinks.com/templeofartemis.html

      "EPHESUS." Temple of Artemision, Artemision Temple Ephesus. Accessed May 21, 2015. http://www.ephesus.us/ephesus/templeofartemis.htm

      "Temple of Artemis at Ephesus Facts." Temple of Artemis at Ephesus Facts. Accessed May 22, 2015. http://www.softschools.com/facts/wonders_of_the_world/temple_of_artemis_. .

      "Once Described as the Seventh Wonder of the World." Once Described as the Seventh Wonder of the World. 2011. Accessed May 22, 2015.

      "Temple of Artemis at Ephesus Turkey." Ephesus Tours. Accessed May 22, 2015. http://www.ephesustoursguide.com/ephesus/temple-of-artemis

      "Seven Wonders of the Ancient World: The Temple of Artemis at Ephesus." Seven Wonders of the Ancient World: The Temple of Artemis at Ephesus. Accessed May 22, 2015. http://www.unmuseum.org/ephesus.htm

      Bryan

      Bryan graduated with a Bachelor of Art in History from Suffolk University and has a background in museum volunteering and as well as working with children’s groups at the Museum of Science and the National Park Service. He has traveled. Lire la suite


      When was the temple of Artemis at Ephesus destroyed? - Histoire

      The Temple of Artemis at Ephesus

      "I have seen the walls and Hanging Gardens of ancient Babylon, the statue of Olympian Zeus, the Colossus of Rhodes, the mighty work of the high Pyramids and the tomb of Mausolus. But when I saw the temple at Ephesus rising to the clouds, all these other wonders were put in the shade" - Antipater of Sidon (Copyright Lee Krystek, 2010)

      1100 A.D.: A troop of Crusaders stops at a muddy little village in Asia Minor. Their leader looks around. Confused he dismounts. This place is not what he expected. He read in the ancient texts that this was a large seaport with many ships docked in its bay. It isn't. The sea is almost three miles away. The village is located in a swamp. There are no ships to be seen. The leader accosts a nearby man.

      "Sir, is this the city of Ephesus?"

      "It was called that once. Now it is named Ayasalouk."

      "Well, where is your bay? Where are the trading ships? And where is the magnificent Greek temple that we have heard about?"

      Now it is the man's turn to be confused. "Temple? What temple, Sir? We have no temple here. "

      And so 800 years after its destruction, the magnificent Temple of Artemis at Ephesus, one of the Seven Wonders of the Ancient World, had been completely forgotten by the people of the town that had once held it in such pride.

      And there is no doubt that the temple was indeed magnificent. "I have seen the walls and Hanging Gardens of ancient Babylon," wrote Philon of Byzantium, "the statue of Olympian Zeus, the Colossus of Rhodes, the mighty work of the high Pyramids and the tomb of Mausolus. But when I saw the temple at Ephesus rising to the clouds, all these other wonders were put in the shade."

      An 18th century engraving of the goddess Artemis of Ephesus.

      So what happened to this great temple? And what happened to the city that hosted it? What turned Ephesus from a busy port of trade to a few shacks in a swamp?

      The Shrine to the Goddess Artemis

      The first shrine to the Goddess Artemis was probably built around 800 B.C. on a marshy strip near the river at Ephesus. The Ephesus goddess Artemis, sometimes called Diana, is not quite the same figure as was worshiped in Greece. The Greek Artemis was the goddess of the hunt. The Ephesus Artemis was a goddess of fertility and was often pictured as draped with eggs or multiple breasts, symbols of fertility, from her waist to her shoulders.

      That earliest temple contained a sacred stone, probably a meteorite, that had "fallen from Jupiter." The shrine was destroyed and rebuilt several times over the next few hundred years. By 600 B.C., the city of Ephesus had become a major port of trade and an architect named Chersiphron was engaged to build a new, larger temple. He designed it with high stone columns. Concerned that carts carrying the columns might get mired in the swampy ground around the site, Chersiphron laid the columns on their sides and had them rolled to where they would be erected.

      This temple didn't last long. According to one story in 550 B.C., King Croesus of Lydia conquered Ephesus and the other Greek cities of Asia Minor and during the fighting, the temple was destroyed. An archeological examination of the site, however, suggests that a major flood hit the temple site at about the same time and may have been the actual cause of the destruction. In either case, the victorious Croesus proved himself a gracious new ruler by contributing generously to the building of a replacement temple.

      This next temple dwarfed those that had come before it. The architect is thought to be a man named Theodorus. Theodorus's temple was 300 feet in length and 150 feet wide with an area four times the size of the previous temple. More than one hundred stone columns supported a massive roof. One unusual feature of the temple was that a number of columns had bases that were carved with figures in relief.

      One of the column bases with carved figures preserved at the British Museum.

      The new temple was the pride of Ephesus until 356 B.C. when tragedy struck. A young Ephesian named Herostratus, who would stop at nothing to have his name go down in history, set fire to the wooden roof of the building. He managed to burn the structure to the ground. The citizens of Ephesus were so appalled by this act that after torturing Herostratus to death, they issued a decree that anyone who even spoke of his name would be put to death.

      One of the legends that grew up about the great fire was that the night that the temple burned was the very same night that Alexander the Great was born. According to the story, the goddess Artemis was so preoccupied with Alexander's safe birth she was unable to save her own temple from its fiery destruction.

      Construction of the Great Temple

      Shortly after the fire, a new temple was commissioned. The architect was Scopas of Paros, one of the most famous sculptors of his day. By this point Ephesus was one of the greatest cities in Asia Minor and no expense was spared in the reconstruction. According to Pliny the Elder, a Roman historian, the new temple was a "wonderful monument of Grecian magnificence, and one that merits our genuine admiration."

      The temple was built in the same wet location as before. To prepare the ground, Pliny recorded that "layers of trodden charcoal were placed beneath, with fleeces covered with wool upon the top of them." Pliny also noted that one of the reasons the builders kept the temple on its original marshy location was that they reasoned it would help protect the structure from the earthquakes which plagued the region.

      Another artist's conception of the temple (Copyright Lee Krystek 1998)

      The great temple is thought to be the first building completely constructed with marble. Like its predecessor, the temple had 36 columns whose lower portions were carved with figures in high-relief. The temple also housed many works of art including four bronze statues of Amazon women. The Amazons, according to myth, took refuge at Ephesus from Heracles, the Greek demigod, and founded the city.

      Pliny recorded the length of this new temple at 425 feet and the width at 225 feet. Some 127 columns, 60 feet in height, supported the roof. In comparison the Parthenon, the remains of which still stand on the Acropolis in Athens today, was only 230 feet long, 100 feet wide and had 58 columns.

      According to Pliny, construction took 120 years, though some experts suspect it may have only taken half that time. We do know that when Alexander the Great came to Ephesus in 333 B.C., the temple was still under construction. He offered to finance the completion of the temple if the city would credit him as the builder. The city fathers didn't want Alexander's name carved on the temple, but didn't want to tell him that. They finally gave the tactful response: "It is not fitting that one god should build a temple for another god" and Alexander didn't press the matter.

      Pliny reported that earthen ramps were employed to get the heavy stone beams perched on top of the columns. This method seemed to work well until one of the largest beams was put into position above the door. It went down crookedly and the architect could find no way to get it to lie flat. He was beside himself with worry about this until he had a dream one night in which the Goddess herself appeared to him saying that he should not be concerned. She herself had moved the stone into the proper position. The next morning the architect found that the dream was true. During the night the beam had settled into its proper place.

      Christianity Brings an End to Artemis Worship

      The theater at Ephesus where a riot nearly started in 57 A.D. over St. Paul's evangelism in the city. (Licensed through Wikipedia Commons courtesy Norman Herr)

      The city continued to prosper over the next few hundred years and was the destination for many pilgrims coming to view the temple. A souvenir business in miniature Artemis idols, perhaps similar to a statue of her in the temple, grew up around the shrine. It was one of these business proprietors, a man named Demetrius, that gave St. Paul a difficult time when he visited the city in 57 A.D.

      St. Paul came to the city to win converts to the then new religion of Christianity. He was so successful that Demetrius feared the people would turn away from Artemis and he would lose his livelihood. He called others of his trade together with him and gave a rousing speech ending with "Great is Artemis of the Ephesians!" They then seized two of Paul's companions and a near riot followed during a meeting at the city theater. Eventually, however, the city was quieted, the men released and Paul left for Macedonia.

      It was Paul's Christianity that won out in the end, though. By the time the great Temple of Artemis was destroyed during a raid by the Goths in 268 A.D., both the city and the religion of Artemis were in decline. The temple was rebuilt again, but in 391 it was closed by the Roman Emperor Theodosius the Great after he made Christianity the state religion. The temple itself was destroyed by a Christian mob in 401 and the stoned was recycled into other buildings. When the Roman Emperor Constantine rebuilt much of Ephesus a century later, he declined to restore the temple. He too had become a Christian and had little interest in pagan religions.

      Video: The Holocaust at the Temple at Ephesus

      Despite Constantine's efforts, Ephesus declined in its importance as a crossroads of trade. The bay where ships docked disappeared as silt from the river filled it. In the end what was left of the city was miles from the sea, and many of the inhabitants left the swampy lowland to live in the surrounding hills. Those that remained used the ruins of the temple as a source of building materials. Many of the fine sculptures were pounded into powder to make lime for wall plaster.

      Excavations to Find the Remains

      In 1863 the British Museum sent John Turtle Wood, an architect, to search for the temple. Wood met with many obstacles. The region was infested with bandits. Workers were hard to find. His budget was too small. Perhaps the biggest difficulty was that he had no idea where the temple was located. He searched for the temple for six years. Each year the British Museum threatened to cut off his funding unless he found something significant, and each year he convinced them to fund him for just one more season.

      Wood kept returning to the site each year many despite hardships. During his first season he was thrown from a horse, breaking his collar bone. Two years later he was stabbed within an inch of his heart during an assassination attempt upon the British Consul in Smyrna.

      Finally in 1869, at the bottom of a muddy twenty-foot deep test pit, his crew struck the base of the great temple. Wood then excavated the whole foundation removing 132,000 cubic yards of the swamp to leave a hole some 300 feet wide and 500 feet long. The remains of some of the sculptured portions of the temple were found and shipped to the British Museum where they can be viewed today.

      The site of the temple today (Licensed through Wikipedia Commons courtesy Adam Carr)

      In 1904 another British Museum expedition under the leadership of D.G. Hograth continued the excavation. Hograth found evidence of five temples on the site, each one constructed on top of the remains of another.

      Today the site of the temple near the modern town of Sel uk is only a marshy field. A single column has been erected to remind visitors that once there stood in this place one of the wonders of the ancient world.

      Copyright Lee Krystek 1998-2010. Tous les droits sont réservés .


      Location and history of Temple of Artemis (Diana)

      The Temple of Artemis, also known less precisely as the Temple of Diana, was a Greek temple dedicated to a goddess Greeks identified as Artemis and was one of the Seven Wonders of the Ancient World. It was located in Ephesus (near the modern town of Selcuk in present-day Turkey), and was completely rebuilt three times before its eventual destruction in 401. Only foundations and sculptural fragments of the latest of the temples at the site remain.

      The first sanctuary (temenos) antedated the Ionic immigration by many years, and dates to the Bronze Age. Callimachus, in his Hymn to Artemis, attributed it to the Amazons. In the 7th century BC, the old temple was destroyed by a flood. Its reconstruction began around 550 BC, under the Cretan architect Chersiphron and his son Metagenes, at the expense of Croesus of Lydia: the project took 10 years to complete, only to be destroyed in an act of arson by Herostratus. It was later rebuilt.

      Antipater of Sidon, who compiled the list of the Seven Wonders, describes the finished temple:

      I have set eyes on the wall of lofty Babylon on which is a road for chariots, and the statue of Zeus by the Alpheus, and the hanging gardens, and the colossus of the Sun, and the huge labour of the high pyramids, and the vast tomb of Mausolus but when I saw the house of Artemis that mounted to the clouds, those other marvels lost their brilliancy, and I said, “Lo, apart from Olympus, the Sun never looked on aught so grand”.

      Location and history

      The Temple of Artemis was located near the ancient city of Ephesus, about 50 km south from the modern port city of Izmir, in Turkey. Today the site lies on the edge of the modern town of Selçuk.

      Earliest phase

      The sacred site (temenos) at Ephesus was far older than the Artemision itself. Pausanias was certain that it antedated the Ionic immigration by many years, being older even than the oracular shrine of Apollo at Didyma. He said that the pre-Ionic inhabitants of the city were Leleges and Lydians. Callimachus, in his Hymn to Artemis, attributed the earliest temenos at Ephesus to the Amazons, whose worship he imagines already centered upon an image (bretas) of Artemis, their matron goddess.

      Modern archaeology cannot confirm Callimachus’s Amazons, but Pausanias’s account of the site’s antiquity seems well-founded. Before World War I, site excavations by David George Hogarth identified three successive temple buildings. Re-excavations in 1987-88 confirmed that the site was occupied as early as the Bronze Age, with a sequence of pottery finds that extend forward to Middle Geometric times, when the clay-floored peripteral temple was constructed, in the second half of the 8th century BC. The peripteral temple at Ephesus offers the earliest example of a peripteral type on the coast of Asia Minor, and perhaps the earliest Greek temple surrounded by colonnades anywhere.

      In the 7th century, a flood destroyed the temple, depositing over half a meter of sand and flotsam over a floor of hard-packed clay. Among the flood debris were the remains of a carved ivory plaque of a griffin and the Tree of Life, apparently North Syrian, and a number of drilled tear-shaped amber drops of elliptical cross-section. These probably once dressed a wooden effigy (xoanon) of the Lady of Ephesus, which must have been destroyed or recovered from the flood. Bammer notes that though the site was prone to flooding, and raised by silt deposits about two metres between the eighth and 6th centuries, and a further 2.4 m between the sixth and the fourth, its continued use “indicates that maintaining the identity of the actual location played an important role in the sacred organization”.


      Voir la vidéo: Le Temple dArtémis (Mai 2022).